Montpellier. Étrangers La loi Besson pas votée mais déjà dénoncée (Midi Libre)

Un collectif a été créé pour exiger le retrait du texte du ministre. (Midi Libre) A retenir : Une soirée débat sur le sujet est organisée, jeudi 16 septembre, au cinéma Diagonal Capitole, autour du film “Ulysse Clandestin”, de Thomas Lacoste.

Il n’est pas que la politique contre les Roms qui vaut à Éric Besson d’être critiqué. Depuis le début de la semaine, son projet de loi sur la politique de l’immigration est la cible des associations de soutien aux sans-papiers et d’un certain nombre d’organisations de gauche.

Vendredi, à Figuerolles, en même temps qu’une opération de sensibilisation vers le public, leurs responsables montpelliérains ont décidé de créer un « collectif contre le projet de loi Besson ». Le texte du ministre fixe les conditions d’un « régime d’exception contre les immigrés », estiment-ils. Le collectif est rattaché au mouvement national Ucij, union contre une immigration jetable et participera notamment à des actions publiques, à la fin du mois, lors du vote de la loi à l’Assemblée. Depuis le début de la semaine, une dizaine de personnes ont entrepris un jeûne de protestation. « On veut que le texte soit retiré. On a des arguments précis à faire valoir. Il faut une véritable obligation du droit d’asile. Et une réponse à cette clandestinité globale des sans-papiers », précise Benoît.

Les associations dénoncent précisément les dispositions qui prévoient d’allonger la durée maximale de rétention de 32 à 45 jours. La loi introduit également une interdiction de retour de deux à cinq ans pour les étrangers expulsés que les associations assimilent à « un véritable bannissement des migrants des territoires français et européens ». Parallèlement, le passage devant un juge de la détention et de la liberté pourra se faire dans les cinq jours et non plus dans les 48 heures, alors qu’un sans-papiers disposera d’un délai de deux jours pour formuler un recours devant la justice, au lieu d’un mois jusqu’à présent. « C’est une mise à l’écart de la justice. De facto, on écarte les étrangers du droit », reprochent ces militants associatifs, selon lesquels aucune des lois successives sur l’immigration n’est parvenue à enrayer les flux migratoires clandestins. Et le nouveau texte de loi, ajoute Marc, « n’a pas pour objectif de virer les étrangers mais de faire en sorte qu’ils se cachent ». Et s’installent dans la clandestinité durablement, pour vivre et pour travailler.


Montpellier. Étrangers La loi Besson pas votée mais déjà dénoncée

Dix jours de jeûne… (Midi Libre)

Dix jours de jeûne Toujours contre le projet de loi Besson, neuf personnes ont entamé, à côté de l’Assemblée nationale, un jeûne de dix jours afin d’interpeller les parlementaires qui examinent le texte jusqu’au 27 septembre prochain. Le représentant de la Cimade à Montpellier, le pasteur Jean-Paul Nunez, participe à ce jeûne. Si le texte est voté, « il entraînera une profonde rupture dans notre législation concernant les migrants » expliquaient des opposants au projet, vendredi soir, à Figuerolles.

Dix jours de jeûne…

Pour en savoir plus :

Projet de loi Besson : un nouveau durcissement

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page