Aude. Du carburant…municipal !

Villeneuve-Minervois (Aude). La pompe à essence municipale carbure (Midi libre)

“C’est une opération blanche, on ne prend rien sur le budget général.
Tout reste en régie municipale directe, et on s’aperçoit que c’est
intéressant : on a plus de recettes que prévu.”

“C’est une pompe à essence rurale et sociale. On n’est pas là pour faire
des bénéfices, mais pour rendre service. Et comme on arrive à
équilibrer les comptes, on peut en faire profiter les gens.” Alain
Giniès, le maire et conseiller général socialiste de
Villeneuve-Minervois, dans l’Aude, se garde de pavoiser. Mais on sent
pointer la fierté dans sa voix, lorsqu’il décrit l’initiative qui,
lancée il y a cinq mois, est en train de dépasser toutes les prévisions.

L’article de Midi Libre 04_03_12_Pompe_essence_municipale.jpg


A lire aussi

Les honneurs de TF1

Avec l’Agglo de Montpellier le service public funéraire broie du noir…

Le PCF et la privatisation des crèches à Montpellier

Extrait de “Nos réponses à la crise” (NPA)

Défendre des conditions de vie décentes pour la population passe par des
services 100 % publics et une extension de la gratuité : santé,
transports collectifs de proximité, télécommunications… Il s’agit de
constituer de nouveaux «communs» en donnant accès à des biens et
services hors des circuits marchands échappant à la domination qu’exerce
le capital sur la consommation via la maîtrise de la production et le
marketing. La mise en place de ces services publics implique une
socialisation de leur gestion et de leur financement qui associe les
consommateurs, les salariés et les représentations des collectives
publiques pertinentes. S’agissant de certains biens communs tels que
l’eau ou l’énergie, la garantie du droit d’accès pour tous et toutes
doit s’accompagner d’une maîtrise de leur utilisation pour des raisons
écologiques. La gratuité de la consommation de base pour tous les
citoyens – fixée au niveau de la consommation moyenne d’un salarié –
doit donc être complétée par une taxation fortement progressive de la
consommation excédentaire qui pénalise le gaspillage et les usages de
luxe.

Tiré de Nos réponses à la crise (texte voté par le 1er congrès du NPA)

L’eau comme bien commun ? Un retour sur l’expérience parisienne de remunicipalisation

Réinventer le communisme, instituer les communs (par Christian Laval, Contretemps n°4)

Quelles différences entre les biens communs et le communisme ? (Owni)

Illustration : depuis-septembre-la-station-a-trouve-ses-clients-avec-des_367441_508 (Midi Libre)

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page