08 nov. Soutien aux personnels de la Santé.

Ce 8 novembre, les professionnel-le-s de la santé, du médico-social et du social sont en grève et dans la rue. En effet, les contraintes budgétaires imposées depuis des années ont des conséquences désastreuses. La destructuration du système hospitalier public se poursuit. A Montpellier, les étudiant-e-s en soins infirmiers appellent à se rassembler dès 12H 30 devant le centre André Benech (près de l’hôpital Lapeyronie). 

 

MONTPELLIER Grève et mobilisation pour la défense de l’hôpital public. « S’appuyant sur le combat mené depuis le mois de mars pour le retrait puis l’abrogation de la loi Travail, les Fédérations FO – CGT – SUD ont décidé d’appeler à la GREVE et à la MOBILISATION de l’ensemble des personnels de la Fonction Publique Hospitalière (du secteur sanitaire, social et médico-social) » la_declaration_commune_cgt_-_fo_-_sud.pdf (PDF – 64.4 ko)

Manifestation des étudiant-es en soins infirmiers pour rejeter le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale devant le centre André Benech (près de l’hôpital Lapeyronie) -12h30 : Rassemblement-pique-nique – 14h30 : Départ en tramway pour Odysseum – 15h00 : Manifestation en direction de l’ARS
http://cgtchumontpellier.reference-syndicale.fr/2016/11/02/les-etudiants-en-soins-infirmiers-avec-les-professionnels-dans-laction-le-8-novembre/

 

Communiqué de Ensemble! Santé, social : les mauvais coups continuent !

Les contraintes budgétaires imposées depuis des années ont des conséquences désastreuses.

La destructuration du système hospitalier public se poursuit. Avec l’instauration des groupements hospitaliers de territoire, 135 groupements hospitaliers se substitueront aux 850 hôpitaux publics.

De nombreux établissements sont soumis à des restructurations drastiques.

Des services entiers sont fermés, des lits supprimés partout, des activités « non rentables » abandonnées, des investissements retardés au-delà du raisonnable.

Les conditions de travail des personnels se dégradent avec, pour conséquence, une pénibilité accrue, des burn-out en série, un nombre de suicides qui interpelle.

Les conditions d’accueil, la qualité des soins, la proximité et la sécurité sont remises en cause.

Les pratiques de soins sont mises à mal, tout particulièrement en psychiatrie.

En ville et à la campagne, du fait des problèmes de démographie médicale et paramédicale, des restructurations et fermetures, la désertification sanitaire s’étend.

Pourtant le projet de loi de finance de la sécurité sociale pour 2017, adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale le 2 novembre prévoit encore 4 milliards d’euros en moins pour notre santé dont 860 millions pour l’hôpital.

Ce 8 novembre, les professionnel-le-s de la santé, du médico-social et du social sont en grève et dans la rue à l’appel d’une intersyndicale FO-CGT-SUD, rejointe par La CFTC et nombreux syndicats infirmiers.

Dans les nombreuse initiatives appelées sur l’ensemble du territoire, les militant-e-s d’Ensemble ! seront à leurs côtés pour exiger :

Une santé publique de qualité et de proximité pour toutes et tous;

Des budgets à la hauteur des enjeux et pour cela un projet de financement de la sécurité sociale rompant avec l’austérité;

Une véritable démocratie sanitaire.

Partager :
Gauche écosocialiste 34