Montpellier NON A L’EXPULSION DE MAÏSSA (5 ans et demi), YOUSSEF (2 ans ) ET DE LEURS PARENTS !

Communiqué de presse du Comité de soutien à la famille Saïdi

(après le communiqué: Appel du 18 septembre et Concert Rock Sans Papiers à Bercy, le point sur la marche nationale des sans-papiers : étape à Lyon et l’entrevue avec le porte-parole de la coordination 75 des sans-papiers )

Nous, parents d’élèves et enseignants, sommes toujours mobilisés pour rechercher une solution à la situation d’une camarade de classe de nos enfants et élève Maïssa Saïdi et de sa famille (Cheikh et Sihem Saïdi les parents et Youssef le petit frère). Maïssa, âgée de cinq ans et demi, est scolarisée depuis 2008 à l’école maternelle Louis Figuier de Montpellier. Youssef, âgé de deux ans, né en France, est inscrit à la crèche Edelweiss.La famille Saïdi est arrivée en France en mai 2008. Son histoire est depuis longtemps liée à notre pays puisqu’une partie de la famille de Cheikh, ainsi que de Sihem, vit en France depuis des décennies (et que certains sont Français). En les rejoignant, ils ont souhaité rassembler la famille et démarrer une vie nouvelle en donnant les meilleures chances à leurs enfants. Ils ont trouvé des employeurs promettant de les embaucher, pourvu qu’ils soient régularisés. Cependant, faute de titre de séjour, la famille est menacée d’expulsion.

Pour montrer sa volonté tenace de les soutenir, le comité de soutien organise un goûter de solidarité envers la famille Saïdi, le mardi 1er juin 2010 à partir de 16h45 devant l’école Louis Figuier, nous invitons l’ensemble des élus, parents d’élèves, médias et citoyens à participer à cette action.

Pour tout contact avec le comité:

comitesoutien-maissa.34@live.fr

………………………….

Sans-papiers : la préfecture de l’Hérault flirte avec le mensonge (Montpellier Journal)

Mardi 18 mai, 64 dossiers de demande de régularisation ont été déposés en une seule matinée. Une façon pour la Coordination des comités de soutien aux sans-papiers de Montpellier de contourner le refus d’un dépôt collectif. Prise au dépourvu, la préfecture a néanmoins réagi très rapidement par un communiqué.

http://www.montpellier-journal.fr/2010/05/sans-papiers-la-prefecture-flirte-avec-le-mensonge.html

…………………….

Appel du 18 septembre et Concert Rock Sans Papiers à Bercy

DIRE NON ! aux horreurs qui sont le quotidien de la politique menée contre les étrangers par Besson et Sarkozy.

Le dire autrement, et amplifier le nombre et la voix de ceux qui ont déjà dit Assez !

C’est l’initiative d’un collectif d’artistes qui lancent

◊ l’Appel du 18 septembre,


◊ un concert géant et festif à Bercy le 18 septembre 2010

Avec les artistes, syndicats et organisations s’engagent : RESF, LDH, Cimade, AutreMonde, CFDT, FSU, CGT, Solidaires, UNSA.

3 scènes, 4 heures de fête, 20 artistes en live, des vidéos, des témoignages,pour défendre les travailleurs et familles sans papiers qui vivent, travaillent et grandissent dans notre pays »

Pour assurer la réussite du concert et en faire un évènement politique fort de la rentrée, c’est à nous de

◊ continuer à recueillir des signatures de personnalités, artistes, liste des premiers signataires sur le site

http://rocksanspapiers.org/

◊ signer et faire signer l’appel par un maximum de gens

◊ associer le plus grand nombre d’organisations à la réussite du concert

◊ imprimer l’affiche et les flyers, les diffuser partout dès maintenant et tout au long de l’été sur les scènes,

◊ retenir dès aujourd’hui ses places de concert

Assurons ensemble le succès de cette initiative :

réservations par téléphone : 0892 390 490 (0.34 la minute)

dans tous les points de vente habituel : Bercy, Fnac, Virgin mégastore, Galerie Lafayette, Leclerc, Carrefour culture et Cora.

et bien sûr, aussi : http://bercy.fr http://ticketnet.fr http://fnacspectacles.com
Tous renseignements, clips, sites des artistes, logo, appel, affiche à télécharger et appel du 18 septembre à signer sur

http://rocksanspapiers.org/

twitter : https://twitter.com/rocksanspapiers

Marche des sans-papiers : étape à Lyon

La délégation des marcheurs sans papiers du ministère de la Régularisation de tous les sans-papiers, qui rejoint Nice pour le sommet France-Afrique, a fait étape à Lyon pour trois jours.

Une équipe de militant-e-s s’est constituée à cette occasion, réunissant des partis politiques (NPA, PCF, GU, OCL, VP), des associations (LDH, Mrap, Survie, AAFD, Attac, La Friche), la librairie La Gryffe, des collectifs (RESF, RUSF, collectif jeunes majeurs, le collectif 69 de soutien aux sans-papiers, les Cercles du silence, le FSQP) et des syndicats (Sud Éducation et CGT Renault).

Le nombre de participant-e-s, la motivation et la proposition du lieu ont assuré la réussite de cette étape à mi-parcours de la Marche.

La Friche, lieu alternatif à Lyon dans l’ancienne usine Renault Lacassagne et dont les « frichards » assurent la réhabilitation et l’animation, a proposé d’héberger les marcheurs.

