A gauche maintenant ! Premier tour

Un bon score mais pas de qualification pour le second tour. Aucune des listes de gauche n’a franchi la barre des 10% nécessaires pour un maintien au second tour.

EE atteint 9,12%, notre liste AGM 8,59%, la liste PS (Mandroux) 7,74%.
La direction nationale du PS a évidemment une responsabilité dans ce résultat. En décidant de présenter une liste au dernier moment, alors qu’une semaine auparavant, Martine Aubry déclarait dans ML que si elle était en LR, elle voterait “Frèche”, elle a brouillé les cartes.

Frèche n’ a pas eu besoin de faire campagne et s’est placé en victime des “parisiens”, ratissant aussi bien une partie de l’électorat de gauche qu’une partie de celui de la droite, ce qui était d’ailleurs son objectif. Le débat de fond a été totalement occulté.
La liste PS a contribué à une dispersion des voix de gauche, conduisant les deux listes de gauche qui étaient en campagne depuis longtemps (EE et AGM) à un score inférieur, de peu, à 10%.
AGM se retrouve à la fois avec un assez bon score (cependant inférieur à l’addition à 15% des scores du FDG et du NPA aux européennes), mais dans l’impossibilité de participer au second tour où vont s’affronter une liste d’extrême droite, une liste de droite et une liste conduite par une personnalité qui s’est disqualifiée pour représenter la gauche.

Les résultats de notre liste en Languedoc-Roussillon :
LANGUEDOC-ROUSSILLON : 8,59%

Aude : 8,03 %
Gard : 9,85 %
Hérault : 8,22 %
Lozère : 5,41 %
Pyrénées Orientales : 8,77 %

Communiqué de presse AGM : Elections régionales

Nous remercions les électrices et électeurs qui nous ont apporté leurs voix au premier tour.
Le score obtenu est un point d’appui pour la construction d’une alternative politique pour le
monde du travail.

Nous avons mené campagne sur un programme de rupture avec les politiques d’accompagnement du capitalisme.
Nous avons défendu :
– la priorité au service public :
– l’utilisation de l’argent public soumise à des critères écologiques et sociaux,
– le refus de la compétition entre les territoires pour un aménagement solidaire et respectueux de l’environnement.

Nous avons mené une campagne très active (près de 300 réunions publiques) avec une mobilisation militante sans précédent.

Nous constatons avec regret que la personnalisation de la campagne a occulté le débat de fond, que la décision tardive de la direction nationale du PS a brouillé les cartes et permis une opération de victimisation de la part du président sortant. Celui-ci a d’ailleurs bénéficié de forts soutiens à droite et n’a pas rassemblé l’électorat de gauche puisqu’un quart de l’électorat qui s’est exprimé a voté pour les trois listes de gauche. Le score important du Front National rend plus nécessaire encore la construction d’une gauche de combat capable de répondre à l’urgence sociale.
Pour le second tour, à l’échelle nationale nous appelons à battre la droite. En Languedoc
Roussillon, nous appelons bien entendu à ne donner aucune voix à la droite et l’extrême droite
Cependant, avec la liste conduite par le président sortant, aucune politique de gauche ne pourra être
mise en oeuvre dans notre région.

Ensemble, nous poursuivrons le combat contre la politique de la droite en participant aux mobilisations sociales, notamment, dès le 23 mars, pour la défense de la retraite à 60 ans.
A Gauche Maintenant continue.

A Montpellier, le 14 Mars 2010.

René Revol, François Liberti, David Hermet

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page