Perpignan BDS Militants en procès le 24 janvier…Boycotter Israël, c’est lutter pour une paix juste !

17 novembre : Boycotter Israël, c’est lutter pour une paix juste (Le Monde)

C’est le 24 janvier 2011, que le procès des 3 militant-es du Collectif 66 Paix et Justice en Palestine aura lieu devant le tribunal correctionnel de Perpignan. Ces camarades sont convoqués pour « provocation à la discrimination à la haine ou à la violence (1)» suite à une action pacifique d’information des consommateurs du magasin Carrefour de Perpignan le 15 mai 2010 les appelant au boycott des produits exportés par Israël. Cette action est partie prenante de la campagne internationale BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui a pour objectif d’imposer le droit international et de mettre fin à l’impunité de l’Etat d’Israël.


…………………………………….


17 novembre : Boycotter Israël, c’est lutter pour une paix juste (Le Monde)

Extrait : A ceux qui s’inquiètent de la dégradation de l’image d’Israël et qui accusent la campagne BDS d’en être responsable, nous disons qu’Israël est le seul auteur de cette dégradation. En violant chaque jour le droit international, en commettant des actes criminels comme les bombardements massifs sur Gaza en 2008-2009 ou l’assaut sanglant contre la Flottille de la liberté, en poursuivant le blocus de Gaza, la construction de colonies et l’arrachage des oliviers, Israël ne peut susciter qu’un rejet de plus en plus fort. Au-delà de ce rejet, cette fuite en avant meurtrière met en danger la population israélienne elle-même : c’est pourquoi à l’intérieur d’Israël se développe le mouvement de Boycott From Within, au sein duquel des pacifistes, intellectuels, artistes… se sont regroupés pour appeler la société civile internationale à amplifier BDS.

Pour toutes ces raisons, nous affirmons : tant que l’Etat d’Israël ne respectera pas le droit international et tant que nos gouvernements n’exerceront pas de véritables pressions pour qu’il le fasse, nous développerons BDS. Nous savons, fort du précédent sud-africain et de la campagne victorieuse de boycott contre le régime d’apartheid, que cette arme, loin d’être indigne, peut être noble et efficace lorsque les circonstances l’exigent. C’est le cas aujourd’hui. La campagne BDS est l’expression de la volonté de tous ceux qui pensent qu’il est encore possible d’agir et d’éviter le pire pour les peuples de la région. Car tant que le droit sera bafoué et que l’impunité durera, aucune paix ne sera possible.

Appel signé, entre autres, par Nicole Kiil-Nielsen, députée européenne (Les Verts), Patrick Le Hyaric, député européen (Gauche unitaire européenne), Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Monique Cerisier Ben-Guiga, sénatrice (PS), présidente du groupe d’information internationale France-Territoires palestiniens du Sénat, Alima Boumédiène-Thiery, sénatrice (Les Verts), Patrick Braouzec, député de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain, directrice de “Regards”, membre de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE), Annick Coupé, porte-parole nationale de l’Union syndicale Solidaires, Stéphane Tassel, secrétaire général de la FSU, Mouloud Aounit, co-président du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Monseigneur Jacques Gaillot, évêque, Eric Hazan, éditeur, Gérard Toulouse, directeur de recherche au CNRS, membre de l’Académie des sciences, Omar Barghouti, palestinien, membre fondateur de la “Palestinian campaign for the academic and cultural boycott of Israel” (PACBI),Michel Warschawski, israélien, journaliste, membre fondateur du Centre d’information alternative (AIC) et de la campagne “Boycott from within”, Eyal Sivan, israélien, réalisateur, auteur de Jaffa, la mécanique de l’orange (2009) et membre de la campagne “Boycott from within”

Texte intégral de la tribune du Monde

A lire aussi : Peut-on tout dire pour défendre Israël ? par Julien Salingue, Nicolas Dot-Pouillard et Catherine Samary (Le Monde)

Perpignan BDS Militants en procès le 24 janvier

C’est le 24 janvier 2011, que le procès des 3 militant-es du Collectif 66 Paix et Justice en Palestine aura lieu devant le tribunal correctionnel de Perpignan. Ces camarades sont convoqués pour « provocation à la discrimination à la haine ou à la violence (1)» suite à une action pacifique d’information des consommateurs du magasin Carrefour de Perpignan le 15 mai 2010 les appelant au boycott des produits exportés par Israël. Cette action est partie prenante de la campagne internationale BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui a pour objectif d’imposer le droit international et de mettre fin à l’impunité de l’Etat d’Israël.

