2èmes Chantiers d’Espoir

Samedi 13 juin, salle Pagézy à Montpellier, se tenaient les 2èmes Chantiers d’Espoir, où plus d’une centaine de personne s’est déplacée. Ils se sont déroulés avec Dominique Rousseau le matin pour une conférence-débat sur la démocratie, et des ateliers thématiques l’après-midi, où chacun-e était amené à proposer ses idées.

Ces chantiers se sont déroulés en deux temps.

Image_2.jpg

Matin :

Venu présenté son dernier ouvrage « Radicaliser la démocratie », 

Image_1.jpg

Dominique Rousseau, Professeur de Droit Constitutionnel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a pu expliquer sa vision de ce que pourrait être selon lui, une démocratie continue.

Alors que la France est pourtant l’un des pays qui a inventé la démocratie représentative, tout le monde peut faire le constat que ce système ne fonctionne pas et qu’il faut donc repenser l’organisation sociale en radicalisant la démocratie, c’est-à-dire en revenant au peuple qui est la racine de la chose démocratique.

Image_4.jpg

Apres avoir abordé les principes politiques, juridiques et sociologiques de cette démocratie continue, Dominique Rousseau faisait des propositions pour un réaménagement des systèmes de pouvoir avec en particulier, la suppression du référendum remplacé par une Assemblée Sociale Délibérative qui serait le pendant de l’Assemblée nationale, la suppression du ministère de la Justice, du Conseil d’Etat et la transformation du Conseil Constitutionnel.

Le débat s’est ensuite développé dans la salle avec des propositions plus radicales pour sortir de cette crise de la représentation et qui pourraient passer par la refondation d’une 6ème République en commençant par faire élire rapidement une Assemblée Constituante.

Sur le fond, le constat était partagé que ce système représentatif relève de « l’autisme politique » car il traduit désormais un divorce profond entre le peuple et ses représentants.

Bernard D.

Image.jpg

Après-midi :

Après un repas convivial, les participant-e-s se sont regroupé-e-s par tables thématiques, où les débats, même si possiblement passionnés, se sont déroulé dans le calme et l’écoute chacun-e respectant la parole de l’autre. 
Les tables thématiques étaient au nombre de 5 :
 
DSC02814.JPG

Services publics :DSC02813.JPG

Sur la base de la gestion de l’eau, des transports, de l’école, la discussion a également tourné autour de la gare de la Mogère, de la Sécurité sociale et du TAFTA, qui organise aussi la casse des services publics.

mixité sociale : non à la ghettoïsation

Certes, les contournements à la carte scolaire devraient être impossibles, mais quelle utilité s’il n’y a de toutes façon pas de mixité dans les quartiers ?
De nombreuses propositions ont émergé : agir sur le foncier pour inclure des logements sociaux dans les quartiers riches et inversement, instaurer un quota de carte scolaire aux écoles privées (les enfants concerné-e-s ne paieraient pas pour leur scolarité) en attendant que l’enseignement privé disparaisse, alimenter le budget des écoles grâce à l’ISF (Impôt Sur la Fortune) qui devrait être augmenté, loi sur les HLM pour que les gens choisissent le quartier où ils veulent habiter… Et évidemment il a été question des mères en lutte du Petit Bar pour la Mixité. (Voir ICI)
DSC02812.JPG

AgroalimentaireDSC02801.JPG

Après un constat alarmant sur la disparition des terres agricoles, quelles solutions ? Il faudrait favoriser la transmission des exploitations et du savoir d’agriculteur/trice bientôt à la retraite à agriculteur/trice qui débute, favoriser l’agriculture de proximité (quelle liberté sans autonomie alimentaire ?) Possibilité d’une agriculture urbaine malgré la pression du foncier ?

Austérité et union européenne :DSC02799.JPG

Il a été évidemment question de la “dette”, pourquoi donc cette interdiction d’emprunt direct des États à la BCE (banque centrale européenne), qui favorise le intérêts privé et augmentant la dette, rendant sa majeure partie illégitime ? Et aussi de la Grèce : quelle solidarité concrète envers le peuple grec ? Pourrait-on envoyer, par exemple du matériel médical ? La solidarité politique est aussi une vraie bataille à mener, car il ne s’agit au fond que du simple doit des peuples à disposer d’eux-mêmes…
DSC02817.JPG

Médias : le droit à l’information DSC02792.JPG

Le premier constat partagé par tou-te-s fut l’uniformisation de l’information : les chaînes ont beau se multiplier, rien de nouveau sous le soleil… Même si on peut penser à une propagande officielle, et sans oublier le fait que nombres de médias dépendent de grands groupes, l’État ne garantit pas les moyens aux journalistes de faire correctement leur travail, devant alors se contenter de reprendre les dépêches AFP (Agence Française de Presse)… La mise en avant de l’extrême droite est flagrante et préoccupante, renforçant l’urgence d’une presse pluraliste et indépendante.
L’après-midi c’est fini en assemblée où les personnes présentes ont insisté sur les suites à donner, pourquoi pas un cahier des Chantiers ? Organiser des chantiers ailleurs dans le département ? Évidemment, cet outil doit être utile aux luttes, avec du relai et des propositions, et faite dans l’idéal des chantiers d’espoirs continus !
DSC02815_2.JPG

Marjolaine CC

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page