Rassemblement à Montpellier contre l’assassinat d’un artiste antifasciste en Grèce



Pavlos Fryssas alias
Killah P, rappeur grec, militant antifasciste, est décédé des suites de
blessures au couteau. infligées dans la nuit de mardi 17 à mercredi 18
septembre par un membre du parti néo-nazi Aube dorée qui a reconnu être
l’auteur des coups.

Le collectif anti-fasciste 34 auquel la Gauche Anticapitaliste participe avait appelait à un rassemblement vendredi 20 septembre à 18H 30 place de la comédie. Une centaine de personnes étaient présentes.




PAVLOS_.jpgUne
bonne centaine de personnes a répondu à l’appel du collectif antifasciste 34
vendredi soir, en se rassemblant sur la place de la Comédie à Montpellier.

Ils
étaient là pour manifester leur colère et leur indignation suite au meurtre de
Pavlos Fryssas un jeune rappeur antifasciste grec de 34 ans, assassiné par un
20092013169.jpgmembre de “aube dorée”, parti néo-nazi.

Les
passants ont lu et approuvé pour la plupart le tract distribué à cette occasion
et certains se sont joint spontanément au groupe.

Des
représentant de la Gauche Anticapitaliste 34 étaient présents pour condamner
avec 20092013168.jpgforce cet assassinat politique, dénoncer les méthodes nauséabondes des
partis fascistes et apporter leur soutien solidaire aux camarades grecs qui
restent mobilisés et résistent.

 

Communiqué de la Gauche Anticapitaliste      Le 19 septembre 2013



Rassemblement
antifasciste

après
le meurtre de Pavlos Fyssas en Grèce.

 

La Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche,
s’associe au rassemblement unitaire prévu vendredi à 18h 30, place de la comédie
à Montpellier pour dénoncer le meurtre de Pavlos Fyssas par un membre du parti
20092013165.jpgnéo-nazi Aube dorée.

Rappeur et militant antifasciste, Pavlos Fyssas a été pris à
partie par un groupe de militants d’Aube dorée et froidement assassinée dans la
nuit de mardi à mercredi dans la banlieue d’Athènes. De nombreux témoignages
font état 20092013162.jpgd’une totale passivité de la police, pourtant présente dans le
secteur.

Ce meurtre ne peut que susciter profonde émotion et colère.

Comme après l’assassinat de Clément Méric, la riposte
unitaire contre  les violences
fascistes 20092013167.jpgdoit être massive. Dès hier, en Grèce, jour de grève dans la Fonction
publique, plusieurs manifestations regroupant des milliers de personnes ont eu
lieu.

Aube dorée prospère sur les conséquences sociales des différents
plans d’ajustement structurel imposée par la troïka générant un chômage
galopant, précarité, pauvreté et retour de la malnutrition et de la faim.

Ce parti néo-nazi joue, de fait, le rôle de supplétif du
tract.JPGgouvernement dans la mesure où il pourchasse quiconque ose relever la tête pour
s’opposer aux plans d’austérité qui s’enchainent.
Quelque jours avant l’agression qui a coûté la vie à Pavlos
Fyssas, des militants d’Aube dorée s’étaient attaqués à des membres du PC grec
qui collaient des affiches dans le quartier du Pirée.

Solidarité avec les antifascistes en Grèce.

 

Communiqué du collectif anti-fasciste de Montpellier




Suite
à l’assassinat de Pavlos Fryssas (plus d’infos ci-dessous), un rassemblement
est appelé par le Collectif Antifasciste 34 à :

 

18H30 à la place de la Comédie
(Montpellier) ce Vendredi 20 Septembre.

 

Des rassemblements sont également
prévus ces prochains jours à Paris, Lyon… Et dans d’autres villes.

 

Fascisme Assassin, Ni oubli, Ni Pardon !

Le Collectif Antifasciste 34

PAVLOS_.jpg

 

 

Cette affaire rappelle beaucoup la mort de Clément Méric. Pavlos
Fryssas alias Killah P, rappeur grec sympathisant d’extrême gauche âgé de 34
ans, est décédé des suites de blessures au couteau. Elles lui ont été infligées
dans la nuit de mardi 17 à mercredi 18 septembre près d’Athènes par un membre
du parti néo-nazi Aube dorée ( avec une “vingtaine d’autres
personnes”), qui a reconnu être l’auteur des coups, a-t-on appris de
source policière. La victime est décédée à l’hôpital où elle a été transportée,
grièvement blessée. Le jeune homme était un militant antifasciste.

Le
suspect reconnaît l’homicide

Le
suspect, interpellé en possession d’un couteau, a reconnu l’homicide et admis
“appartenir à un parti politique”. Il s’agit, selon la police, du
parti néo-nazi Aube dorée. Une perquisition était en cours mercredi matin dans
les locaux du parti, non loin du centre d’Athènes. Aube dorée a réfuté toute
implication dans les faits, dénonçant une “exploitation politique”.

Aube
dorée, qui compte 18 députés au Parlement grec, est soupçonné d’avoir orchestré
plusieurs attaques contre des immigrés et des militants de gauche, ce qu’il dément,
et plusieurs de ses députés sont poursuivis pour violences. Keratsini, à
l’ouest d’Athènes, où a eu lieu l’agression, est une commune voisine de Perama,
près du port du Pirée, où huit jeunes communistes avaient été blessés vendredi
13 septembre lors d’une attaque attribuée à un groupe du parti néo-nazi alors
qu’ils collaient des affiches.

Appel
à manifester

“Les
fascistes ont tué Pavlos Fryssas pour son action antifasciste”, a réagi
Antarsya, appelant à des rassemblements à 15h (Le 19) sur les lieux du drame et
dans tout le pays. Le “Front uni contre le fascisme et la menace
raciste” a décrit dans un communiqué une véritable “embuscade”
tendue à la victime et un “groupe de jeunes antifascistes” par une
quarantaine de militants néo-nazis “vêtus de noir”, portant des gants
et armés de gourdins.

La
journée de grève du secteur public assombrie

Les
observateurs politiques estiment que la Grèce n’est pas à l’abri d’incidents au
cours des manifestations prévus ce mercredi 18 septembre dans le cadre d’une
journée de grève du secteur public qui pourrait faire basculer le fragile équilibre
de la coalition gouvernementale.

Du
fait de l’explosion du chômage depuis le début de la crise en 2010, et les
mesures drastiques d’austérité, Aube dorée est sur la pente ascendante. Il a
gagné environ quatre points dans les sondages ces derniers mois, à environ 13%.

Deux
manifestations étaient prévues dans la matinée a Athènes, à partir de 7h30. Grévistes
et manifestants, dont le mouvement a démarré en début de semaine avec une grève
des enseignants, protestent contre une réforme de l’administration qui concerne
des milliers d’emplois, menacés de changements d’affectations ou de
suppressions pure et simple.

Au
total 25.000 fonctionnaires doivent être mis en disponibilité, et 4000 licenciés,
d’ici la fin de l’année, pour réduire la dépense publique.

 

Collectif
antifasciste 34 antifa34@riseup.net

 


Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page