Conseil Municipal extraordinaire à Montpellier. Compte rendu par Francis Viguié

Le Conseil municipal du 18, avril était un conseil extraordinaire à la demande de Michel Passet du PC. Le point à l’ordre du jour était la position de la ville sur l'”Opération Campus”. Ce projet a pour but de financer 10 projets pour un montant total de 5 milliards d’euros financés par la cession par l’état de 3% du capital d’EDF.
L’objectif est de sélectionner en France 10 universités pôles d’excellence ayant une visibilité mondiale. Il s’agissait pour le Conseil municipal de soutenir le dossier montpelliérain de réponse à l’appel à projets Campus.
Voici la position des uns et des autres, le point de vue que j’ai soutenu, la déclaration donnée à la presse. Francis Viguié


__L’opération campus. qu’en penser ?__

Le débat a été ouvert par Mandroux.

Le ton était donné d’entrée, un positionnement béat et sans la moindre critique.
“Pécresse veut financer un pôle universitaire fort, un objectif d’excellence, une ambition scientifique, l’ouverture à l’international….
Création de “Montpellier Université Sud de France” regroupant Mtp 1, 2 et 3 ainsi que Perpignan et Nimes.
Les atouts de Mtp : agronomie, environnement, eau En Septembre, il y aura un Congrès Mondial de l’Eau à Mtp
Dans cette nouvelle situation, création d’une commission extra municipale vie étudiante et dans les locaux de l’ancienne AGEM une Maison des Etudiants.
Il faut développer l’esprit de Campus, un campus unifié, lieu de vie pour enseignants et chercheurs.
La Région s’est positionnée, la ville va devoir dynamiser ce pôle”…

Levita (PS) a suivi :
Le classement de Shangaî a été un coup de tonnerre. Il a bouleversé le système français. La concurrence, la globalisation touchent tous les secteurs.
Que faire pour conserver les meilleurs chercheurs, les meilleurs enseignants, les meilleurs étudiants…….. entrer dans le projet campus
Conscient qu’il s’agit d’une rupture avec le passé mais nous ne pouvons pas refuser de participer
(Lors de l’AG je vous donne une photocopie de son rapport)
le calendrier retenu : intention fin avril, candidats fin mai, financement début 2009
Il faut concevoir Mtp comme ville Campus
Il faut émettre un avis favorable et signer une convention de principe.

Le débat s’est ouvert

Domergue UMP :
Se félicite du soutien à l’action du gouvernement et à Pécresse. Trouve cocasse que ce soit à la demande d’un élu communiste que cette réunion se tienne. Il félicite Passet d’accepter l’argent de la privatisation d’EDF. Il souhaite qu’il y ait plus de 10 projets car ce serait plus sûr pour MTP. Regrette que Mtp 1,2 et 3 n’est pas encore fusionnés. Propose des financements diversifiés et des partenariats. On ne peut pas en rester à un financement public. Votera pour.

Bouillé, PS :
Projet majeur, réussir ce projet , attractivité de Mtp. Il faut l’unanimité du conseil

Dufour, Modem :
soutien totale, un projet où il doit y avoir l’unanimité

Touchon, indépendant liste Mandroux :
Depuis longtemps pour une université unique à Mtp. pour un vote unanime

Roumegas Verts :
S’étonne de l’attitude béate, pointe des limites.
De plus dénonce le fait qu’en conséquence de ce projet la municipalité prévoit de construire fortement dans la ceinture verte ( Campus = route de Ganges – route de Mende – limite nord de la ville) . En plein territoire défendu par l’association “Non au béton”.

Passet PC :
“La position du PC est connue contre les réformes du gouvernement . Mais nous ne pouvons pas rater cette occasion. Nous soutiendrons la proposition même si nous considérons que la la concurrence n’est pas bonne. Nécessaire de grandes universités. Pour un débat public”

Viguié :
A la déclaration que vous pourrez lire (distribuée à la presse présente), j’ai rajouté au vu du débat :
Que pour nous le débat démocratique ne se limitait pas aux partis présents dans ce Conseil. Nous prenions en compte l’avis des organisations syndicales enseignantes et étudiantes, les luttes. Que nous ne séparions pas ce débat de la politique gouvernementale en matière d’éducation.
Je fais un rajout à la fin en direction du PC pour indiquer que si nous appliquions à tout moment la logique du type la loi Pécresse LRU est passée, il faut donc s’adapter, nous allions vers des catastrophes. Par exemple, allions nous avoir la même position sur les Hôpitaux…. La gauche doit s’opposer à partir de ses valeurs et des luttes.

