Béziers : deux voeux proposés au conseil municipal

A. Couquet, élu PCF-NPA au conseil municipal de Béziers a proposé deux voeux sur la réforme des collectivités territoriales et sur la taxe professionnelle.

1° – Voeu sur la réforme des collectivités territoriales :

« La commune de Béziers est concernée directement ou indirectement par le projet gouvernemental en cours de discussion au Parlement : la réforme des collectivités territoriales. Cette réforme vise à :

Démanteler la République et la démocratie locale en transformant totalement le paysage des communes, départements et régions.

Museler puis éliminer les collectivités qui sont des lieux d’expression des exigences démocratiques, de résistance à la politique ultra libérale, aux objectifs du capitalisme compte tenu de sa crise profonde.

Accélérer la mise en concurrence des habitants, des salariés, des territoires et accélérer la privatisation ou la suppression des services publics. La -concurrence libre et non faussée- doit s’emparer du pactole que représente l’action quotidienne, moderne et efficace, des collectivités et leurs investissements.

En conséquence, le Conseil Municipal de Béziers est défavorable à ce projet de réforme des collectivités territoriales. »


2° – Voeu sur la suppression de Taxe Professionnelle :

« La commune de Béziers est concernée directement ou indirectement par le projet gouvernemental en discussion au parlement de la suppression de la Taxe Professionnelle. Cette réforme, c’est un cadeau de 30 milliards d’euros aux patrons, à partir de 2010. Ceci, soit disant pour « alléger » les charges et favoriser l’emploi. Pourtant l’expérience a montré que tous les allègements précédents n’ont ni créé de l’emploi, ni empêché les délocalisations.

Les collectivités assurent une grande part de l’investissement public. Ainsi, les entreprises ont une responsabilité sociale et territoriale et doivent contribuer à l’aménagement et aux services locaux dont elles profitent.

Si une réforme de la fiscalité locale, donc de la taxe professionnelle, est nécessaire, cette réforme doit viser au contraire à élargir son assiette aux actifs matériels et financier à hauteur de 0,5 %, ce qui rapporterait 22 milliards d’euros.

En conséquence, le Conseil Municipal de Béziers est défavorable au projet actuel de suppression de la Taxe Professionnelle. »

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page