Cette plainte (comme 80 autres partout en France comme à Bordeaux, Pontoise, Mulhouse) est l’oeuvre d’une officine pro-israélienne (Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme) en collusion avec le gouvernement Sarkozy et la ministre de la justice Alliot-Marie (2). L’officine en question prétend même poursuivre…Stéphane Hessel, résistant, co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.

La riposte s’organise et continue. Nous ne laisserons pas faire taire le soutien au peuple palestinien en criminalisant les actions militantes et citoyennes. Nationalement, plusieurs centaines de personnalités ont déjà signé la pétition « Solidarité avec Stéphane Hessel, Alima Boumediene-Thiery et toutes les victimes de la répression ». Dans les Pyrénées-Orientales, un comité de soutien regroupant une cinquantaine d’organisations s’est mis en place qui propose et organise des initiatives à Perpignan et sur tout le département.

Pour soutenir Yamina, Jeanne et Bernard, des actions de mobilisation et d’information se poursuivent :

· Signature de la lettre-pétition « Moi aussi je boycotte ! » (voir ci-dessous) : nous avons reçu à ce jour 1200 lettres qui seront remises au président du tribunal de Perpignan. Vous pouvez toujours la signer et la faire signer dans vos réseaux et nous les remettre ou nous les envoyer. (Bernard Cholet 10, rue Lafayette 66000 Perpignan).

· Mobilisation pour la campagne BDS : nous avons prévu de mener des actions d’information et de sensibilisation sur la campagne Boycott – Désinvestissement – Sanctions. Une prochaine action de distribution de tracts à l’entrée d’une grande surface est prévue le samedi 27 novembre à 10h. Pour plus d’information, pour vous inscrire, prière de contacter ce blog qui fera suivre.

· Soutien financier : il nous est indispensable et nous avons estimé à 8000 euros la somme à atteindre dans un premier temps. Elle correspond aux frais occasionnés par le procès (avocats, voyages des témoins…). Alors n’hésitez pas, faites un chèque à l’ordre d’AFPS66 à envoyer à Bernard Cholet 10, rue Lafayette 66000 Perpignan. Les dons ouvrent droit à une réduction d’impôts égale à 66% de leur montant (dans la limite de 20% du revenu imposable).

· Après Estagel et Argelès, des réunions publiques sont prévues à Alenya le vendredi 12 novembre à 19h au parc Ecoiffier, à Prades le 11 janvier. D’autres se préparent à l’Université, à Céret… Une soirée-gala est également à l’étude. Si vous voulez contribuer à ces initiatives, contactez-nous.

· Rassemblement le jour du procès : un rassemblement aura lieu devant le tribunal de Perpignan le lundi 24 janvier à partir de 13h. Votre présence ce jour-là est une autre occasion de témoignage de votre soutien. Nous étions plus de cent le 11 octobre, nous serons bien plus nombreux encore le 24 janvier pour leur dire qu’ils ne nous ferons pas taire.

