Port de Sète : Une procédure judiciaire révèle les violations du droit et la fraude commises par la société Agrexco-Carmel


19 février : Sète Agrexco accusé d’exporter illégalement depuis les colonies israéliennes (Midi Libre)

La Coalition contre Agrexco accuse l’entreprise israélienne de « fraude » (Montpellier Journal)

18 février : Vidéo : Campagne “Un bateau français pour Gaza” (Youtube)

MONTPELLIER : SUCCES DE LA PREMIÈRE INTERVENTION PUBLIQUE DU COMITÉ BDS FRANCE 34 À L’UNIVERSITÉ UM3

Agrexco débarque des produits provenant des colonies illégales et fraude sur l’origine des produits. Les documents de certification
d’origine présentent les produits des colonies comme provenant d’Israël (rapport d’huissier mandaté par le Président du tribunal de commerce de Montpellier).


………………………………..

Depuis octobre 2010, Agrexco débarque des fruits et légumes sur les quais du port de Sète à
raison d’un bateau par semaine.

Depuis l’annonce de l’installation de cette société sur la port de Sète, initiée par le Conseil
Régional Languedoc Roussillon, la Coalition contre Agrexco s’oppose à ce projet au motif que
cette société, qui appartient à 50% à l’Etat d’Israël, est le principal exportateur de produits
agricoles issus des colonies illégales dans les Territoires Palestiniens. La colonisation et
l’exploitation des terres occupées sont définies comme des crimes de guerre par le droit
international mais aussi par le droit pénal français (Loi n° 2010-930 du 9 août 2010).

A la demande de la Coalition contre Agrexco, le Président du tribunal de commerce de Montpellier
a pris une ordonnance mandatant un huissier de justice avec pour mission de vérifier la nature et
l’origine des produits débarqués sur le port de Sète. Ce dernier a effectué sa mission le 25 janvier
2011 et vient de rendre son rapport. Ce document fait clairement apparaître que :

1- Agrexco débarque des produits provenant des colonies illégales

2- Agrexco fraude sur l’origine des produits. Les documents de certification
d’origine présentent les produits des colonies comme provenant d’Israël.

Les résultats de la procédure engagée devant la juridiction civile de Montpellier confirment les
violations du droit et les fraudes commises par la société Agrexco-Carmel. Ils confortent et
légitiment l’action conduite par la Coalition contre Agrexco.

Sur la base de ces premiers résultats judiciaires probants, la Coalition contre Agrexco va poursuive
ses actions, y compris sur le terrain juridique, contre la société israélienne, contre les acteurs
impliqués dans le projet d’installation d’Agrexco à Sète, mais aussi contre ceux qui permettent à
cette entreprise criminelle de violer le droit en toute impunité.

(communiqué par la Coalition contre Agrexco)

19 février : Sète Agrexco accusé d’exporter illégalement depuis les colonies israéliennes (Midi Libre)


La Coalition contre Agrexco accuse l’entreprise israélienne de « fraude » (Montpellier Journal)

18 février : Vidéo : Campagne “Un bateau français pour Gaza” (Youtube)

Montpellier… 17 février…Soirée musicale Un bateau pour Gaza…

Palestine Campagne BDS Perpignan : procès repoussé et forte mobilisation (voir photos)

MONTPELLIER : SUCCES DE LA PREMIÈRE INTERVENTION PUBLIQUE DU COMITÉ BDS FRANCE 34 À L’UNIVERSITÉ UM3

A l’initiative du Comité BDS France 34, s’est tenue à l’université Paul Valéry (UM3) de Montpellier une conférence sur le thème : « Universités : Quelle solidarité avec les Palestiniens ? ».

Cette soirée a été co-organisée avec l’ AURDIP (Association des Universitaires, pour l’Application du Droit en Palestine) et l’APLR (Association des Palestiniens L.R), la CIMADE, la CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien), UJFP (Union Juive Française pour la Paix). Elle a reçu le soutien du SNESUP-FSU-UM3, SUD Etudiants UM3, d’Europe Ecologie-Les Verts, des Jeunes Ecologistes (Montpellier) et du NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste).

La soirée a remportée un petit succès avec une centaine de personnes, en majeure partie des étudiants venus s’informer sur le sujet…

Les intervenants étaient le professeur Joseph Oesterlé, vice-président de l’AURDIP (Association des universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine), le pasteur Jean-Paul Nuñez, délégué national de la CIMADE et Hamida Zourgui, étudiante en histoire de l’art qui animait et représentait la campagne BDS-France. Deux courtes projections ont été diffusées : Une vidéo d’Omar Barghouti, l’un des initiateurs du BDS, qu’une délégation de la Coalition contre Agrexco était allée rencontrer et une autre du réalisateur israélien Eyal Sivan qui nous exposent tous deux ce qu’est le boycott académique et culturel.

Le professeur Oesterlé nous a apporté des arguments sur la nécessité d’un boycott comme moyen crédible et efficace de solidarité avec le peuple palestinien. Comme l’a rappelé un intervenant dans le public, aujourd’hui on se doit d’écouter ce que nous demandent les Palestiniens et ce que réclame explicitement la société civile via l’Appel BDS lancé en 2005 c’est d’attaquer Israël de front, de ne plus discuter avec un Etat voyou et de stopper les accords économiques, académiques, culturels et sportifs en faisant nous-mêmes pression sur nos différents responsables politiques et élus de la République… C’est à nous citoyens français solidaires de la cause palestinienne, d’agir et de prendre les choses en main puisque notre gouvernement laisse faire l’injustice, pire encore, il poursuit ses accords de collaboration avec un Etat criminel condamné à de nombreuses reprises par l’ONU comme le démontre le rapport Goldstone.

Le boycott est l’arme non-violente du peuple et le fait de boycotter et appeler à boycotter un Etat qui ne respecte pas le droit international et en l’occurrence les droits fondamentaux des Palestiniens est un acte citoyen ! Israël et ses institutions doivent être sanctionnés de cette manière.

Sur la notion de boycott JP Nuñez a aussi été très clair :il y a un appel BDS et on doit s’en tenir à son contenu. Il stipule que le boycott économique concerne bien l’ensemble du territoire israélien et ne se résume pas aux simples colonies, ce qui serait d’ailleurs inefficace puisque c’est Israël qui crée et développe ce système colonial (attaquons nous au tronc et non aux branches…). Respectons cela et appliquons leur appel dans son ensemble : boycott global de l’Etat d’apartheid !

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page