ukraine 1

Non à la guerre en Ukraine !

Nous appelons à la mobilisation unitaire et à l’organisation d’un véritable mouvement anti-guerre contre l’invasion de l’Ukraine par Poutine et pour la paix. Ensemble ! 34 soutient et participe aux actions en ce sens.

Comment participer aux actions d’aide pour les ukrainiennes et ukrainiens ?

Ukraine

 

Ukraine

 

Ukraine

 

Ukraine

———————————

Communiqué du 24 février 2022 :

Les troupes russes sont entrées en Ukraine sous le prétexte de combattre un « génocide  » au Donbass, des bombardements ont lieu sur différents sites du pays. C’est la logique de la politique de grande puissance menée par Poutine. Ensemble ! condamne cette intervention, exprime sa solidarité au peuple ukrainien et exige le retrait immédiat de l’armée russe.

Ensemble ! défend le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, l’indépendance de l’Ukraine, contre la volonté expansionniste russe, refuse l’éventuelle présence de l’OTAN en Ukraine et toute escalade militaire. Nous nous prononçons pour des discussions sous l’égide de l’ONU. C’est à la communauté internationale de tout mettre en œuvre pour protéger les populations civiles et stopper cette attaque.

Nous appelons à la mobilisation unitaire et à l’organisation d’un véritable mouvement anti-guerre contre l’invasion de l’Ukraine par Poutine, pour la paix. Ensemble ! soutiendra les actions en ce sens.

——————

Communiqué du 2 mars 2022 :

Halte à l’agression russe contre l’Ukraine.
Solidarité avec le peuple ukrainien.

 

L’offensive de l’armée russe contre l’Ukraine s’amplifie de jour en jour. La bataille de Kiev se prépare avec l’arrivée massive de troupes et de matériels. Sans compter l’appui des milices privées à la solde de Poutine (groupe Wagner et contingents tchétchènes de Kadyrov). Poutine ne recule pas devant le chantage d’un possible recours à l’arme nucléaire pour intimider qui prétendrait lui faire obstacle.

Le moment est historique. Pour l’Ukraine, pour l’Europe, pour le monde. Le peuple ukrainien, malgré l’énorme disparité des moyens militaires, résiste avec un grand courage à l’agression. Dans l’adversité s’affirme ainsi, huit ans après l’éclat de la révolution de Maidan en 2014, l’existence d’une nation mobilisée dont Poutine nie l’existence. 

En France et en Europe, et en Russie même dans une centaine de villes, de manière certes modeste à cause de la répression brutale de toute critique de la guerre, l’heure est au rejet de l’agression du pouvoir russe et à la mobilisation aux côtés du peuple ukrainien.
Les rassemblements et manifestations de rue en solidarité avec l’Ukraine et pour dire stop à la guerre voulue par Poutine sont à multiplier et renforcer. L’immense rassemblement à Berlin le week-end dernier – plus de 100 000 personnes – est l’exemple qu’il faut suivre dans toutes les villes d’Europe, afin de donner l’ampleur nécessaire à la protestation populaire, exiger du Kremlin qu’il renonce à son entreprise criminelle, et pour assurer le peuple ukrainien de la solidarité à laquelle il a droit. L’écho suscité en Europe par le récent appel des féministes russes contre leur gouvernement et pour la solidarité avec le peuple ukrainien, soulignant le lien entre la guerre et les violences contre les femmes, doit être souligné et encouragé.

Ce soutien doit se concrétiser en une aide concrète au combat du peuple ukrainien en répondant aux demandes de ce dernier qui manque cruellement des moyens en armes lui permettant de se défendre. La solidarité exige dans le même temps d’apporter toute l’aide humanitaire dont a besoin la population dans un pays soumis aux terribles conditions de la guerre qui lui est infligée. Par centaines de milliers Ukrainiennes et Ukrainiens sont contraints de s’exiler pour échapper à la destruction, ils et elles doivent compter sur une totale hospitalité de la part de la France et des pays européens.

Dans les jours et les semaines qui viennent, organisons, comme c’est déjà le cas dans des pays en première ligne, comme la Pologne, ou plus largement en Europe comme au Royaume Uni, une solidarité sans faille avec le peuple ukrainien.

Aux organisations politiques, syndicales et associatives d’organiser dans l’unité cette solidarité impérative et urgente.

————————

Communiqué du 25 mars 2022 :

Troupes russes hors d’Ukraine !

Solidarité avec le peuple ukrainien en lutte pour sa liberté !

 

« Cela fera demain un mois que les Ukrainiens se battent pour leur liberté » a rappelé Volodymyr Zelensky, le 23 mars, lors de son allocution devant le Parlement français.

Un combat de 4 semaines qui provoque l’étonnement et force l’admiration.

L’ampleur des forces armées que Poutine a jetées sur l’Ukraine laissait croire que quelques jours lui suffiraient pour avaler sa proie. Une guerre éclair conduisant à l’effondrement de l’armée et du gouvernement ukrainiens, tel était le scénario qui a guidé la décision du Kremlin.

