UNE REGION POUR REPONDRE A L’URGENCE SOCIALE, ECOLOGIQUE, DEMOCRATIQUE !

Le programme de la liste “À GAUCHE MAINTENANT”.

Voici les éléments programmatiques défendus par la la liste “A Gauche Maintenant !“, éléments qui vont être enrichis au cours de la campagne par les nombreux débats que nous organiserons.

UNE REGION POUR REPONDRE A L’URGENCE SOCIALE, ECOLOGIQUE, DEMOCRATIQUE

Le 14 mars, lorsque nous voterons pour les élections régionales, cela fera deux ans et demi que Nicolas Sarkozy préside. Quel bilan ! des centaines de milliards pour les banquiers en faillite, un bouclier fiscal pour les super riches, la privatisation de la Poste, la mise en concurrence des universités, la destruction programmée de l’hôpital public, le recul des libertés, le blocage ou la régression des salaires pendant que les revenus des « grands » patrons rivalisent d’obscénité, des chômeurs et des pauvres par millions, le retour d’un débat nauséeux et raciste sur l’identité nationale…

Contre un pouvoir arrogant mais impopulaire !
Les besoins de la population doivent passer avant les profits !

C’est ce que propose la liste A GAUCHE MAINTENANT !
La gauche qui résiste dans les luttes et dans la rue aux mauvais coups de Sarkozy
La gauche qui a mobilisé avec succès contre le traité européen de 2005.
La gauche qui propose une alternative au capitalisme, au libéralisme, au productivisme.

Face à l’urgence sociale, écologique, démocratique il est grand temps d’agir !

Bouclier social pour tous contre bouclier fiscal pour les privilégiés !

– Pour le droit à un revenu décent : augmentation des salaires, retraites et minimas sociaux de 300 euros, SMIC à 1500 euros net, allocation d’autonomie pour les jeunes, pas de retraite en dessous du SMIC.
– Pour le droit à un emploi stable: interdiction de licencier en premier lieu dans les entreprises qui font des profits ou touchent des subventions, embauches dans les services publics (santé, éducation, etc), transformation des emplois précaires en emplois stables. Pour la réduction massive du temps de travail sans réduction de salaire avec obligation d’embauche.
– Pour le droit à des services publics de qualité : arrêt des privatisations (Poste, Edf…) et des politiques de casse de l’éducation, de l’hôpital et de la sécu, création de nouveaux services publics (quatrième âge, petite enfance,…).
– Pour le droit à la retraite à 60 ans à 37,5 annuités pour toutes et tous.
– Pour le droit au logement : construction massive de logements sociaux, mise sous tutelle des Municipalités qui refusent d’appliquer la loi, blocage des loyers.

Contre la destruction de la planète par la course effrénée aux profits, aussi peu respectueux de l’environnement et des équilibres écologiques que de la santé des hommes au travail, il faut mettre les richesses que nous produisons au service de tous.
Il n’y aura pas de solution à la crise écologique sans solution de la question sociale !

Bien sûr, un Conseil Régional ne peut pas tout !
Mais il peut être un point d’appui pour résister à la droite et au patronat.
Nous voulons une Région qui donne la priorité dans tous les domaines au bien commun et non aux profits, qui aide concrètement toutes les luttes sociales et écologiques qui vont dans ce sens, qui rende la décision aux électeurs,

=>Privilégier la coopération contre la concurrence

=>Privilégier le bien commun et le service public contre les intérêts privés

=>Mettre la démocratie et l’initiative du plus grand nombre au poste de commande

Contre la concurrence généralisée,
développer
les solidarités sociales et territoriales
La Région doit mettre fin à la concurrence entre les territoires qu’organise le libéralisme et la mondialisation, privilégier la solidarité des territoires et la relocalisation des activités. On doit pouvoir travailler, se loger, vivre sur un même territoire. Pour cela il faut

> Une autre politique d’aménagement du territoire, écologiquement responsable : cesser de privilégier le développement exclusif de l’agglomération montpelliéraine aux dépens des autres villes de la région, freiner l’expansion urbaine afin notamment de maintenir une agriculture de proximité, ne pas sacrifier au tourisme le patrimoine naturel comme les activités traditionnelles du littoral.

> Favoriser le redéploiement des services publics (Poste, Hôpitaux, Administrations) sur l’ensemble du territoire, en zone rurale, dans les petites villes et les zones urbaines dites « sensibles ». La Région s’opposera au démantèlement en cours de ces services.

