Le Front de Gauche veut mettre un terme à l’accord avec le NPA en Languedoc-Roussillon

Jeudi 03 décembre, un accord sur le programme, la stratégie au premier comme au second tour ainsi que sur les exécutifs en Languedoc-Roussillon, a été acté par les délégations du NPA, de la FASE, des Alternatifs, du MPEP, des Objecteurs de Croissance, et par celle du Front de Gauche (PCF, PG, GU).
Le 10 décembre, le Front de Gauche (PCF, PG, GU) est revenu sur la plupart de ses engagements précédents pris dans les réunions unitaires et a, ostensiblement, montré qu’il voulait partir en campagne sans le NPA.
Le NPA propose une nouvelle réunion unitaire mercredi 16 décembre à 19h dans ses locaux.

Sur l’ensemble du dossier, voir : élections régionales en Languedoc-Roussillon
Sur les réactions à notre communiqué ci-dessous, voir ici

Communiqué du NPA Languedoc-Roussillon.

Jeudi 03 décembre, un accord sur l’essentiel : le programme, la stratégie au premier comme au second tour ainsi que sur les exécutifs en Languedoc-Roussillon, avait été acté par les délégations du NPA, de la FASE, des Alternatifs, du MPEP, des Objecteurs de Croissance, et par celle du Front de Gauche (PCF, PG, GU).

Un communiqué commun avait été publié. Voir ci-dessous.
Un protocole commun précis avait été longuement discuté et avait été accepté par tout le monde à l’exception d’une phrase sur la composition de la liste.
(voir https://www.resistons.net/index.php/2009/12/06/500-un-accord-unitaire-est-possible-en-languedoc-roussillon)
Les militants du NPA Languedoc-Roussillon avaient été consultés et s’étaient prononcés par vote à une très large majorité en faveur de ce protocole d’accord.

Le 10 décembre, le Front de Gauche (PCF, PG, GU) est revenu sur la plupart de ses engagements précédents pris dans les réunions unitaires, et a ostensiblement montré qu’il voulait partir en campagne sans le NPA.

La réunion se tenait au local du PCF et les tracts de lancement de la campagne du seul FDG pour les régionales étaient mis en évidence... Cette provocation faisait suite à plusieurs déclarations dans la presse des représentants du FDG allant dans le même sens. Ils ne conçoivent un accord avec le NPA qu’en termes de ralliement de celui-ci.

Le FDG a expliqué :

Il n’était plus question d’annoncer que l’on ne fusionnerait pas au second tour avec la liste de George Frèche. Alors même qu’il y a une semaine, on était parvenu à « l’accord de tous pour considérer impossible une alliance au second tour avec une liste conduite par Georges Frèche que ses dérives populistes, autoritaires et racistes disqualifient pour rassembler la gauche. » (Communiqué commun du 03 décembre)
En quoi la politique et la personnalité de Frèche ont-elles changé en une semaine ? Est ce le soutien tacite du PS national à Frèche qui a provoqué un tel retournement ?

Le FDG et particulièrement le PCF ne se sentaient plus tenus de respecter les engagements programmatiques pris par le FDG le 03 décembre et voulaient revenir en arrière sur le fond.

– Enfin, il n’était plus question d’un accord large, spécifique au Languedoc-Roussillon. Ce sont les états majors parisiens du Front de Gauche qui allaient décider des têtes de liste et semble-t-il du reste. La règle simple de la proportionnelle proposée par le NPA (voir plus bas) a été refusée sous-divers prétextes. L’argument le plus précis était : le PCF a des élus qu’il doit retrouver, le NPA n’en a pas et donc il n’a pas de prétention à avoir. Argument particulièrement spécieux quand on sait que la plupart élus du PCF à la région sont derrière George Frèche !

En revenant de manière aussi grossière sur l’accord qui avait été conclu entre nos organisations le 03 décembre, le PCF et le PG prennent une lourde responsabilité, celle d’empêcher la constitution d’une liste de large rassemblement de la gauche de la gauche en Languedoc-Roussillon, seule à même d’offrir une alternative tant à la droite qu’à la politique de Frèche.