Ceux-ci ont occupé la place des Terreaux à Lyon, où plusieurs centaines de personnes les attendaient. Après une prise de parole devant la mairie, la traversée de Lyon s’est faite avec un cortège animé.
Trois jours passés ensemble ont permis d’échanger, de proposer conférence et projection.

Les soutiens ont accompagné le cortège avant de passer le relais aux étapes suivantes en direction de Vienne. Mais dans le cortège, on parlait déjà de s’organiser pour aller à Nice.

Le bilan humain et politique est très positif. L’accueil de la Marche a redynamisé l’action collective de soutien aux sans-papiers à Lyon.

http://www.npa2009.org/content/marche-des-sans-papiers-etape-lyon


La marche des sans-papiers accueillie à bras ouverts

Depuis le 1er Mai, une centaine de sans-papiers a entamé une longue marche de Paris à Nice pour exiger la régularisation de tous les sans-papiers. Parmi eux Anzoumane Sissoko, porte-parole de la coordination 75 des sans-papiers et délégué du ministère de la Régularisation de tous les sans-papiers.

Pourquoi entreprendre une marche de Paris à Nice ?

Nous avons pris la décision avec l’ensemble des organisations qui soutiennent le mouvement des sans-papiers de faire cette marche de Paris à Nice. Pourquoi Nice ? Parce que les 31 mai et 1er juin s’y déroulera un sommet qui réunira plus de 67 chefs d’État africains avec la France pour fêter le cinquantième anniversaire des indépendances de quatorze anciennes colonies françaises. Pour nous, le mouvement des sans-papiers, la meilleure manière de participer à ce sommet était de faire une marche symbolique en direction de Nice du 1er Mai, journée symbolique pour la lutte ouvrière en France, jusqu’au 30 mai, où une manifestation est prévue à l’arrivée des marcheurs.

À travers cette marche, j’ai remarqué que des associations, des syndicats et des partis politiques avec des idées différentes, qui n’avaient rien fait ensemble depuis plusieurs années, se sont mis à accueillir les marcheurs. Les citoyens, les religieux, les institutions, notamment les mairies, se sont mis aussi à leurs côtés. En tout cas, on a gagné quelque chose. Quand on a pris la décision de faire cette marche Paris-Nice, on n’était pas sûrs de gagner l’opinion puisque Sarkozy a changé ou modifié le code d’entrée et de séjour dans votre pays six fois en huit ans. On ne s’attendait donc pas à cet accueil chaleureux des citoyens français. D’abord, c’est quelque chose de gagné. Ensuite on voit mal les chefs d’État africains refuser de nous recevoir à Nice, dans la mesure où tous les maires du parcours, tous les élus, les citoyens, les syndicats, les religieux et partis politiques nous ont accueillis à bras ouverts.

Qu’allez-vous leur demander ?

On va leur demander la régularisation de tous les sans-papiers et des moratoires sur les expulsions. En France aujourd’hui, un sans-papiers peut être expulsé en un mois. Et nous, les sans-papiers de France, qui travaillons, qui cotisons, qui payons des impôts, nous pouvons faire la demande de régularisation durant six mois, un an, deux ans, nous n’avons pas de réponse. Ce n’est pas normal. C’est cela qu’il faut expliquer aux chefs d’État. Il ne faut pas qu’ils collaborent avec la France pour les expulsions. On va être clairs sur ce point et demander à ces chefs d’État et à la France la régularisation de tous les sans-papiers.

Le mouvement de grève actuel est-il différent ou bien s’agit-il de la même lutte ?

Cela fait partie de la lutte que nous menons depuis plusieurs années. Mais le problème c’est que la grève en elle-même ne suffit pas. Il y a des gens qui ne peuvent pas se mettre en grève. Nous, on est là aujourd’hui pour compenser, pour les gens qui ne peuvent pas se mettre en grève. Ce ne sont donc pas des luttes qui s’opposent mais des luttes complémentaires.

Cette unité que vous constatez à chaque étape, comment se fait-il qu’elle n’arrive pas à se concrétiser à un niveau national ?

Je pense qu’à la fin de cette marche, il sera possible de faire l’unité au niveau national. Parce que si on voit ce qui s’est passé à Sens, à Grenoble, à Joigny, à Auxerre, à Dijon, à Migennes, à Roussillon, à Valence, à Lyon, tout le monde était derrière les marcheurs. Je ne vois pas pourquoi à Paris, on ne pourrait pas faire cela. Je pense que les soutiens qui sont avec nous à Baudelique devront nous aider à notre retour à faire cette unité que tout le monde attend. Quand j’ai visité La Friche (1), cela m’a donné beaucoup d’idées. Pourquoi ne pas s’en inspirer pour essayer de faire la même chose à Baudelique pour que toutes les associations, les syndicats, les partis politiques puissent être là avec le mouvement des sans-papiers et faire vivre le lieu ?

Je voulais souligner aussi que tous les citoyens, associations, syndicats, partis politiques ont fait le nécessaire pour cette marche, et je pense particulièrement à RESF et au NPA qui ont vraiment mobilisé partout où nous sommes passés.

(1) Ancien site des usines Renault à Lyon, La Friche RVI est aujourd’hui un espace autogéré dédié aux échanges socio-culturels et artistiques. C’est également l’endroit où les marcheurs ont été accueillis durant leur séjour à Lyon.

http://www.ministere-de-la-regularisation-de-tous-les-sans-papiers.net/joomla1.5/

Propos recueillis par Alain Pojolat et Ambre Bragard

http://www.npa2009.org/

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page