MONTPELLIER. CONSEIL MUNICIPAL DU 13 DECEMBRE : FRANCIS VIGUIE (NPA-FASE) CONTRE UN BUDGET DEPOURVU DE PRIORITES SOCIALES ET ECOLOGIQUES !



17 décembre :

Remettre en régie, les transports en commun l’eau ou les parkings qui sont aujourd’hui gérés par Tam, Veolia ou Vinci. C’est une demande récurrente de Francis Viguié, conseiller municipal NPA-Fase. Il l’a, une nouvelle fois, formulée lors du conseil municipal de lundi à l’occasion du débat sur le budget 2011 de la ville de Montpellier. « À quoi bon donner de l’argent à des multinationales comme Vinci ? Parce que celle-ci n’organise pas les parkings pour la beauté du geste mais plutôt parce que ça rapporte de l’argent », souligne l’élu.” (Montpellier Journal, lire la suite ci-dessous)

Compte rendu par Francis Viguié du conseil municipal du 13 décembre

En guise de préambule

Lors du dernier conseil, la majorité avait élu Nadia Miraoui à l’Agglo confirmant ainsi que rien n’avait changé. La majorité continuait à confisquer les 45 postes de l’Agglo alors qu’elle ne représente que 52% des voix. L’Agglo a confirmé, elle aussi, que rien ne changeait. Moure a pris la place de Frêche, tout en conservant les mêmes conceptions politiques.


La manifestation la plus évidente est la continuité des vice-présidences accordées à la Droite, sans parler du Modem ou de Deloncle, représentants de la Droite et membres de la majorité. Nous avons donc une Agglo où l’exécutif est composé du PS, du PC, du Modem et de l’UMP ! Tout cela sur un fond d’autonomie des territoires municipaux !

Mandroux vient de subir une nouvelle défaite. Elle continue avec insistance à démontrer sa fragilité et son peu de poids politique.

Les Verts, qui ne cessent d’insister sur leur volonté d’entrer dans la majorité municipale, ne verront pas se vérifier les pronostics de la presse annonçant cette entrée le 13 décembre. Ils ne sont donc entrés ni à l’Agglo ni dans la majorité de Montpellier. Mais si les frêchistes ont encore la capacité de les bloquer à l’Agglo et à Montpellier, la direction du PS, sous tutelle nationale, a négocié avec eux un accord pour les cantonales. Ils se voient accorder les cantons de Mauguio et des Matelles. Ce mauvais feuilleton ne peut que continuer, tout le monde ayant bien compris que le PS privilégie un accord avec les Verts pour 2012.

Le conseil municipal lui-même

Il a débuté par l’annonce de Mme Labrousse de sa démission du groupe du Modem. Pour avoir un groupe, il faut 5 élus, le Modem n’a donc plus de groupe. Il annonce que des membres du conseil municipal se sont proposés pour entrer dans ce groupe Modem. Il sera amusant de voir quels seront ses sauveurs.
Le point majeur de ce conseil était le vote du budget 2011.

Levita (PS) a présenté le budget en insistant sur la crise en France et en Europe, en indiquant ses craintes vives sur l’euro, sur Fillon et la Loi des Finances, que le gouvernement peut durcir en ce qui concerne les collectivités locales… Il a dénoncé le gel des dotations de l’Etat, celui-ci impliquant une baisse. Il a aussi insisté sur l’évolution démographique importante et continue dans le temps. Cette augmentation de la population est au cœur du projet de la majorité en lien avec l’étalement urbain.

Je suis intervenu longuement. Je l’ai fait à partir de l’argumentaire résumé dans le tract que nous avons distribué ce week-end. Le voici ci-dessous :
« L’axe central du budget de la majorité reste l’étalement urbain et l’augmentation de population. Nous ne nous retrouvons pas dans cette logique. Pour prendre quelques exemples, nous voulons les transports gratuits, la majorité, elle, a augmenté les tarifs cet été. Les subventions aux entreprises privées ne cessent pas. Sur le fond, ce n’est pas un budget de rupture tourné vers les besoins sociaux à l’inverse de nos propositions. C’est pourquoi, lundi prochain, Francis VIGUIE, élu NPA-FASE à partir de la liste « Montpellier écologique, sociale Vraiment à Gauche » votera contre le budget soumis au vote.