Vu l’ensemble des points ci-dessus, la délégation du NPA Languedoc-Roussillon, a à l’unanimité, au bout de deux heures, décidé de ne pas prolonger une discussion sans fin avec un FDG qui nous disait vouloir revenir en arrière sur l’accord du 03 décembre mais sans avoir aucune contre-proposition précise à faire.

Le NPA garde cependant comme objectif une liste unitaire large. Il propose donc une nouvelle réunion unitaire mercredi prochain, sur la base du protocole commun du 03 décembre.

En cas d’échec de cette réunion, le NPA proposera une liste de rassemblement à l’ensemble des organisations et des militants qui se sont reconnus dans la démarche unitaire sur la base du protocole commun du 03 décembre en Languedoc-Roussillon.

Pour le NPA Languedoc-Roussillon

David Hermet

RAPPEL

La règle de la proportionnelle proposée par le NPA

La réunion du 10 décembre devait initialement permettre de régler la composition de la liste pour pouvoir démarrer la campagne.

Sur ce point, pour le NPA, la répartition des têtes de liste devait refléter l’accord large qui existe en Languedoc-Roussillon car une alliance n’est pas un ralliement. Une règle simple et démocratique, la proportionnelle, aurait pu permettre un accord juste : sur la base des résultats aux européennes, en Languedoc-Roussillon (5,8% NPA, 9,1% FDG), le rapport FDG / NPA est de 3/5 2/5.

Élections Régionales: communiqué commun issu de la réunion du 03 décembre

Alternatifs, FASE, Gauche Unitaire, M’PEP, NPA, Objecteurs de croissance, PCF et PG

Jeudi 3 décembre les représentants des organisations suivantes – Alternatifs, FASE, M’PEP, NPA, Objecteurs de Croissance, et les composantes du Front de Gauche: Gauche unitaire, PCF et PG – se sont réunis pour envisager de présenter une liste unitaire de la gauche de transformation sociale et de l’écologie radicale aux prochaines élections régionales.

Les débats ont fait apparaître des convergences fortes: d’une part sur le programme régional qui nous serait commun, d’autre part sur la nécessité de présenter une liste unitaire de nos organisations à cette échéance électorale.
Les débats ont également fait apparaître l’accord de tous pour considérer impossible une alliance au second tour avec une liste conduite par Georges Frèche que ses dérives populistes, autoritaires et racistes disqualifient pour rassembler la gauche.
Nous souhaitons au second tour battre la droite en permettant un vote de gauche. Pour cela nous sommes favorables à des fusions démocratiques entre toutes les listes de gauche qui ne sont pas derrière Frèche, à l’exclusion du MODEM et de toute formation de droite.
Les participants ont décidé de se retrouver sous peu pour poursuivre le dialogue en vue d’aboutir à une liste commune de la gauche antilibérale et anticapitaliste, et pour commencer à formuler les axes d’un programme régional de rupture avec le capitalisme et le productivisme.

————————————————————–

Nous indiquons ci-dessous sur quelles bases la délégation du NPA s’était rendu à la discussion du jeudi 10 décembre, dans l’espoir d’arriver rapidement à un accord définitif, à un moment où le PS a entériné la candidature de Frèche.
Ci dessous aussi communiqué des organisations du Biterrois avant cette réunion.

Jeudi 03 décembre, après une longue réunion, nous nous étions quittés sur un protocole d’accord ainsi que sur un communiqué commun.
Le seul point qui faisait encore débat était la question des têtes de liste. Une nouvelle réunion est prévue demain soir, au local du PCF à Montpellier.
Entre temps, les militant-e-s NPA du LR se sont prononcés à une large majorité en faveur de ce protocole du 03 décembre, en y intégrant cependant le passage non accepté par le FDG sur la composition de la liste.

