Chasse aux Sans Papiers : quel rôle joue la municipalité de Montpellier ?

L’interpellation par la police de l’air et des frontières d’un sans papier sortant d’une démarche en vue de son mariage confirme les soupçons sur l’attitude de la municipalité “socialiste”

Depuis plusieurs semaines, l’attitude de la municipalité « socialiste » de Montpellier vis à vis des Sans-Papiers est critiquée par les associations de soutien aux Sans Papiers. Derrière les belles déclarations de principe contre la politique de Sarkozy, il y a une tout autre réalité.

Un policier interviewé dans Midi Libre suggérait ainsi que la multiplication des contrôles d’identité dans des quartiers comme Figuerolles était plus ou moins demandée par la municipalité. Des policiers municipaux, sans procéder eux-même aux contrôles, ce qui serait illégal, accompagnent des policiers nationaux lors de contrôles sur les réseaux de la Tam. La mairie ne peut pas ignorer que ces contrôles n’ont pas pour principale fonction la sécurité des personnes mais bien la chasse aux sans-papiers destinée à remplir les quotas d’expulsion, demandés par le gouvernement.

La dernière affaire, celle d’un couple interpellé par la PAF, à la sortie d’une démarche en vue d’un mariage, a fini de montrer que la municipalité, alors que rien ne l’y oblige légalement, a choisi délibéremment de prévenir la police pour qu’elle interpelle des sans papiers.

Cette affaire a fait réagir la maire qui prétend ne pas être au courant mais dilligente une enquète interne, ce qui confirme les faits reprochés à la municipalité.

Soit Madame Mandroux ne contrôle pas sa mairie sur des faits pourtant graves pour quelqu’un qui se dit de gauche et hostile à la politique de Sarkozy, soit elle cherche à se défausser sur un lampiste pour une politique qu’elle ne veut pas ou plus assumer.
En tout, c’est une bien piètre image de la gauche que donne cette municipalité. On s’étonnera aussi du silence assourdissant des alliés du PS à la mairie (verts, pc) sur la question.

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page