EMBOUTEILLAGES : LE DOUBLEMENT DE L’A9 N’EST PAS UNE SOLUTION !

Après notre communiqué, l’article que Midi Libre a consacré au sujet ce 22 mai.

Hèlene Mandroux a décidé d’interpeller JL Borloo pour réclamer le doublement de l’A9.

Le NPA s’oppose radicalement à cette demande.


Le doublement de l’A9 détruirait la mince bande rurale qui existe encore entre Montpellier et les communes du littoral, mais surtout, elle ne résoudrait aucun problème.

En effet, les embouteillages matinaux sur l’A9 à hauteur de Montpellier ont pour origine la saturation des entrées de ville et la saturation de la circulation à l’intérieur même de Montpellier.
Doubler l’A9 ne résoudra pas le problème car mettre un gros tuyau à la place d’un petit n’a jamais permis à l’eau de mieux s’écouler si le problème vient de la taille du robinet.

S’il faut faire des aménagements routiers, ils doivent aller vers la mise en sécurité des sorties autoroutières pour éviter la saturation de celles-ci. On peut par exemple créer une nouvelle sortie gratuite à la hauteur du mas de Grille car les automobilistes qui veulent échapper au péage de Saint Jean de Védas sortent à Montpellier Ouest (Croix d’Argent), ce qui provoque sa saturation.

Cependant, la solution durable, écologiquement et socialement responsable, à ce problème passe par les transports en commun.
Le NPA propose donc :

La gratuité des transports en commun de proximité (TER, bus, tram). Le département a fait un premier pas dans ce sens avec le bus à un euro. Le président du conseil régional a fait une prommesse de campagne : le TER à un euro. Elle ne doit pas être oubliée ! Quant à la municipalité et à l’agglo de Montpellier, elles persistent dans leurs choix, des trajets bien plus courts mais plus chers : 1,40 euros (1,10 euros avec carnet), tarif peu incitatif par rapport à l’automobile !

La mise en cohérence des transports en commun de la région, du département et de l’agglomération. Trop souvent, la concurrence entre les élus des différentes collectivités conduit à des aberrations.

Enfin, la très forte circulation, sur l’A9, provient de l’intensité du trafic de camions entre l’Espagne et la vallée du Rhône. Doubler l’autoroute ne ferait qu’encourager ce trafic.

Le NPA invite la maire de Montpellier à plutôt interpeller l’Etat et JL Borloo sur la mise en place du ferroutage et de liaisons mer-rail par Sète. C’est là encore la seule solution écologiquement responsable.

Pour le NPA

David Hermet, porte-parole

Francis Viguié, conseiller municipal de Montpellier.


Montpellier. Doublement A 9 Le silence du ministre commence à agacer (Midi Libre 22 mai 2010)

En élargissant et en allongeant, il y a quelques mois, les axes d’entrées et de sorties de Montpellier, l’État croyait bien faire taire la grogne des élus locaux et des diverses associations de riverains qui demandent, depuis des années maintenant, un réaménagement de l’autoroute A 9 entre Vendargues et Saint-Jean- de-Védas.

Seulement, en début de semaine, le maire de Montpellier, Hélène Mandroux, exaspérée par le silence assourdissant de Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Environnement, en charge du dossier, a décidé d’envoyer au ministère une série de clichés montrant les risques encourus tous les jours par des centaines d’automobilistes empruntant l’axe autoroutier et voulant entrer à Montpellier. Une initiative qui, si elle n’a pas eu l’heur, pour l’instant, d’émouvoir le ministre, a réussi tout de même à relancer la polémique autour du doublement de l’A 9.

Ainsi, le NPA comme les Verts s’opposent radicalement à ce projet. « Celui-ci détruirait la mince bande rurale qui existe encore entre Montpellier et les communes du littoral. » Pour le groupe d’opposition municipale emmené par Francis Viguié, « s’il faut faire des aménagements routiers, ils doivent aller vers la mise en sécurité des sorties autoroutières. Pour éviter leur saturation, il faut créer notamment une nouvelle sortie gratuite à hauteur du Mas de Grille. »

De son côté Cap 21, qui lui aussi compte bien faire entendre sa voix, prône plutôt le développement du tramway – comme le NPA d’ailleurs ! – et propose la construction d’une ligne est-ouest au sud de l’agglomération, à laquelle s’ajouterait l’extension des lignes de bus. « Pourquoi ne pas mettre en place un service de navettes pour chaque village important ?, interroge Claude Privat sur son blog. On aurait ainsi un système de transport en commun intégré qui permettrait aux habitants de laisser leur voiture au garage. Ceci réduirait le nombre de véhicules en circulation et la Ville ne serait pas obligée de construire de nouveaux parkings. »

Pour le député-maire UMP de Castelnau, Jean-Pierre Grand, « cette situation n’est plus possible. » Une solution : que le tracé actuel de l’A 9 devienne un périphérique urbain. Et un constat : « L’élargissement des entrées n’a rien apporté. Un jour, il va arriver un grave accident et, là, l’État devra prendre ses responsabilités. » Et l’élu de trancher : « Puis il n’y a qu’à appliquer la DUP que j’ai demandée il y a trois ans et que le Premier ministre a accepté. » Pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt !

Gil LORFÈVRE

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page