Béziers : Ménard/Aboud, la cérémonie de la honte



Ménard, maire d’extrême
droite, fraichement élu avec les voix du FN s’incline devant une stèle
glorifiant l’OAS.
Il ose
commémorer les “massacres d’Oran” devant le
monument à la gloire de quatre assassins fusillés de l’OAS, condamnés à mort par les tribunaux français après
la guerre. 




 Béziers : Ménard/Aboud, la cérémonie de la honte

Ménard, maire d’extrême droite, fraichement élu avec les voix du FN
s’incline devant une stèle glorifiant l’OAS.
Il ose commémorer les
“massacres d’Oran” devant le
monument à la gloire de quatre assassins fusillés de l’OAS, condamnés à mort par les tribunaux français après
la guerre. 

Capture_d_ecran_2014-07-11_a_16.20.06.pngPire qu’une provocation et au-delà de ses calculs électoralistes (brosser son électorat
pied-noir dans le sens du poil), c’est 
une démarche délibérée !

 Le racisme, la xénophobie ne
sont pas des erreurs, mais une politique calculée.
 Nous assistons à un véritable
front de la renaissance du fascisme, 
si l’OAS est morte, ses vieux réseaux sont toujours en vie.

On
ne peut, on ne doit pas accepter la présence de  monuments à la gloire d’un terrorisme  qui a causé la mort de milliers de personnes
en France et en Algérie. L’opposition, dont Aimé Couquet, demande d’ailleurs
son retrait depuis longtemps. Organiser une cérémonie de ce genre est pire
encore.

Robert Ménard a prononcé un
discours qui tourne résolument le dos aux enseignements de l’Histoire, présentant
le colonialisme français comme le sauveur du peuple algérien, bien ingrat d’avoir
osé revendiquer son indépendance….

Elie Aboud, député
UMP de l’Hérault, son ex-rival aux municipales se réclamant de l’héritage du
gaullisme, était également présent 
pour déposer une gerbe
devant, entre
autres, le portrait de Bastien-Thiry, auteur d’un attentat manqué contre… De
Gaulle ! On n’est plus à une contradiction près quand il s’agit de faire
les yeux doux à un certain électorat…

Cela n’est
pas un cas isolé, on constate très souvent la connivence entre l’UMP et le FN
pour le “fleurissement” de ces stèles.
Mais  l’OAS trouvent des appuis, aussi parfois,
près de membres du PS, comme pour ne citer qu’un exemple lors de l’inauguration
de la stèle d’Aix en Provence (7 juin 2013) , où l’ancien maire Jean-François Picheral, sénateur PS était présent
aux côtés du député UMP Christian Kert

L’idéologie ambiante est favorisée
par la politique d’austérité que nous subissons et qui génère en effet des
comportements racistes et xénophobes, entretenus sournoisement par les médias. En
Espagne aussi, récemment un projet de stèle à la gloire de l’OAS a fait couler
beaucoup d’encre. Voici ce qu’en dit Jean-François Gavoury, président de
l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS
(Anpromevo) et fils du commissaire assassiné en mai 1961 :

 « Le contexte des élections européennes invite à réfléchir
sur le sens et la portée d’un projet hispanique de stèle à la gloire de l’OAS,
dont la conception même ne doit rien au hasard. Au cours de ces quarante dernières
années, le monumentalisme antirépublicain a frappé la partie française du
littoral méditerranéen depuis Nice jusqu’à Perpignan. S’il vise aujourd’hui l’Espagne,
ce n’est pas dans une perspective de réhabilitation supranationale de quelques
assassins que la justice et l’histoire ont définitivement proscrits. Ce n’est
pas non plus dans un esprit de retour aux sources de l’OAS, née au cœur de l’Espagne
franquiste en février 1961. C’est en réalité pour établir précisément en face
de l’Algérie plus qu’une continuité revancharde, un véritable front de la
renaissance du fascisme
 ».

« Ensemble ! »
condamne fermement cet évènement et appelle à la vigilance. Plus que jamais il
est nécessaire de s’organiser partout, afin de lutter contre toutes ces dérives
insidieuses, contre l’extrême-droite et le fascisme rampant.

Christine P.

Partager :
Gauche écosocialiste 34