Un mois après, la résistance de l’armée et de la population crée la surprise. De même que les faiblesses d’une armée russe qui subit de lourdes pertes et ne progresse qu’avec difficulté.

La force de cette résistance est celle de la conscience nationale ukrainienne et de l’onde de la révolution de Maidan de 2014.

Mais pour le peuple ukrainien elle se paie d’un prix terrible : pertes humaines, traumatismes multiples, des millions de réfugiés, des villes bombardées et des destructions aux lourdes conséquences sur le plan écologique et social…

Et il faut craindre que, loin de revenir sur ses décisions criminelles, Poutine réagisse par une fuite en avant dans la guerre, quitte à rééditer ce qu’on a vu en Tchétchénie et en Syrie : destruction des villes, massacres de masse, utilisation terroriste d’armes chimiques, voire même nucléaires dans le cas de l’Ukraine…

Avec le peuple ukrainien, solidarité sans compter !

À l’heure où le pouvoir russe agresse à outrance l’Ukraine pour la priver du droit d’exister comme nation libre, personne ne peut échapper à ses responsabilités.

Tous les responsables politiques français affichent leur condamnation de la politique de Poutine et leur soutien à Zelensky.

Mais que d’hypocrisies de la part de certains !

Zelensky demande un soutien en matériel d’armements et aussi que les entreprises françaises présentes en Russie s’en retirent pour « cesser d’être les sponsors de la machine de guerre de la Russie »

A quoi, de divers bords, répondent des critiques des sanctions économiques, au nom du souci de « ne pas porter tort aux salariés », de « ne pas sanctionner le peuple russe » et « ne pas punir les Français et les européens » (sic)… Et aussi des appels à « ne pas fournir d’armes afin de ne pas entraîner la France dans le conflit » et « ne pas ajouter de la guerre à la guerre ».

 

Dès lors que Poutine soumet le peuple ukrainien à l’épreuve de la guerre, la solidarité avec ce dernier implique de l’aider dans sa résistance et pour infliger un échec militaire à l’armée russe.

Relativiser l’agressivité de l’impérialisme russe, excuser sa sauvagerie à l’égard de l’Ukraine, en invoquant les fautes et méfaits de l’OTAN et des impérialismes occidentaux, au demeurant bien réels, pour tergiverser, mégoter le soutien, ce n’est pas être solidaire, c’est préparer l’abandon du peuple ukrainien. Un abandon qui serait indigne et révoltant, notamment de la part d’une partie de la gauche !

Il faut contraindre Poutine à renoncer à son entreprise criminelle.

° Développement de l’aide humanitaire à destination de l’Ukraine.

° Accueil des réfugié·es en Europe et en France.

° Accentuation des sanctions économiques, les entreprises françaises doivent cesser leurs activités en Russie.

° Fournitures des armements dont l’Ukraine a besoin pour se défendre et repousser l’offensive russe.

° Annulation de la dette de l’Ukraine.

Les manifestations en soutien à l’Ukraine doivent se multiplier et s’amplifier pour dire :

° Troupes russes hors d’Ukraine !

° Respect de l’indépendance du peuple ukrainien et de l’intégrité du territoire de l’Ukraine !

° Solidarité avec les citoyennes et citoyens qui en Russie et en Biélorussie s’opposent à la guerre, dénoncent le régime dictatorial de Poutine et veulent la démocratie.

————————

Courrier d’Ensemble ! 34 du 10 mars 2022 :

Monsieur le préfet,
Madame la secrétaire générale adjointe,
 
Nous apprenons votre refus de financer un dispositif d’urgence d’arrivée avec évaluation médico-sociale pour les réfugié.es d’Ukraine.
Malgré les annonces d’accueil des réfugié.es du conflit en Ukraine, les actes ne suivent pas.
Les réponses urgentes, en particulier l’accueil chez l’habitant, ne peuvent plus répondre à la situation.
Une prise en charge d’urgence par l’Etat, avec évaluation médico-sociale, est absolument nécessaire et urgente.
Nous vous demandons le déclenchement des dispositifs de crise qui existent, et qui sont actuellement mis en attente.
Selon la LDH, 173 réfugié.es sont accueilli.es sur l’Hérault à ce jours, et il s’agit essentiellement de familles : la moitié de ces réfugié.es a, aujourd’hui, besoin d’un accueil d urgence.
Nous attendons une réponse immédiate de votre part, alors qu’aucune aide de l’Etat n’est actuellement débloquée pour que les familles arrivées puissent manger, accéder à l’hygiène et à l’hébergement.
 
cordialement
Delphine Petit et Matthieu Brabant
porte-paroles d’Ensemble ! 34

 

—————–

Lors de la manifestation du 24 février 2022 à Montpellier, Ensemble ! 34 était présent, en particulier avec Matthieu Brabant, porte-parole d’Ensemble ! 34, Muriel Ressiguier, députée LFI et militante d’Ensemble ! 34

UkraineUkraineUkraineUkraineUkraineUkraine

 

Partager :
Ensemble 34
Retour haut de page