Thines PRG puis Saurel puis Delafosse ont continué sur la nécessité d’être unanimes

Dans leurs réponses, Mandroux et Levita ont cherché à répondre à des points de notre déclaration. ILs reconnaissent que l’avenir de Perpignan et de Nîmes n’est pas clair…… mais il faut séparer l’intérêt général des positions politiques personnelles, ils respectent les lois votées par un parlement légitime, il faut donner un signe fort par un vote unanime.

Toutes et tous ont voté pour la proposition Campus sauf les Verts et moi même qui nous sommes abstenus.

Notre déclaration a été un élément décisif du débat. Domergue jouant le monsieur plus à droite. Nous avons pu pointer des problèmes réels pour les gens de gauche.
il s’agit maintenant pour nous de voir comment nous pouvons faire connaître notre position et nous lier à celles et ceux ayant sur les universités les mêmes préoccupations. Je ne sais pas trop comment la presse va rendre compte de notre position vu la pression pour le vote unanime pour Montpellier pôle d’excellence mondial !

Francis Viguié

__DECLARATION SUR LA DECISION DE PRINCIPE « OPERATION CAMPUS »__

La mise en place du plan Campus appelle de notre part un certain nombre de remarques.

Tout d’abord sur le plan démocratique. Ce projet avance à grande vitesse sans aucune transparence. De plus, suite aux dernières élections des Conseils universitaires, il est élaboré par des présidents qui demain ne seront plus présidents !

Dans le cadre de ces élections, les organisations syndicales comme le SNES Sup se prononcent contre la LRU et la concurrence entre les universités ou encore la liste CGT-SUD contre la LRU, la privatisation et la mise en concurrence des universités.

Ensuite, la loi Pécresse a mis en place l’autonomie des Universités. Le plan Campus décide de donner des moyens nouveaux et une visibilité internationale à 10 ou 15 universités. Ces deux orientations se complètent.

Il s’agit de regrouper les cinq universités du Languedoc Roussillon, celles ci devenant “Université Montpellier Sud de France”. Que deviennent les universités de Perpignan et de Nimes ? Au vu de ce que nous pouvons connaître du projet nous ne pouvons que comprendre les inquiétudes des organisations syndicales, des étudiants et du personnel de Paul Valery. Quel est l’avenir de Paul Valery? Concernant la recherche, vous situez le projet dans “optique de valorisation industrielle de la recherche scientifique” quelle valorisation et quels moyens sont accordés à la recherche fondamentale?

Quel financement ? Il provient de la vente par l’Etat de 3% du capital d’EDF. Pour continuer doit – on attendre de nouvelles privatisations? Faudra-t-il attendre du gouvernement des universités fonctionnant avec des fonds privés ? Cette logique ne peut avoir notre accord.


La création de ces pôles d’excellence n’aboutira-t-il pas, à l’image de ce que nous voyons dans le monde, à une concurrence entre les universités ?

L’accueil des étudiant(e)s est aussi à prendre en compte. la dynamique du plan Campus va augmenter le nombre d’étudiants à Montpellier. Quels sont les moyens mis en place pour les accueillir, en particulier en matière de logement ?

Dernier point et autre inquiétude, le statut des personnels.
Actuellement sur les campus universitaire et dans les établissements de recherche publique un constat s’impose le nombre de personnel précaire est en augmentation. Cette situation ne fera que s’aggraver avec les nouvelles prérogatives du président définies par la loi LRU. (Art L7 12-2) Le président a autorité sur l’ensemble des personnels. Il dispose d’un droit de veto sur les affectations des personnels … et peut recruter pour une durée déterminée ou indéterminée des agents contractuels sur postes d’enseignements, de recherche, techniques ou administratif… Le statut des personnels est bien un enjeu majeur.

L’ensemble de ces remarques font que plus que jamais l’urgence est à la mobilisation contre la logique de privatisation des universités et au débat associant les enseignants, les étudiants, les personnels, les organisations syndicales et les élus. C’est par cette démarche que nous pouvons défendre et améliorer le service public de l’éducation.
Nous ne pouvons approuver ce vœu qui ne tient pas compte des garanties nécessaires pour maintenir un haut niveau de qualité au service public et à la recherche fondamentale.

Montpellier le 18 Avril 2008 FRANCIS VIGUIE LCR – CUAL

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page