Montpellier : Pour un autre BUDGET MUNICIPAL 2011

L’axe central du budget de la majorité reste l’étalement urbain et l’augmentation de population. Nous ne nous retrouvons pas dans cette logique. Pour prendre quelques exemples, nous voulons les transports gratuits, la majorité, elle, a augmenté les tarifs cet été. Les subventions aux entreprises privées ne cessent pas. Sur le fond, ce n’est pas un budget
de rupture tourné vers les besoins sociaux à l’inverse de nos propositions. C’est pourquoi, lundi prochain, Francis VIGUIE, élu NPA-FASE à partir de la liste « Montpellier écologique, sociale Vraiment à Gauche »
votera contre le budget soumis au vote.

Photo : Francis Viguié, élu NPA-Fase (Cual) à la mairie de Montpellier


Pour une Municipalité au service de la population

Nous subissons l’offensive des puissants de ce monde pour nous faire payer une crise dont nous ne sommes nullement responsables. Les plans d’austérité (Irlande, Espagne, Grèce, Portugal…) conduisent à la baisse des salaires et des prestations sociales, facilitent les licenciements et généralisent la précarité. En France, après la contre-réforme des retraites, c’est au tour de la Sécurité Sociale d’être attaquée : réforme de la dépendance introduisant les assurances privées, baisse des remboursements…
Nous sommes déjà dans une ville pauvre et au fort taux de chômage, la crise et les politiques menées aggravent la situation. Le budget de la ville doit en tenir compte, c’est d’un budget « bouclier social » dont nous avons besoin.
L’objectif d’une municipalité de gauche devrait être d’améliorer la vie de ses habitants et d’être à leur côté, avec les syndicats, les associations, le mouvement social, dans les combats menés contre la droite et le patronat.
Défendre les acquis sociaux, imposer un autre partage des richesses satisfaisant les besoins sociaux et écologiques, est un combat qui ne peut rester une bataille locale.
À Montpellier, comme ailleurs, le PS, pourtant à la tête de très nombreuses collectivités, se refuse à engager l’épreuve de force avec le patronat et le gouvernement.

POUR DES PRIORITES SOCIALES ET ECOLOGIQUES

Non aux transferts de compétences aux communes sans transferts financiers équivalents. Moins de moyens financiers pour une municipalité implique, soit une hausse des impôts locaux, soit une réduction des services à la population.
La Mairie doit retrouver des moyens financiers !

Mise en régie publique de la TAM, des parkings et de l’eau.
Les fonds publics doivent servir au bien de tous et non à financer des entreprises privées. Pourquoi laisser des multinationales comme Veolia ou Vinci s’enrichir sur notre dos ? Les délégations de service public sont, pour elles, une source de profit. C’est inacceptable !
Les fonds publics ne doivent pas aller aux écoles privées, mais garantir la qualité de l’enseignement public.
Les subventions à Ryanair doivent cesser et être transférées aux transports publics.

Arrêt des dépenses de prestige et des dépenses sécuritaires
Montpellier a-t-il vraiment besoin d’une mairie de plus de 130 millions d’euros ? Comment accepter les salaires mirobolants du « surintendant » de l’opéra, Koering ? Il faut en finir avec les pompes à subventions publiques, nos impôts doivent servir au bien public.
La vidéosurveillance a un coût de maintenance de plus d’1 million d’euros par an et la majorité municipale continue d’en implanter ! Gouvernement et patronat imposent l’insécurité sociale, rendent la vie plus dure et plus violente chaque jour, pour eux, la sécurité est un marché, en particulier la vidéosurveillance.
A Montpellier nous n’avons aucun bilan de son efficacité. Ailleurs, les statistiques indiquent un taux d’aide à l’élucidation de 2 à 3%.

Pour un blocage des loyers Car la hausse des loyers avec des salaires bloqués rend de plus en plus difficile le logement pour de très nombreuses familles.
Pour un plan d’urgence de
construction de logements sociaux avec réquisition des logements vides. À Montpellier, plus de 4.000 demandes de logements sociaux sont en attente.

Non à la logique de pôles d’excellence pour les Facultés. Les universités de Montpellier sont en pleine tourmente car le plan Campus en favorise certaines et laisse d’autres sur la touche.
Un enseignement de qualité doit être un droit pour toutes et tous.

Pour une autre politique des transports : prioriser les transports en commun

Ce n’est pas en donnant des chèques parkings payés par l’argent des contribuables ou en ouvrant un nouveau parking sous le Peyrou que l’on réglera les problèmes de circulation.
Il faut développer les transports publics (en allant vers leur gratuité) et les déplacements doux (piétons, vélo) : parkings gratuits aux entrées de la ville, complémentarité tram, bus, mini bus, pistes cyclables en continu. Le plan local de déplacement doit être repensé avec une concertation réelle des habitants, des usagers, des associations.

POUR QUE LES HABITANTS SOIENT ASSOCIES A L’ELABORATION DU BUDGET

Qui peut mieux savoir que les habitants quelles sont les priorités
sociales ?

La démocratie ne peut se résumer à un vote tous les 6 ans. L’élaboration du budget est aujourd’hui le fait des techniciens et de la majorité municipale. Le débat se résume à une heure en conseil municipal.
Nous sommes, à l’inverse, pour un budget participatif, élaboré avec les habitants. Ceux-ci pourraient par exemple décider de l’utilité de certaines dépenses de prestige ou discuter du tarif des cantines, des transports publics, ou encore étudier leur gratuité. Ce n’est pas un débat d‘expert. Les associations, les syndicats, les partis pourraient faire des propositions, se prononcer sur le projet global de budget.

AGGLO-MONTPELLIER : MUTUALISONS LES PROJETS

Depuis des années l’Agglo est un terrain d’affrontement dont la population de Montpellier fait les frais. Les décisions concernant les transports, le logement, l’eau…. se prennent à l’Agglo. Contre notre avis, la ville a perdu beaucoup de ses compétences. Il faut mutualiser les projets et démocratiser l’Agglo où tous les courants politiques du conseil municipal doivent être représentés. L’Agglo est composée de 90 représentants des communes dont 45 de Montpellier. La majorité de Montpellier (PS,PC,Modem) s’est scandaleusement octroyée tous les postes, elle a une responsabilité totale dans la politique suivie par l ‘Agglo.

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page