(1) « Provo(cation) à la discrimination à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non appartenance à une ethnie, , une nation, une race ou une religion déterminée faits prévus et réprimés par les articles 23, 24 alinéa 8, alinéa 11 et 1 article 42, article 43 de la loi du 29 juillet 1881. »

(2) « Je n’accepte pas que des personnes, responsables associatifs, politiques ou simples citoyens, appellent au boycott de produits au motif qu’ils sont kasher ou qu’ils proviennent d’Israël. Je souhaite que le parquet fasse preuve de davantage de sévérité à ce sujet. J’ai donc adressé une circulaire aux parquets généraux, leur demandant d’identifier et de signaler tous les actes de provocation à la discrimination. J’entends que tous les auteurs d’actes soient poursuivis dès qu’ils auront été identifiés et notamment quand les appels auront été faits sur Internet. » Mme Michèle Alliot-Marie, ministre d’Etat, ministre de la justice et garde des sceaux, le 18 février, dans son discours au dîner de l’antenne bordelaise du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

« Nous encourageons des organisations à porter plainte contre les organisateurs du boycott. Nous conduisons des activités politiques à l’ambassade en liaison directe avec des ministres, des organisations, des étudiants et des consommateurs, qui se réveillent ». Daniel Shek, ambassadeur d’Israël en France

Toutes les informations sur le soutien sur : http://palestine-perpignan.org

Moi aussi, je boycotte !

Déclaration au Président du Tribunal correctionnel de Perpignan

Monsieur le Président,

Je soussigné (NOM, Prénom)

N°, rue :

Code postal et ville :

m’adresse à vous, pour vous informer que je participe au boycott des produits de l’occupant israélien des territoires palestiniens, et refuse ainsi de me rendre complice des crimes commis par l’Etat d’Israël contre un peuple sans défense, et en violation totale du Droit International dont le droit humanitaire.

Je l’avoue, je participe au boycott des produits de ce pays aujourd’hui guerrier, conquérant et oppresseur. Je l’avoue,c’est de toute ma voix et de tout mon coeur que je participe à cet acte de résistance, qui est un acte pacifique et raisonné.

J’élève ainsi ma voix contre l’indignité des crimes commis, et contre la colonisation par l’Etat d’Israël de la Palestine.

Face à l’inertie des autorités françaises et européennes, qui se refusent à prendre des sanctions à l’encontre d’un Etat qui commet des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, j’estime qu’il est de mon devoir moral de porter assistance à un peuple en danger. Face à une colonisation qui se poursuit depuis des décennies, en violation de nombreuses résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, face à la construction d’un mur jugé illégal par la Cour de Justice Internationale de la Haye, à l’emprisonnement et à l’assassinat de milliers de femmes d’hommes et d’enfants, je réponds à l’appel lancé par la société civile palestinienne, en participant à la campagne de Boycott, de Désinvestissement et de Sanction (BDS) visant l’occupant israélien et les entreprises qui s’y associent.

Comme pour l’Afrique du Sud du régime d’apartheid, le boycott, dans le cadre de cette campagne, me semble le seul moyen pacifique de faire respecter les droits de l’homme et le droit international, sans lesquels nous sommes menacés par la loi du plus fort, c’est à dire la barbarie. C’est dans cet esprit que je participe à cette campagne et que j’appelle mes concitoyens à y participer.

Je cesserai de boycotter l’Etat d’Israël et ses produits quand il cessera de boycotter le peuple palestinien, de l’emmurer, de le priver de ses droits fondamentaux, de nourriture, de travail, de libre circulation, et de son droit à l’autodétermination.

J’apprends que trois militant-es du Collectif 66 Paix et Justice en Palestine sont convoqués devant le Tribunal correctionnel de Perpignan. Je constate qu’aucun acte de violence, de dégradation ou de pression sur les personnes relatif à l’action du 15 mai 2010, n’a été signalé.

Pour faire valoir ce que de droit lors de l’audience du tribunal correctionnel le 14 janvier 2011 concernant
l’assignation de mesdames Yamina Tadjeur, Jeanne Rousseau et monsieur Bernard Cholet.

A………………….………………, le / / .

…………………………………………………………………………

Signature

A renvoyer à : Bernard Cholet 10, rue Lafayette 66000 Perpignan

…………………………………….

Soutien aux militant-es du Collectif 66 Paix et Justice en Palestine convoqué-es au tribunal correctionnel de Perpignan le 24 janvier 2011

Trois militant-es du Collectif 66 Paix et Justice en Palestine – Yamina Tadjeur, Jeanne Rousseau et Bernard Cholet – sont assignés en correctionnelle pour une action d’information des consommateurs du magasin Carrefour de Perpignan le 15 mai 2010 les appelant au boycott des produits exportés par Israël.

