Municiples Nîmes : après la conférence de presse

Article de Midi Libre du 7 décembre

Édition du vendredi 7 décembre 2007

Politique Municipales : la « liste d’ouverture » de la LCR

Soutenue par la Ligue communiste révolutionnaire, Nîmes luttes solidarité se veut « une vraie liste de gauche ». Une liste d’ouverture aussi, « qui dénonce le refus de la politique gouvernementale et ses soutiens locaux, en premier lieu Jean-Paul Fournier qui décline cette politique à Nîmes ». Mais aussi une liste « totalement indépendante d’un PS incapable, hier comme aujourd’hui, de se battre contre la montée du libéralisme et des inégalités… » « Nous ne sommes pas des pros de la politique et n’appartenons pas tous à la LCR. Nous sommes des salariés, des militants, des individus révoltés », revendiquent Sébastien Parneix, éducateur spécialisé, Marie-Lise Chaniac, cheminote, et Kristine Charmasson, enseignante. « La liste est toujours en cours d’élaboration,ouverte à ceux qui veulent réfléchir avec nous. Avec nos différences, nous pouvons élaborer un projet commun, construire autre chose. »
Actuellement, les sympathisants de Nîmes luttes solidarité – qui n’a pas encore de tête de liste officielle – se réunissent régulièrement en commissions, travaillant sur des sujets comme le logement, les transports… La liste « 100 % à gauche » souhaite donner la priorité au développement des services publics (logement social, crèche, quatrième âge…), réhabiliter les logements insalubres « au lieu de la spéculation immobilière et le gigantisme urbain » ; souhaite « une démocratie plus directe dans le fonctionnement de l’Agglo ; la remunicipalisation des services privatisés comme les transports, l’eau, les ordures ménagères ; défendre et soutenir les étrangers détenus dans le centre de rétention administrative ».

Après une rencontre avec le Parti communist e, « Nîmes luttes solidarité n’a pas souhaité donner suite à son invitation à une liste commune à cause de la présence du PS », mais n’exclut pas pour le second tour d’éventuels accords techniques . « Attention, pas d’alliance sur le contenu politique , précise Kristine Charmasson, mais de simples accords pour des places auxquelles on a droit après le premier tour… » Une réunion publique est prévue le 17 janvier avec dans la foulée la présentation de la liste.

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page