A Montpellier, les chercheurs du CNRS se mobilisent et organisent la “marche de tous les savoirs”

A Montpellier, 150 personnels du CNRS se sont rassemblés lundi 26 mai devant le siège régional. Une délégation a été reçue par M. Jollans, Délégué Régional, à qui ils ont demandé “de faire remonter leur colère auprès du CA du CNRS qui se tient actuellement à Paris.
Mardi 27 mai, a eu lieu la première édition de “l’Academic Pride – la marche de tous les savoirs”.


Mardi 27 mai, a eu lieu la première édition de “l’Academic Pride – la marche de tous les savoirs”. Sur Montpellier, les chercheurs se sont réunis sur la place de la Comédie à 11h30 pour un pique-nique. Départ à 13h30 pour la préfecture où une délégation a été reçue.

« L’Academic Pride – la marche de tous les savoirs » a été l’occasion pour tous ceux qui défendent l’importance du service public de la recherche et de l’enseignement, d’affirmer publiquement la fierté des valeurs qui fondent les métiers qui font vivre ce bien commun.

Communiqué de “Sauvons la Recherche” :

C’est une occasion de dire haut et fort que dans un contexte de fortes difficultés financières, nous sommes fiers de nos recherches, de nos découvertes, des savoirs que nous avons produits et transmis. Nous sommes fiers de nos réussites, des plus discrètes jusqu’aux plus visibles, qui obtiennent des récompenses internationales (Médaille Fields en 2006, prix Nobel et prix Turing en 2007) et qui consacrent le travail de très longue haleine mené par des équipes.
C’est l’occasion de dire que le gouvernement actuel, déterminé à mettre
la recherche et la formation directement et uniquement au service de
l’économie, fait un choix irresponsable en cassant le système existant sans
tenir compte de l’avis des professionnels qui font fonctionner le service
public d’enseignement supérieur et de recherche. Les différentes
“réformes” et réorganisations mises en place depuis trois ans (ANR, pacte sur
la recherche, AERES, LRU) créent un climat d’incertitude profondément
déstabilisant au quotidien pour les équipes de recherche, et
particulièrement délétère pour les jeunes qui renoncent de plus en plus à
s’engager dans des carrières scientifiques ou à les poursuivre. Les
dégâts créés seront très difficiles à réparer.
Le 27 mai est enfin l’occasion de dire que nous en avons assez du
comportement méprisant de ce gouvernement. Alors que des scientifiques
éminents ont mis en garde le gouvernement contre le danger qu’il y aurait à
démanteler les organismes de recherche, et que le CA du CNRS qui doit décider
de cette question le 19 juin ne s’est pas réuni, Valérie Pécresse, dans
une interview au Monde du 20 mai, a annoncé le découpage du CNRS en 8
instituts c’est à dire la disparition de fait de cet organisme
internationalement reconnu ! Cette décision ne concerne pas que le CNRS. Une
telle disparition affaiblirait l’ensemble de la recherche et mettrait plus
encore les universités sous le contrôle du pouvoir politique.

Pour plus d’info : Site de l’Academic Pride

Cette manifestation avait lieu dans d’autres endroits de france :

  • Bordeaux : à partir de 12h15, rassemblement sur le parvis de l’université de Bordeaux II, place de la Victoire.
  • Lyon : place Bellecour à 12h, pour un casse-croûte festif.
  • Marseille : 10h place Castellane avec slogans, blouses, affiches, banderolles, instruments de musique, etc !….
  • Nice : Place MASSENA (Angle de la rue Gioffredo) à 10h30
  • Orléans, rassemblement prévu à 10h30 le mardi 27 mai, Place d’Arc. Ensuite, les participants prendront le train pour Paris.
  • Paris : Départ à 14 h 30 du 54 boulevard Raspail (Maison des Sciences de l’Homme)
  • Roscoff : 13 h devant la Station Biologique
  • Toulouse : rassemblement Place du Capitole à 14 h 30, et constitution d’une pyramide de thèses et de publications.

