Elus municipaux : ils travaillent et rendent compte

A Montpellier Francis Viguié élu LCR/cuals fait un travail remarquable. Les conseils municipaux sont préparés collectivement et un compte rendu détaillé est fait après chaque conseil. C’est la même chose à Béziers avec Aimé Couquet élu PCF / LCR.
Bravo à eux pour leur travail, la transparence de leur action, les idées qu’ils défendent, souvent isolément. A lire ci dessous

Conseil municipal Montpellier du 24 juillet Francis Viguié

Sa préparation, les points essentiels
Voici les points sur lesquels je compte intervenir. A mon retour de vacances, en fonction de ce conseil, je ferais un
compte rendu plus approfondi.

Pour le journal municipal du mois de septembre : le groupe Verts et
LCR-CUAL fera sa tribune sur l’eau. Ce choix est en lien avec le débat public et le congrès “eau” à Montpellier.

Sur le conseil municipal lui même :

Le voeu de la majorité sur l’EAI et l’armée à Montpellier n’est pas
amendable et en l’état il est impossible de le voter.
Il y a un premier problème, il ne critique en rien la logique de
professionnalisation de l’armée. Cette conception militaire n’est pas
contestée par le PS. Le départ de l’armée n’est qu’une conséquence de
ce choix.
Mon intervention portera sur la conception de l’armée, contre les
armées professionnelles, pour une armée le plus proche possible de la
population, pour une réduction radicale des dépenses militaires… Mais
nous prenons en compte la situation des personnes, en particulier les
civils travaillant pour l’armée devenant des victimes de la réduction
massive de l’armée de terre.
Les Verts ne voteront pas non plus ce voeu. Entre nous le débat a porté
sur “abstention” ou “ne pas prendre part au vote”.

Au point 4, je compte intervenir sur les subventions aux associations.

En effet sont mélangés des associations de nature totalement
différentes. Des associations culturelles, cultuelles, scientifiques,
de quartiers….
Mon intervention aura pour but de demander un vote dissocié ou alors de
regrouper les votes par type d’association.
Par exemple, au point 4 il y a 6 000 euros pour Radio Maguelone ( je ne
vote pas cette subvention) à côté de subventions qui ne posent pas de
problème.
Ce problème se pose à différentes reprises et pose problème pour le
vote global puisqu’il n’y a qu’un seul vote pour une liste de
subventions.

Du point 27 au point 40, je compte faire une intervention globale
puisqu’il s’agit de délégations de services publics.

Première point pour demander les rapports, ensuite pour refuser les
délégations. Nous sommes pour les services publics en régie.
Je prendrais deux exemples pour démontrer en quoi ces délégations
coûtent plus cher que le service public.

Tout d’abord l’eau en s’appuyant sur l’enquête “Que Choisir” épinglant
Montpellier avec le rappel de notre demande de remunicipalisation.
Autre exemple les Parkings (points 33 et 34) ; ainsi “Vinci” pour le
parking Foch- Préfecture- Marché aux Fleurs réalise en exploitation 1
927 444 euros et avec un résultat avant impôt 1 163 302 euros, pas mal
comme bénéfice ! De plus, sur la base de ces résultats, ils ne
reversent que 42 734 euros à la ville.

La TAM, elle, pour le parking “Arc de triomphe”réalise en exploitation
1 0720400 euros et avec un résultat avant impôt de 31 500 euros, un
bénéfice bien moindre que Vinci. Sur la base de ces résultats, la TAM
verse pour ce parking 533 800 euros à la ville.
Je demande des éclaircissements sur les taux de reversements à la
ville, curieusement différents selon les exploitants.

Au point 41 concernant “Enjoy”
(corum, parc des expos..), j’utilise ce
point pour dénoncer l’absence de salles à Montpellier. Des salles sont
une nécessité pour la vie démocratique.

Au point 45, dénonciation des hausses de tarifs de la TAM annoncés dans
la presse.

Le point 48 est important. Il s’agit du Port Jacques Coeur.
Depuis un
moment nous n’en avions pas entendu parler mais tout continue. Frêche
doit être content. Nous ne pouvons qu’être contre cette dépense de
prestige de faire un port à Montpellier. Nous en sommes déjà à des
dépenses constatées de 2 286 000 euros ! Mon intervention sera pour
demander l’abandon de ce projet et en cas de refus d’ouvrir une
consultation de la population sur ce sujet.
Il s’agit d’un port de plaisance. Pour amener la mer à Montpellier à
partir du Lez, il faut au moins 4 écluses !!

A partir du point 50, plusieurs votes concernent les ZAC
(zones
d’aménagement concerté). En fait, il n’y a aucune concertation, aucun
débat public et aucun contrôle réel au conseil municipal. Je
m’abstiendrai donc sur ces points. Il manque de logement à Montpellier
c’est un fait mais nous n’avons pas la maîtrise des affaires.

Au point 103, destruction et relogement d’une maison de retraite.
Il
s’agit de détruire “Campériols” et de reloger au “Résidence Foyer
Laroque”
Mon intervention doit servir à demander s’il n’y a pas de perte de
place et connaître le projet suite à la destruction sur ce terrain. Je
termine sur les moyens pour un véritable service public du quatrième
âge.

Subventions : Le point 105 est une subvention de 6 000 euros à la Chambre des Métiers
et de l’Artisanat.

Le point 106 est une subvention de 1 000 euros au Centre des Jeunes
Dirigeants d’Entreprise

Je vote contre ces 2 subventions.

Le prochain Conseil municipal aura lieu le Lundi 29 Septembre.
Le débat d’orientation budgétaire aura lieu en Novembre et le vote en
Décembre.