Pour une Municipalité au service de la population

Nous subissons l’offensive des puissants de ce monde pour nous faire payer une crise dont nous ne sommes nullement responsables. Les plans d’austérité (Irlande, Espagne, Grèce, Portugal…) conduisent à la baisse des salaires et des prestations sociales, facilitent les licenciements et généralisent la précarité. En France, après la contre-réforme des retraites, c’est au tour de la Sécurité Sociale d’être attaquée : la réforme de la dépendance introduit les assurances privées, les remboursements baissent…

Nous sommes déjà dans une ville pauvre et au fort taux de chômage, la crise et les politiques menées aggravent la situation. Le budget de la ville doit en tenir compte, c’est d’un budget « bouclier social » dont nous avons besoin.

L’objectif d’une municipalité de gauche devrait être d’améliorer la vie de ses habitants et d’être à leurs côtés, avec les syndicats, les associations, le mouvement social, dans les combats menés contre la droite et le patronat.

Défendre les acquis sociaux, imposer un autre partage des richesses satisfaisant les besoins sociaux et écologiques, est un combat qui ne peut rester une bataille locale.

À Montpellier, comme ailleurs, le PS, pourtant à la tête de très nombreuses collectivités, se refuse à engager l’épreuve de force avec le patronat et le gouvernement.

POUR DES PRIORITES SOCIALES ET ECOLOGIQUES

Non aux transferts de compétences aux communes sans transferts financiers équivalents. Moins de moyens financiers pour une municipalité implique, soit une hausse des impôts locaux, soit une réduction des services à la population.

La Mairie doit retrouver des moyens financiers !

Mise en régie publique de la TAM, des parkings et de l’eau. Les fonds publics doivent servir au bien de tous et non à financer des entreprises privées. Pourquoi laisser des multinationales comme Veolia ou Vinci s’enrichir sur notre dos ? Les délégations de service public sont, pour elles, une source de profit. C’est inacceptable !

Les fonds publics ne doivent pas aller aux écoles privées, mais garantir la qualité de l’enseignement public.

Les subventions à Ryanair doivent cesser et être transférées aux transports publics.

Arrêt des dépenses de prestige et des dépenses sécuritaires

Montpellier a-t-il vraiment besoin d’une mairie de plus de 130 millions d’euros ? Comment accepter les salaires mirobolants du « surintendant » de l’opéra, Koering ? Il faut en finir avec les pompes à subventions publiques, nos impôts doivent servir au bien public.

La vidéosurveillance a un coût de maintenance de plus d’1 million d’euros par an et la majorité municipale continue d’en implanter ! Gouvernement et patronat imposent l’insécurité sociale, rendent la vie plus dure et plus violente chaque jour. Pour eux, la sécurité est un marché, en particulier la vidéosurveillance. A Montpellier nous n’avons aucun bilan de son efficacité. Ailleurs, les statistiques indiquent un taux d’aide à l’élucidation de 2 à 3%.

Pour un blocage des loyers. Car la hausse des loyers avec des salaires bloqués rend de plus en plus difficile le logement pour de très nombreuses familles.

Pour un plan d’urgence de construction de logements sociaux avec réquisition des logements vides. À Montpellier, plus de 4.000 demandes de logements sociaux sont en attente.

Non à la logique de pôles d’excellence pour les Facultés.
Les universités de Montpellier sont en pleine tourmente car les Idex [Initiatives d’Excellence] et autre plan Campus en favorisent certaines et laissent d’autres sur la touche. Un enseignement de qualité doit être un droit pour toutes et tous.

Pour une autre politique des transports : priorité aux transports en commun !

Ce n’est pas en donnant des chèques parkings payés par l’argent des contribuables ou en ouvrant un nouveau parking sous le Peyrou que l’on réglera les problèmes de circulation. Il faut développer les transports publics (en allant vers leur gratuité) et les déplacements doux (piétons, vélo) : parkings gratuits aux entrées de la ville, complémentarité tram, bus, mini bus, pistes cyclables en continu. Le plan local de déplacement doit être repensé avec une concertation réelle des habitants, des usagers, des associations.

POUR QUE LES HABITANTS SOIENT ASSOCIES A L’ELABORATION DU BUDGET
Qui peut mieux savoir que les habitants quelles sont les priorités sociales ?

La démocratie ne peut se résumer à un vote tous les 6 ans. L’élaboration du budget est aujourd’hui le fait des techniciens et de la majorité municipale. Le débat se résume à une heure en conseil municipal.
Nous sommes, à l’inverse, pour un budget participatif, élaboré avec les habitants. Ceux-ci pourraient par exemple décider de l’utilité de certaines dépenses de prestige ou discuter du tarif des cantines, des transports publics, ou encore étudier leur gratuité. Ce n’est pas un débat d‘expert. Les associations, les syndicats, les partis pourraient faire des propositions, se prononcer sur le projet global de budget.

