SANOFI : POUR L’INTERDICTION DES SUPPRESSIONS D’EMPLOIS !

SANOFI AVENTIS a fait un chiffre d’affaire de 27 milliards dont plus de 8 milliards de bénéfice. Elle veut pourtant supprimer des emplois, notamment à Montpellier.

SANOFI AVENTIS est une multinationale, elle est le 1er en Europe pour l’industrie pharmaceutique et le n° 4 mondial. En 2009, elle a fait un chiffre d’affaire de 27 milliards dont plus de 8 milliards de bénéfice. En 2008, les bénéfices se montaient à plus de 7 milliards.
Sanofi est l’un des 4 fournisseurs mondiaux de vaccins.
Au niveau mondial, Sanofi c’est plus de 100 000 salariés dont 30 000 en France.
A Montpellier, Sanofi emploie 1 380 personnes. Ces salariés se consacrent uniquement à la Recherche et Développement. Il est à noter que Sanofi a reçu des subventions des Collectivités Locales

Pour parler du plan de suppression d’emplois et des mobilisations, nous avons rencontré Ingrid Aragon représentante syndicale de SUD Chimie, élue au Ce de Montpellier et au CCE Recherche et Développement.

Peux-tu nous parler des dernières restructurations à Sanofi ces dernières années ?
La première restructuration a concerné les visiteurs médicaux avec plus de 3000 suppressions d’emplois, ensuite la Production avec le centre de Vitry rayé de la carte. De manière générale, Sanofi propose un plan de départ volontaire à partir de 55 ans. Le secteur Recherche et Développement est aujourd’hui fortement touché.

Quelles sont les conséquences pour le site de Montpellier ?
En Recherche et Développement, Sanofi France représente 6 478 salariés. La première étape est la suppression de 20% d’emplois. Pour réussir ces 20%, la direction vise particulièrement les plus de 55 ans. Le plan propose aussi des départs pour des projets personnels mais à ce jour il n’y a que 10 candidats. Les organisations syndicales ne savent pas à ce jour combien vont partir entre les retraites, les départs à 55 ans et les projets personnels. A Montpellier, la direction impose aussi le départ de 20% des 1380 salariés. Toujours à Montpellier se rajoute la fermeture du département « cancer » courant 2010. Pour les 76 salariés de ce département, l’avenir est des plus incertain, soit ils partent en Ile de France, soit ils restent à Montpellier mais aucune proposition de poste ne leur est faite.
Pour l’intersyndicale, ce plan de moins 20% n’est qu’une première étape. En Recherche, il va rester 70 postes ! Si on réduit l’activité Recherche, par voie de conséquence on ampute rapidement l’activité Développement des autres départements et ceci avec un impact très rapide sur l’emploi.

Quelles sont les propositions pour la suite de la mobilisation ?
L’intersyndicale exige une augmentation du nombre de postes en recherche. Les syndicats ont des craintes pour la pérennité du site vu la volonté d’affaiblir la Recherche. Le choix de la direction est de développer les collaborations avec des instituts internationaux. Elle veut réduire l’emploi en interne et aller chercher sur le marché. Cette logique se retrouve dans tous les grands labos pharmaceutiques.
Nous avons organisé une manifestation lors du passage du tour de France à Montpellier. Le 14 Janvier était un jour de grève nationale à Sanofi avec deux revendications : les salaires et le refus de la restructuration. A Montpellier, c’est surtout la restructuration qui est au centre de l’action vu le niveau de suppression d’emplois et l’inquiétude sur l’avenir du site.

Avez- vous rencontré les élus, sont ils venus vous soutenir ?

Nous avons vu Vezhinet, Fleurence est venu mais jamais Mandroux, Nous avons vu des élus de l’Agglo ou de la Région mais à aucun moment Frêche. Ni la Maire de Montpellier, ni le président de l’Agglo et de la Région sont venus nous apporter leur soutien.
Et maintenant, quelles perspectives ?
La direction ne nous donne aucune garantie à l’horizon 2012. L’intersyndicale considère que les 20% et que la direction veut aller beaucoup plus loin. Derrière cette opération ce n’est pas la recherche de nouveaux médicaments mais uniquement plus d’argent pour les actionnaires. Aucune organisation syndicale n’est favorable à ce projet, la direction veut passer en force. Il n’y a toujours pas d’avis du CCE, le rapport de force et la mobilisation se poursuivent.

En conclusion, nous pouvons dire que l’attitude de la direction de Sanofi n’est pas sans nous rappeler celle de Dell. Deux multinationales, aux énormes bénéfices et ayant reçu des subventions publiques, suppriment massivement des emplois et licencient pour augmenter leurs profits.

Pour le NPA, nous exigeons :
– l’interdiction des suppressions d’emplois et des licenciements à Sanofi
– le remboursement de l’argent public versé par les collectivités locales
– la nationalisation des trusts pharmaceutiques, comme Sanofi, pour aller vers un grand service public de la santé.

Propos recueilli par Francis Viguié

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page