Le Vigan Rassemblement le 15 décembre contre le gel des créations et renouvellements du seul contrat aidé par l’État pour le secteur non-marchand (CAE-CUI)

Une mobilisation importante se met en place dans les Cévennes méridionales, suite à la remise en cause des contrats aidés par l’Etat qui permettent à de nombreuses associations de pouvoir fonctionner.


Il y aurait beaucoup à dire sur ce type de contrats, appelés CUI (Contrat Unique d’Insertion) et plus particulièrement CAE (Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi) en ce qui concerne le secteur non marchand (c’est-à-dire : une collectivité territoriale ou une autre personne morale de droit public, un organisme de droit privé à but non lucratif, une personne morale de droit privé chargée de la gestion d’un service public).

Il s’agit en fait de contrats qui sous couvert de réinsertion organisent la précarité du salarié et permettent aux pouvoirs publics de financer à moindre coût ce qui devrait être de vrais emplois, tout en faisant planer sur la tête des associations et organismes concernés l’éventualité d’un non-renouvellement de l’aide. La “suspension” de ces contrats est cependant, en l’absence de ces “vrais emplois“, un violent coup porté à la vie de nombreuses associations qui jouent un rôle essentiel dans le tissu social de cette région.

Nous reproduisons ci-dessous le tract que le Collectif d’Alertes en Cévennes méridionales (regroupant un bon nombre des associations concernées) a édité pour appeler à une mobilisation le 15 décembre au Vigan.
Il va sans dire que le NPA soutient ce mouvement.

Claude Dubois

Quand l’Etat met en danger les territoires

Courant octobre, une mesure nationale transmise par les Préfectures de Région et exécutée par Pôle Emploi gèle les créations et les renouvellements du seul contrat aidé par l’État pour le secteur non-marchand (CAE-CUI)… «jusqu’à nouvel ordre» !

La survie des associations est en danger

Destructions de nombreux emplois essentiels pour la vie dans les Cévennes du jour au lendemain lors du non renouvellement des conventions d’aides, pourtant « assurés » par Pôle Emploi d’être reconduites quelques semaines avant, fragilisation des activités associatives assurées par ces salariés.

Ce sont de très nombreux secteurs d’activités qui sont mis en péril

C’est une part importante de la vie du territoire qui est menacée. Au-delà de la triste réalité d’un très grand nombre de postes de travail supprimés,

• Les lieux d’accueil de loisirs de la petite enfance, de l’enfance et de l’adolescence, les ateliers d’expression, ludiques et créatifs, les crèches, cantines scolaires, haltes-garderies, les temps de soutien scolaire, etc.

• La création et l’organisation de concerts, de pièces de théâtre, les salles de cinéma, les radios libres et non lucratives, les écoles de musique, les médiathèques, les spectacles d’art de la rue, les espaces de poésie, etc.

• Les espaces de formation, les lieux d’accueil et d’accompagnement médicosociaux, les associations de prévention, les réseaux d’échanges de savoir, etc.

Cette décision illustre le regard porté par l’État sur la vie associative, sur les salariés et les bénévoles qui oeuvrent chaque jour à développer des activités dans un cadre non-lucratif.
Elle montre aussi le mépris du gouvernement pour les acteurs innombrables du secteur non-marchand qui irriguent les bassins de vie et permettent le maintien d’une vie sociale hors des villes.

En urgence, les associations des Cévennes méridionales se sont regroupées en collectif dans l’objectif de mener des actions de sensibilisation et de lutte pour :

• dénoncer la programmation de la mort lente du secteur non-marchand,

• recenser les emplois détruits et soutenir les salariés déjà précaires
victimes de la suppression de leur poste du jour au lendemain,

• maintenir les activités indispensables à la vitalité de nos territoires ruraux,

• obtenir des garanties sur des soutiens concrets et pérennes à l’emploi dans les associations.


Nous appelons les associations locales et les élus locaux à rejoindre ce mouvement afin de conjuguer nos efforts pour sensibiliser les citoyens et pour mener des actions constructives et festives.

D’autres collectifs sont en création ou déjà très actifs en Languedoc-Roussillon et dans de nombreuses régions de France.

RASSEMBLEMENT 15 DÉCEMBRE à 10h.


DEVANT LA SOUS-PRÉFECTURE DU VIGAN

Collectif d’alerte Cevennes méridionales :

• 1001 FACETTES [expression et médiation culturelle] • ABC [soutien et organisation d’événements culturels] • L’ART-SCÈNE [production
et diffusion de spectacles culturels] • ASSOCIATION CÉVENOLE POUR LEGMOIN [aide au développement d’un canton burkinabais]
CHAMP-CONTRECHAMP
[festival du film documentaire Lasalle] • CINECO [Cinéma itinérant] • DESIDERATA [Théâtre-forum] • L’ESCARGOT
DORE
[sillages de poésie] • TERRE DE MAURIPE [espace multi-services de Soudorgues] • FRUITS OUBLIES RÉSEAU • LA FILATURE DU
PONT-DE-FER
[production et diffusion d’événements culturels] • LA FOURMI ET LA CIGALE [magasin bio associatif] • JOMO PRODUCTIONS
• LA MINE [accueil des populations nomades] • LA RECYCLERIE D’ANDUZE, LE FILON [formation] • LE PAS SAGE [ lieu de vie] • LES
ELVIS PLATINES
[Transes Cévenoles de Sumène] • LES JARDINS FAMILIAUX DU VAL ÉMERAUDE • LO QUINQUET [animation
culturelle] • MOUV’EN FLE [alphabétisation, français langue étrangères] • RADIO ESCAPADES [média associatif] • TEUF TEUF •
Lieu de vie TENTATIVE
• TERRE DE MAURIPE [développement local] • VIVRE ENSEMBLE EN SALENDRINQUE [Festival de la Coconnière]
• ZOOM LA RUE [médias Arts de la Rue] …
… Ainsi que des élus du Conseill Général du Gard, des communes de Lasalle et de Soudorgues, de la Communauté de communes Cévennes-
Garrigue et des habitants inquiets pour le Pays Aigoual Cévennes Vidourle

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page