L’action qu’ils mènent en vue de faire respecter le Droit International est inscrite dans la campagne
internationale « Boycott – Désinvestissement – Sanctions » initiée à la demande de la société civile
palestinienne afin de faire cesser l’impunité dont jouit l’Etat d’Israël qui viole systématiquement le Droit
International (Résolution du conseil de sécurité de l’ONU), le Droit Humanitaire (Conventions de Genève
interdisant la colonisation, la spoliation et le déplacement de populations en territoire occupé, siège et
bombardements de la bande de Gaza) et les Droits de l’Homme (pratique de discrimination selon
l’origine des citoyens, emprisonnements massifs de résistants…).

Il est particulièrement choquant de voir mis en accusation, des militants pacifistes, non violents, luttant
contre toute discrimination à l’égard d’un peuple quel qu’il soit et défendant le principe du Droit et de la
Justice pour le peuple palestinien.

Nous constatons qu’à l’occasion de cette action de sensibilisation il n’y a eu aucune violence,
dégradation ou pression sur les personnes. Nous constatons également à cette occasion que les
autorités israéliennes violent, au vu et au su des autorités françaises, le Droit Commercial de l’Union
Européenne en pratiquant une fraude systématique quant à l’origine des produits, ceux issus des
colonies en territoire palestinien occupé étant abusivement estampillés « made in Israël ».

Les organisations soussignées dénoncent avec la plus extrême gravité les pressions exercées par le
pouvoir exécutif sur la Justice en vue de poursuivre systématiquement à Perpignan comme à Bordeaux, Mulhouse ou ailleurs des militants défenseurs du droit, participant à cette campagne.

Nous exigeons que les trois militants soient relaxés. Il en va de la possibilité de défendre en France les droits du peuple palestinien comme de la défense de la liberté d’opinion et d’expression dans notre pays.

Nous vous appelons à être nombreux le lundi 24 janvier à partir de 13h au tribunal de Perpignan pour accompagner nos camarades et dénoncer l’injustice qui leur est faite.

Premiers signataires : les Alternatifs 30 ; les Amis du maquis Henri Barbusse; Assoc. France Palestine Solidarité LR – Alès-Cévennes, Béziers, Nîmes, Montpellier, Perpignan; Assoc. Arabo-Turque de l’Ensoleillée ; Assoc. Musulmane d’Elne ; Assoc. Salam ; ASTI66; ASTI76 ; ATTAC66 ; CAPJPO-EuroPalestine ; CGT du CHS de Thuir ; CGT du CH du Rouvray (76) ; CIMADE 66 ; CIMADE Languedoc Roussillon ; Cité Plurielle ; CNT66 ; Coalition contre Agrexco ; Collectif antiOGM66 ; Collectif des citoyens juifs et arabes de Strasbourg ; Confédération Paysanne11 ; Confédération Paysanne 66 ; Coup de Soleil des PO ; CMF ; CREF ; Europe Ecologie – les Verts; Expression Musulmane ; les Faucheur-ses Volontaires des PO ; Femmes Solidaires ; FSU ; Identité Plurielle ; Initiatives Citoyennes ; ISM-France ; JC66 ; LDH ; Mouvement de la Paix ; MRAP; NPA ; NPA Jeunes ; PG 30 ; PG 66 ; PCF ; PCF Agly Fenouillèdes ; Pôle Ethique; Renaissance Communiste 66 ; Solidarité Féminine ; UD CGT 66 ; UL CGT Agly Fenouillèdes ; UL CGT Conflent ; Union Juive Française pour la Paix ; Union Syndicale Solidaires…

Contact/ info : collectif66palestine@gmail.com / Tél : 0673897319 / 0608307778 / 0616508070

A lire sur notre blog : Boycott de produits israéliens : procédure contre Boumediene (Verts) et Slaouti (NPA) annulée (Bellaciao). Voir vidéo.

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page