AGGLO-MONTPELLIER : MUTUALISONS LES PROJETS

Depuis des années l’Agglo est un terrain d’affrontement dont la population de Montpellier fait les frais. Les décisions concernant les transports, le logement, l’eau…. se prennent à l’Agglo. Contre notre avis, la ville a perdu beaucoup de ses compétences. Il faut mutualiser les projets et démocratiser l’Agglo où tous les courants politiques du conseil municipal doivent être représentés. L’Agglo est composée de 90 représentants des communes dont 45 de Montpellier. La majorité de Montpellier (PS,PC,Modem) s’est scandaleusement octroyée tous les postes, elle a une responsabilité totale dans la politique suivie par l ‘Agglo.

Roumegas est intervenu au nom des Verts. Ils s’abstiendront.

Domergue, pour l’UMP défend la politique gouvernementale et votera Contre.

Dufour pour le Modem, Passet pour le PC, Touchon pour les Non Inscrits interviennent pour indiquer qu’ils voteront le budget.

En conclusion, Levita (PS) répondra à certaines de mes observations en indiquant par exemple, suite à ma critique du Plan Campus, « que les pôles d’excellence sont un piège » mais que la municipalité se devait de s’engager dans le Plan Campus. Suite à mon exigence que les besoins sociaux deviennent des droits (transports, logement…), il déclare qu’il faut préparer ensemble ( !!!) 2012. Une fois de plus, il apporte une réponse institutionnelle au lieu de construire des rapports de force permettant de gagner aujourd’hui.

Vote : Pour PS, PC, Modem, Non Inscrits

Abstention Verts

Contre Moi même, UMP

La délibération 3 traitait du parking des Arceaux. Il s’agissait de renouveler la Délégation de Service Public(DSP).

Je suis intervenu contre le renouvellement de cette DSP. Le parking des Arceaux est un des parkings qui rapportent le plus à Montpellier. Pourquoi la mairie doit-elle se priver de ressources significatives ? Ces ressources nouvelles permettent de financer des besoins sociaux, d’autant plus importants en période de crise. Comme lors de mon intervention sur le budget, j’ai demandé la mise en régie des parkings.

J’ai aussi rappelé que les associations des Arceaux souhaitaient transformer ce parking en parc. Une nouvelle DSP jusqu’en 2015 leur ferme la porte.

J’ai voté Contre, les Verts se sont abstenus, les autres se sont prononcés Pour.

Je n’ai pas voté la délibération 6 concernant le bilan de la concertation du Pont de la République.

Je n’ai pas voté non plus la délibération 13 concernant les avenants aux marchés des travaux du nouvel Hôtel de Ville. Pour la majorité, nous restons dans le cadre des 130 M d’euros budgétés.
Ces votes sont des votes de principe puisque ces projets ont été décidés il y a plusieurs années et sont en fin de réalisation.

J’ai voté contre la délibération 44. Elle a pour fonction de mettre en sous-traitance la fermeture et l’ouverture des parcs et jardins. Le coût de cette privatisation est entre 120 000 et 330 000 euros.

Je suis intervenu contre ce qui me semble une logique absurde et un gaspillage d’argent public.


J’ai voté contre la délibération 49.
Il s’agissait du rapport annuel sur le prix et la qualité de l’eau, ainsi que de l’assainissement (Exercice 2009). Cette question arrive, pour la dernière fois, en délibération vu que cette compétence a été transférée à l’Agglo depuis le 1er janvier 2010.

Nous sommes en désaccord avec Veolia sur le prix de l’eau, le taux de rendement et la part abusive du fermier.

J’ai voté Contre, les Verts se sont abstenus, les autres ont voté Pour.

Le prochain Conseil Muncipal aura lieu le 7 Février 2011.

Mardi 14 décembre 2010.
Francis Viguié, conseiller municipal NPA-FASE

Article de Montpellier Journal : À Montpellier le Parti socialiste est à gauche mais pas trop

A lire aussi sur le blog :

Montpellier : Pour un autre BUDGET MUNICIPAL 2011


Photo : Francis Viguié (au centre), hier dans la rue pour les retraites, le 13 décembre au conseil municipal pour un budget social et écologique, demain…



Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page