A Montpellier, 150 personnels du CNRS se sont rassemblés lundi 26 mai devant le siège régional. Une délégation a été reçue par M. Jollans, Délégué Régional, à qui ils ont demandé “de faire remonter leur colère auprès du CA du CNRS qui se tient actuellement à Paris.
Leurs revendications urgentes et unanimes sont les suivantes :

  • Maintien du CNRS dans toute son intégrité
  • Non au découpage en instituts
  • Non à la disparition des sciences du vivant et des STICS”

Ceci fait suite à une déclaration de la ministre Valérie Pécresse dans la presse le 11 Mai (
lien vers l’article), alors que le gouvernement avait annoncé une « concertation » jusqu’au CA du CNRS du 19 Juin. Valérie Pécresse y présente le découpage en six nouveaux instituts nationaux (mathématiques, physique, chimie, sciences de l’ingénieur, sciences humaines et sociales, écologie et biodiversité), soit huit instituts au total, dont sont exclues les sciences de la vie (coordonnées par l’Inserm) et l’informatique (pilotée conjointement avec l’INRIA). Le 22 mai, les élus des personnels du CNRS ont refusé de siéger dans ces conditions au CA du CNRS à Paris et une déclaration intersyndicale nationale a été faite.

Ci-joint le reportage passé sur FR3 Montpellier le Jeudi 22 Mai (début à 1:20). lien vers le site du reportage

Le vendredi 23 mai, les organisations syndicales, aux quelles “Sauvons la Recherche” s’est joint, appellaient à une Assemblée Générale à 14h, amphi du CRBM, campus Route de Mende, pour faire le point et décider de la suite à donner à notre mouvement, notamment pour à la “Marche du Savoir” ou “Academic Pride” de mardi 27 mai.

Déclaration des élus du personnel SGEN-CFDT, SNCS-FSU et SNTRS-CGT au Conseil d’administration du CNRS du 22 mai 2008 :

“Alors que le gouvernement avait annoncé une « concertation » jusqu’au CA du CNRS du 19 Juin, les universitaires, les organisations soussignées ont appris par « Le Monde » daté du 21 mai la réforme du CNRS. Valérie Pécresse y présente le découpage en six nouveaux instituts nationaux (mathématiques, physique, chimie, sciences de l’ingénieur, sciences humaines et sociales, écologie et biodiversité), soit huit instituts au total, dont sont exclues les sciences de la vie (coordonnées par l’Inserm) et l’informatique (pilotée conjointement avec l’INRIA). C’est la disparition, de fait, du CNRS, organisme internationalement reconnu ! Cela affaiblirait l’ensemble de la recherche, permettant au gouvernement d’assurer seul le pilotage du système de recherche et d’enseignement supérieur.

Alors que le Gouvernement a été mis en garde contre le danger qu’il y aurait à démanteler les organismes de recherche, que la communauté universitaire et scientifique s’est mobilisée le 15 Mai dans les manifestations pour la défense du service public, le gouvernement veut passer en force en annonçant dès aujourd’hui ses décisions.

Ce projet de démantèlement, qui appelle celui d’autres organismes comme l’INRA, l’IRD, le CEMAGREF ou le CEA, forcément touchés par cette décomposition/recomposition du CNRS et de l’INSERM, est inacceptable !

Les organisations signataires appellent la communauté universitaire et scientifique à exprimer son opposition à ce projet. D’ores et déjà, elles appellent les personnels et les étudiants à organiser des Assemblées Générales dans tous les établissements, à intervenir auprès des pouvoirs politiques et des parlementaires, et à participer aux rassemblements et manifestations en régions et à Paris, et en premier lieu à la manifestation du 27 mai.

Signataires : FSU : SNCS – SNESUP- SNASUB – SNEP – SNETAP
CGT : SNTRS – FERC Sup – CGT-INRA

SLU – SLR
UNSA : SUP recherche – SNPTES – A&I
FO
Solidaires : SUD Recherche – EPST
CFDT : SGEN CFDT Recherche-EPST – CFDT-CEA
UNEF ”

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page