Sur le fond de l’accord : le communiqué et le protocole du 03 décembre

Jeudi 03 décembre, la réunion s’est achevée à 1h du matin.
Un communiqué commun est paru et un protocole d’accord a été discuté. Nous sommes arrivé à ce protocole en amendant le projet de compromis proposé par le NPA.
Après des échanges vifs mais fructueux, chacun a fait preuve de raison pour arriver à un compromis accepté par tous (à l’exception du passage sur la composition de la liste, où le FDG réservait sa position).
Ce protocole intègre les questions programmatiques, le premier et le second tour, la question des exécutifs, bref l’essentiel.
Il a circulé par mail entre les organisations dans les deux jours qui ont suivi la réunion du 03 décembre et tout le monde était OK. Les modifications de forme demandées à postériori par les uns ou les autres faisaient consensus, elles ont été intégrées.
Pour le NPA, qui a voté en LR sur la base de ce protocole, la poursuite des discussions ne peut se faire que sur la base de ce protocole du 03 décembre.

Le programme des régionales intégrera une dimension nationale. Pour avancer rapidement dans cette discussion, nous proposerons que l’on parte de l’accord unitaire qui avait réuni en 2007 dans la 4° circonscription de l’Hérault, le PCF, la LCR et les Collectifs Unitaires Anti-Libéraux.

Le problème des têtes de liste est facile à régler par une règle simple et démocratique : la proportionnelle.

La position du NPA est simple. La répartition des têtes de liste doit refléter l’accord large qui existe en Languedoc-Roussillon.
Une alliance n’est pas un ralliement et cela doit se manifester aussi bien dans le nom de la liste que sur la répartition des têtes de liste, qui doit se faire à la proportionnelle. Nous sommes tous sur l’idée que les fusions de second tour doivent se faire à la proportionnelle, un accord de premier tous encore plus !
Le NPA, concession importante car nous voulons un accord, accepte de partir des européennes, pour estimer l’importance des forces en présence. (On aurait pu intégrer aussi les dernières régionales ou les présidentielles).
Aux européennes, en Languedoc Roussillon, le FDG a fait 9,1 % et et le NPA 5,8%. Etant donné la notoriété du candidat du FDG, on peut arrondir à minima à un rapport de 9/6 = 3/2.

Il y a cinq départements si le FDG a trois départements, le NPA en a deux. C’est mathématique.

Comme le FDG demande en plus, la tête de liste régionale, le NPA demande la tête de liste dans l’Hérault qui est le principal département. Cela permet un équilibre de la représentation dans les médias.
Le NPA a élu un candidat pour le représenter dans l’Hérault, David Hermet.
Il faudra aussi que les autres composantes, hors NPA et hors FDG, soient équitablement représentées dans la composition des listes.

Sur le type de réunion.

Depuis le début du processus unitaire en Languedoc-Roussillon, les réunions ont régulièrement rassemblé l’ensemble des organisations partie prenantes : NPA, FASE, Alternatifs, Objecteurs de Croissance, MPEP, Front de Gauche (PCF, PG, GU).
Le NPA est favorable à ce que cela continue ainsi. C’est pourquoi, lorsque le FDG nous a proposé une rencontre bi-latérale FDG-NPA pour le jeudi 03 décembre, nous avons accepté l’heure et le lieu mais nous avons tenu à ce que cette réunion soit élargie à l’ensemble des organisations. Après échange avec le FDG et prises de position des autres organisations, la réunion bi-latérale est devenue une réunion large. Nous nous en félicitions et espérons qu’à l’avenir, cela continuera ainsi.

Pour information : un communiqué des organisations du biterrois.

Béziers le 09 décembre 2009

ELECTIONS REGIONALES

COMMUNIQUE DE PRESSE DES ORGANISATIONS DU BITTERROIS

Les représentants des partis et mouvements du Biterrois (FASE, FRONT DE GAUCHE (PC, PG), NPA et OBJECTEURS DE CROISSANCE), réunis le mardi 08 décembre 2009, se félicitent du protocole d’accord unitaire décidé le 03 décembre 2009 à Montpellier.

Ils réaffirment leur volonté d’aboutir à des listes départementales et régionale anticapitaliste, antilibérale et d’écologie radicale.

Les nécessaires discutions doivent avoir un caractère public pluraliste, sur les têtes de listes comme sur le programme.

La décision finale appartient aux militants départementaux et régionaux.

DECLARATION FAITE PAR LA FASE-LR LORS DE LA RÉUNION UNITAIRE DU 10 DECEMBRE.
Voir : Texte de la FASE LR lors de la réunion unitaire du 10 décembre

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page