Conférence de presse de partis de gauche contre l’installation d’Agrexco à Sète

Lire ci-dessous ou ici l’article de Midi Libre (17/09/09)

Les partis suivants :
Alternatifs, Fédération, NPA, PCF, PG, Verts, ont tenu mercredi 16 septembre à 14 h 30 une conférence de presse commune dans les locaux du NPA 34 pour dénoncer l’installation de la société israélienne Agrexco à Sète.
Midi Libre, Hérault du Jour et Montpellier Journal étaient présents.

Plus d’infos sur le sujet:
rubrique Agrexco sur notre site et
site de la coalition contre Agrexco

Article de Midi Libre, G. T, Édition du jeudi 17 septembre 2009

Union de partis de gauche contre Agrexco

RAPPEL : Le NPA, le PC, le PG et les Verts demandent l’abandon du projet d’implantation de la société israélienne sur le port de Sète

« L’objectif de notre démarche est d’obtenir une décision du conseil régional contre la venue d’Agrexco à Sète. » Quatre partis de gauche, le NPA, le PC, les Verts et le Parti de Gauche ont présenté, hier, leur stratégie commune afin d’obtenir « la mise à la poubelle » du projet d’installation de la société d’export de fruits et légumes sur le terminal sétois, dont 70 % de la production proviendraient des territoires palestiniens colonisés. Une arrivée présentée et défendue par Georges Frêche et le conseil régional, assortie d’un programme d’investissement de 200 M€ sur le site portuaire.
« Nous sommes doublement concernés, d’abord parce qu’il s’agit d’une décision politique et ensuite parce qu’il s’agit d’argent public », défend Francis Viguié. Pour le représentant du NPA, l’installation d’Agrexco pose une question « éthique » importante, au moment où des personnalités comme le cinéaste anglais Ken Loach ou l’archevêque sud-africain Desmond Tutu se prononcent en faveur en faveur de la campagne de boycott d’Israël (BDS). « C’est une façon de manifester notre résistance là-bas », ajoute Chantal Ponsot pour le Parti de Gauche. Les représentants des quatre partis, rejoints par les Alternatifs et la fédération des anti-libéraux, ont prévu de se rendre au conseil régional le 25 septembre prochain, afin d’obliger l’exécutif à faire marche arrière dans le dossier. Une démarche désormais soutenue par les élus communistes.
Au mois de juin, une première mobilisation de la coalition contre la venue d’Agrexco n’avait pas fait bouger les choses. Et cette fois ? « On verra. Ensuite, il est évident que ce sujet sera majeur lors des prochaines élections régionales », assure Francis Viguié. « Ce dossier pose la question du modèle de développement pour la région. Si demain, Barcelone ou Valence mettent autant d’argent dans la balance, ils se déplaceront à nouveau », renchérit Françoise Alarmartine, des Verts sétois. Au coeur de l’été, une délégation s’est rendue en Palestine pour enregistrer la position du ministre de l’Agriculture de l’Autorité palestinienne, opposé lui aussi à l’exportation des produits récoltés dans les colonies. Un soutien de poids, estime la coalition, dans le rapport de force engagée avec la Région.

Déclaration commune :

POUR LA PALESTINE, POUR L’EMPLOI,

NON A LA VENUE D’AGREXCO !

Le Président du Conseil Régional du Languedoc Roussillon, Georges Frêche, a annoncé à grand renfort de déclarations publiques la venue d’Agrexco, compagnie publique israélienne, dans le port de Sète. Cette entreprise exporte 70% des produits (fruits, légumes…) des colonies israéliennes, colonies totalement illégales selon le droit international. Leur production est le fruit d’une dépossession de la terre et des ressources en eau de la Cisjordanie, territoire occupé militairement.

Nos partis se sont opposés à cette arrivée et ont signé l’appel de la « Coalition contre Agrexco »
Ils ont une responsabilité particulière pour faire annuler ce projet.

Nous avons décidé d’agir ensemble pour :
– Marquer notre solidarité avec le peuple palestinien
– dénoncer la violation du droit international par l’état d’Israël
– dénoncer la complicité du gouvernement français qui laisse entrer en France les productions des colonies israéliennes jugées illégales par l’Union Européenne
– favoriser le développement du port de Sète avec la création d’emplois correspondants. Il existe d’autres moyens pour développer le port de Sète que d’accueillir une entreprise qui exploite les victimes de l’apartheid et de la colonisation israélienne.
– imposer un débat public sur l’utilisation des 200 millions d’euros promis par G. Frêche pour aménager le port.

L’objectif de notre démarche est d’obtenir une décision du Conseil Régional contre la venue d’Agrexco à Sète.
Cette décision doit intervenir lors de la session du Conseil Régional de Septembre.

Le refus de l’implantation d’Agrexco est aussi porté par une large coalition de plus de 85 organisations et par la mobilisation populaire commencée dans la rue le 25 juin dernier.
Plus que jamais, le prochain Conseil Régional doit mettre fin à l’arrivée d’Agrexco.

Nos partis préciseront leurs positions à l’occasion d’une prochaine conférence de presse

Montpellier, le 10 Septembre 2009

Alternatifs, Fédération, NPA, PCF, PG, Verts,

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page