>Redéployer un réseau de transports ferroviaires publics qui irrigue l’ensemble du territoire, qui mette en œuvre la gratuité pour les trajets domicile-travail et pour les publics les plus défavorisés, les jeunes en formation, les demandeurs d’emploi, financée par la contribution du patronat qui exploite le bassin d’emploi et la réaffectation de la TIPP régionale et la fin des subventions versées aux compagnies low coast.
Le projet de doublement de l’A9, non sens écologique, sera combattu et abandonné, le ferroutage privilégié.

>Aider à l’implantation d’entreprises en forme coopératives, privilégiant les circuits courts de distribution agricole et de pêche, porteuses de projets d’intérêt écologique, social et culturel.
Ainsi une Agence Régionale de l’Energie aidera les collectivités territoriales à créer leur centre de production électrique renouvelable, adapté à leur besoin.

> Arrêter les subventions aux entreprises capitalistes, subventions dont nous ne maitrisons pas l’utilisation.
La Région a versé en 6 ans 750 millions d’euros aux entreprises privées mais aucun contrôle n’a été exercé sur leur utilisation. Des entreprises privées, comme Sanofi ou Dell, qui ont bénéficié d’argent public licencient et délocalisent impunément.
La Région engagera toute action nécessaire pour récupérer les subventions déjà accordées à des entreprises qui se comportent ainsi. L’argent public doit aller à des projets d’intérêt public, dont la transparence et le contrôle soient certains.

> La Région créera un Fonds Régional Public de Financement, totalement indépendant des banques privées qui mobilisera l’épargne pour financer les actions publiques sur l’emploi, la formation etc..

> Le projet de la Région actuelle de subventionner l’implantation à Sète de l’ entreprise israélienne Agrexco, exploitant dans des conditions coloniales des terres appartenant au peuple palestinien pour venir concurrencer la production agricole locale avec des produits ayant parcourus des milliers de kilomètre montre bien à quelle aberration politique et écologique peut mener la soumission de majorités qui se disent de gauche au libéralisme et aux impasses de la mondialisation.
Ce projet sera immédiatement abandonné. Les crédits pour l’outillage et la modernisation du port seront privilégiés. En effet, le port de Sète peut devenir une plate forme intermodale des moyens de transport régionaux permettant de connecter le transport maritime, le cabotage, le ferroutage etc. pour donner enfin la priorité aux transports non polluants.
Voilà un vrai projet de développement !

Privilégier le bien commun et le service public
contre les intérêts privés
La Région sera un point d’appui sûr pour toutes les luttes de reconquête du service public contre la casse libérale. En particulier :

>Une Agence Régionale de l’eau mettra à disposition des communes les moyens d’en finir avec l’opacité de la gestion privée, de s’opposer aux hausses tarifaires à répétition, de préparer le retour en régie en intégrant un Service Public Régional de l’eau. La Région proposera de nouvelles pratiques tarifaires qui à partir d’un minimum délivré gratuitement à tous instaure une taxation progressive qui décourage les consommations abusives.

>Le service public et laïque de l’enseignement sera clairement privilégié, en concentrant les fonds publics pour les seuls lycées publics. Les aides à l’enseignement privé au-delà des obligations légales seront immédiatement interrompues. La région recherchera tous les moyens, avec les autres régions, de faire obstacle aux obligations légales elles mêmes, au besoin en se mettant en situation de désobéissance civique.
Les enseignements occitanistes ou catalanistes doivent être intégrés à l’enseignement public.

Nous sortirons la Formation Professionnelle de la logique de concurrence entretenue par le privé en construisant un Service Public de Formation Professionnelle, en lien étroit avec les associations investies dans le secteur.

La politique de gratuité de l’enseignement public et des fournitures scolaires sera amplifiée.

La région refusera la privatisation rampante des constructions universitaires comme la mise en concurrence des universités, lycées ou organismes de formation. Le Plan Campus en particulier ne doit pas permettre à des entreprises comme Veolia de prendre le contrôle du pole mondial de recherche sur l’eau.

La région agira pour la création d’un service public de la petite enfance, la défense et l’extension des maternelles

>La Région agira pour la défense de l’hôpital public et le maillage du territoire.
Elle proposera en concertation avec les salariés et les usagers du secteur la création d’un Comité Régional de Santé (ouvert aux usagers, aux syndicats et aux professionnels) qui permettra de mettre sous surveillance les Agences Régionales de Santé de la loi Bachelot, dont le seul but est de soumettre la santé aux critères de rentabilité et aux intérêts du privé.