Jeudi 24 juillet
Francis Viguié

Béziers Mes interventions au conseil municipal du 23.07.08 Aimé Couquet

Voici le résumé de mes interventions les plus importantes :

J’ai interpellé le maire sur le licenciement d’un agent contractuel Mme Annie Assemat, employée à temps partiel à la direction des musées. Le bon travail de c’est agent a toujours été reconnu par le directeur, le conservateur Lugan. De plus, Mme Assemat a eu dans la plus grande illégalité, son contrat renouvelé tous les six mois pendant 13 ans. Elle est aussi reconnue travailleur handicapé de catégorie B. “

Tout à coup, après les élections municipales, à 4 ans de la retraite, Couderc ne renouvelle plus le contrat au prétexte ” qu’à compter du 1er juillet 2008, le poste d’un agent à temps non complet pour lequel vous avez été recruté, ne se justifie plus.” Réponse du maire : il maintien sa position et ajoute “aucun poste ne correspond à ses capacités. On n’a jamais vu un employeur, public ou privé, employer quelqu’un qui ne peut remplir ses missions.” et il ajoute avec élégance “sa famille est désolée de la publicité que l’on fait de cette affaire.” Pas de réaction sur les bancs des élus autre que la mienne !

– Création d’un nouveau pôle IUT sur le site Du Guesclin – Participation financière de la ville : J’ai dénoncé une nouvelle opération de transfert de charges de l’Etat vers les collectivités puisque dans cette réalisation où l’Etat à la compétence entière, l’enseignement supérieur, ce sont la ville, la communauté d’agglomération, la région qui paient 90% de la dépense, soit 15.000.000 d’euros sur 16.800.000 euros de dépenses. C’est fou !

– PRU de La Devèze : une fois de plus, j’ai pointé les retards dans cette opération. Le processus de modification du centre commercial Frédéric Mistral est bloqué par une “négociation” à la Couderc. Il ne veut pas en démordre. Il spolie le petit commerce alors qu’il fait des cadeaux aux gros et aux promoteurs de la ville. J’ai signalé les dangers engendrés par la création du nouveau giratoire, un grand rectangle arrondi aux extrémités, qui devient un véritable anneau de vitesse. Il est vrai que si j’avais cinquante ans de moins, je serais tenté, avec les moyens de locomotion modernes, de faire pareil. A l’époque, je n’avais qu’un vélo-solex ! Il en a convenu et promis de mettre en oeuvre les moyens techniques pour éviter la vitesse et les accidents bien que le bouffon de service, Gérard Niel, conseiller chargé de l’opération, ait essayé de faire diversion en proposant “l’installation d’un feu rouge” (SIC)

– Règlement intérieur du conseil municipal : la question a été enlevée de l’ordre du jour suite à la réunion de la commission où une fois de plus, j’ai précisé deux points importants qui ne sont pas respectés en ce qui me concerne : les moyens fournis aux élus de l’opposition et l’information sur les publications municipales. Obligatoirement, cet ordre du jour sera repris à la séance de septembre puisque le délai de 6 mois depuis les élections sera écoulé.

– SEBLI ; accord de la commune pour la prise de participation au capital d’une société par actions simplifiée à vocation immobilière en cours de création, filiale de la SEBLI. Comme vous le voyez, le titre est évocateur ! En effet, il s’agit tout simplement d’autoriser la Sté d’économie mixte, bras armé de la commune à devenir un “PROMOTEUR IMMOBILIER” alors que jusqu’à présent, elle n’était qu’un AMÉNAGEUR. Même Midi-Libre (du 24.07.08) a titré : COUQUET à COUDERC : “VOUS DEVENEZ UN PROMOTEUR !” et de poursuivre pour une partie de mon intervention “le privé n’est à l’affût que de ce qui est juteux ! Les risques, c’est la commune qui les prend. Ce qui est en train de se dessiner sur Béziers, sans compter vos manquements sur le logement social, c’est un scandale financier. Vous êtes entrain de devenir un promoteur immobilier ! J’ai voté contre. Joêl Clérembaux avec qui j’avais échangé avant la séance avait eu cette réflexion que je vous livre “et moi qui pensais que dans un système “libéral” il ne devait pas y avoir d’interventions du secteur public en direction du privé ! Et je croyais que le “laisser-faire” était la règle ! Et, enfin, on avait essayé de me convaincre que la “main invisible” d’Adam Smith allait réguler naturellement le marché ! La main est très visible : c’est celle de Couderc puisant dans les caisses de la collectivité pour distribuer avec largesse les deniers publics à ses amis promoteurs.”

Implantation d’un bureau de poste sur le square Edouard Barthe : j’ai voté contre ce dossier qui entérine la démolition de l’ancienne poste

– Extension de la prime de présentéisme à tous les agents en CDI. Dans le droit fil de mon vote lors de la séance du 31 juillet 2007 au cours de laquelle a été adopté la prime de présentéisme pour les agents de la FPT, j’ai voté contre ce principe inique qui fait, pour ne prendre qu’un seul exemple, que les agents qui ont quelques jours de congés maladie voit leur prime disparaître….!

A la fin de la séance, j’ai demandé que le conseil débatte sur la décision prise par la CCI de supprimer au CFA les formations de chaudronnerie, soudure et mécanique auto ; ainsi que la crainte de disparition de la formation “peintres en décor” dispensée à l’AFPA de Béziers. Après m’avoir indiqué que cela aurait du être posé en question écrite, Couderc m’a coupé le micro et levé la séance. Ce que n’a pas manqué de faire l’ensemble des élus.

Aimé Couquet

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page