Mettre la démocratie et l’initiative du plus grand nombre
au poste de commande
.
Il faut rompre définitivement avec le pouvoir personnel, le mépris, l’insulte et le clientélisme, manière habituelle du gouvernement régional actuel, en donnant au plus grand nombre les moyens d’intervenir.

La démocratie pour informer, débattre mais aussi pour décider
La triple urgence sociale, écologique et démocratique que nous connaissons nécessite la réappropriation du débat et de la décision par le plus grand nombre de citoyens.

> La région soutiendra toutes les initiatives en faveur de la fin du cumul des mandats, pour la proportionnelle et la parité hommes/femmes.
> Des observatoires régionaux concernant l’égalité hommes/femmes, les pratiques réelles des préfectures en matière d’expulsion et de discrimination contre les populations immigrées, les atteintes aux libertés publiques seront créés.
> Tous les projets les concernant seront soumis aux associations et syndicats pour avis préalable.
> Sur les grandes orientations et les choix décisifs, la population sera invitée à s’organiser pour débattre et décider à travers une votation populaire.

La démocratie pour se mobiliser tous et toutes

Le Conseil Régional apportera son appui à toutes les mobilisations de salariés en proposant à leurs représentants

> La création d’un Office Régional public de conseil juridique au service des syndicats, des travailleurs et des Comités d’Entreprise, pour instruire juridiquement au civil et au pénal tous les dossiers liés aux infractions commises par les patrons.
> Un Fonds Régional de solidarité avec les travailleurs en lutte pour l’emploi et
les salaires et de lutte contre toutes les oppressions et discriminations (femmes battues, eau et
électricité coupés, logement, etc.)

La démocratie au plus prés des habitants
La « réforme » des collectivités territoriales (communes, départements, régions) voulue par la droite est un véritable coup d’Etat contre la démocratie.
Elle est faite pour détruire un peu plus la démocratie locale, ôter toute marge d’action aux exécutifs locaux, éloigner encore un peu plus le pouvoir des citoyens.

Nous demandons le retrait pur et simple de ce texte.
Dans notre lutte contre cette réforme, nous ferons des propositions alternatives pour aller vers
plus de démocratie en défendant, entre autres, la proportionnelle.
Nous alerterons les élus et les citoyens et nous les appellerons à résister par tous les moyens
(votations citoyennes, voire désobéissance civique). Car la démocratie ne peut se réduire à une simple délégation de pouvoir..

Du rêve à la réalité
LA COM’ NE NOUS DIT PAS TOUT …..

La région actuelle investit massivement dans la communication auto-proclamatoire. On se souvient encore de la Septimanie, projet mégalomane mort né financé par le contribuable.
Des maisons du Languedoc Roussillon ont été ouvertes à New York et Shanghai, elles coutent très cher et ne servent à rien. Ces dépenses ostentatoires seront supprimées.
Elles sont d’autant plus mal venues qu’elles sont faites dans une région qui est 22° (sur 22) en terme de richesse (PIB) par habitants, 21° en terme de chômage, prés de la moitié des ménages ne sont pas soumis à l’impôt car leur revenu est trop bas, le pourcentage de population touchant le RMI/RSA est parmi les plus élevés de France….etc.
Il y a bien urgence sociale en Languedoc Roussillon…

ECOLOGIE : PASSER ENFIN AUX ACTES !

Nous ne manquons pas de discours sur l’écologie, il est urgent de passer aux actes !

60% des émissions de CO2 en Languedoc Roussillon proviennent des transports. C’est le double de la moyenne nationale, le quadruple de la moyenne mondiale.
Le mur de camions de l’A9, (que la Région actuelle veut encore doubler !) doit être transféré sur rail, bateau, cabotage. C’est ce que propose notre programme, avec la création de plates formes de liaison multimodales à Sète par exemple pour connecter ces réseaux économes en CO2.

Le même objectif sera poursuivi en développant les réseaux TER, qui doivent devenir le vecteur principal des trajets domicile travail, financé par les entreprises qui exploitent le bassin d’emploi.

Notre programme prévoit d’agir pour le retour en régie publique de la distribution de l’eau, bien commun qui ne peut en aucun cas être laissé à des intérêts privés.
Le développement de transports non polluants, l’appui apporté à des projets en forme coopérative, d’intérêt écologique, privilégiant des circuits courts de distribution est un atout supplémentaire pour la relocalisation des activités, la réintégration des territoires laissés à l’abandon, l’amélioration du bilan écologique….

Tous les projets à forte incidence écologique seront mis sous moratoire ou arrêtés.

Il y a bien urgence écologique en Languedoc Roussillon

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page