6° circonscription, Béziers : face au risque que pose la multiplication des candidatures “nous avons pris nos responsabilités”

A Béziers, la multiplication des
candidatures à gauche (à cause de dissidences dans le PS) entraine le risque
d’un duel au second tour entre la droite dure (UMP droite populaire) et le FN. 

Face à une telle situation, Didier
Ribo et Alexendra Petit
, candidat et suppléante, de l’Appel de Béziers,
soutenu par le NPA34, la Gauche Anticapitaliste, la FASE,  les Alternatifs
et des citoyens engagés, ont proposé une rencontre de toute la gauche,
proposition qui a reçu un important écho médiatique. 

Cette réunion  a eu lieu dans le local
du NPA Béziers. Aucun des candidats n’a souhaité se retirer alors que 3 d’entre
eux présentent un programme similaire (PS, dissident PS, PRG).

 Face à cette irresponsabilité, dont
nous ne sommes nullement responsables,  suite à une AG du collectif “Appel de Béziers
qui soutenait la candidature de Didier Ribo, avec le NPA, la GA, la FASE, les
Alternatifs, il a été majoritairement décidé ne plus présenter de candidature
et d’engager une bataille politique contre la droite dure, le FN et les
politiques d’austérité… 

Explication, communiqué de presse et articles de presse
ci-dessous. 

L’appel de Béziers avait proposé une  candidature de rassemblement résolument contre la droite et l’extreme droite ainsi que contre les politiques d’austérité, réunissant donc toutes les forces à gauche du PS.
Le PCF Béziers, qui est sur une ligne particulièrement identitaire, a rapidement refusé tout accord et a auto-proclamé sa candidature “candidature du Front de Gauche”, sans dialoguer avec les autres composantes du FDG sur Béziers. L’appel de Béziers est donc née de la convergence entre des membres du Front de Gauche de Béziers, adhérents de la FASE ou du Parti de Gauche, et le NPA Béziers, qui est sur une orientation unitaire  (courant Gauche Anticapitaliste). L’ont également rejoint des citoyens engagés non membres d’organisations politiques ainsi que des militants d’Europe Ecologie 
 De son côté, le PS avait dans le cadre de son accord national avec Europe Ecologie les Verts, obtenu que les Verts ne se présenteraient pas sur cette circonscription. 
Peu de risques au départ que la gauche ne soit pas présente au second tour sur cette circonscription. 
Cependant, le PS n’a pas su rassembler son propre camp. Il y a un candidat officiel du PS , un candidat dissident du PS, un candidat radical, donc idéologiquement très proche du PS. 
il faut atteindre 12,5 % des inscrits, donc plus en % des exprimés pour être présent au second tour, il y a donc un risque réel que la gauche, même si ce terme reflète des orientations contradictoires, ne soit pas présente au second tour.
Bien que n’étant absolument pas responsable de cette situation, conscient cependant qu’un duel UMP-FN aurait de lourdes conséquences sur la ville, les camarades de l’appel de  Béziers ont donc proposé une réunion de la dernière chance à tou-te-s les candidat-e-s de gauche. 
Voir le site de l’appel de Béziers : http://appeldebeziers.free.fr/




COMMUNIQUE DE L’ « APPEL
DE BEZIERS » POUR L’ECOSOCIALISME 

Depuis le second tour de la
présidentielle le 6 mai, nous
remarquons que
dans la 6ème circonscription de l’Hérault la droite et
l’extrême droite risquent d’être
seules présentes au 2ème tour des législatives.

Face à cette menace, et pour être
politiquement cohérents avec notre convocation des autres candidats se
réclamant de la gauche le 18 mai dernier, à l’issu de laquelle n’a pu aboutir a
une candidature unique à gauche, les signataires de l’Appel de Béziers réunis en
Assemblée Générale ont estimé qu’ils ne pouvaient contribuer à entretenir eux
aussi ce risque.

Nous avons donc majoritairement décidé
du retrait de nos candidats Didier Ribo et Alexandra Petit.


Au-delà de cette décision de
retrait, la force politique que nous constituons, qui rassemble d’ores et déjà
des citoyen-e-s hors partis politiques, des militants de la FASE, du NPA, de la
Gauche anticapitaliste, des écologistes en marge d’EELV, des Alternatifs, des
communistes unitaires,
 

      
continuera à proposer l’unité contre la droite et
l’extrême-droite au travers d’un comité de vigilance ;

      
continuera à proposer un bloc anti-crises contre
l’austérité qu’elle vienne de la gauche ou de la droite ;

      
continuera à lier le combat social et le combat
écologique au travers de la constitution d’un pôle écosocialiste ;

      
continuera à œuvrer pour qu’un véritable Front de
Gauche élargi existe dans le biterrois au travers d’adhésions individuelles par
exemple.

Sur ces idées et cette
orientation nous appelons les citoyens de la 6ème circonscription à
nous rejoindre dans les luttes présentes et à venir.


 « Appel de Béziers »

Béziers le 22 mai 2012 .

6 Rampe du 96ème
– BEZIERS

http://www.appeldebeziers.free.fr

 


COMMUNIQUE DE PRESSE POUR UNE REUNION DES CANDIDAT-E-S DE GAUCHE

 Aux candidats aux législatives se réclamant de la gauche

NOUS AVONS ASSEZ ATTENDU !

Dès le 1er mai, distribué dans la manifestation, notre tract de candidature aux élections législatives dans la 6ème circonscription de l’Hérault, indiquait qu’il fallait battre la droite, son président, son député et l’extrême droite avec laquelle elle pactise.

Battre Sarkozy, c’est fait!

Battre Aboud et les représentants locaux de Le Pen, cela reste à faire!

Les résultats locaux de l’élection présidentielle laissent apparaître:

–  un maintien de la droite sur Béziers-Ville,

– un renforcement de l’extrême droite sur les villages de la 6ème circonscription au 1er tour,

–  une osmose entre la droite et l’extrême droite au 2ème tour qui place quasi systématiquement UMP/FN en tête dans toute la circonscription.

Dans ces conditions, et comme nous le disions aussi dès le 1er mai, pour battre aux législatives Aboud de la droite populaire/UMP et le candidat du FN, nous n’avons pas d’autre choix que de leur opposer un seul candidat de gauche dès le premier tour.

Dans l’urgence, nous invitons donc P. Barbazange, F. Brutus, A. Fulleda et D. Roqué à une table ronde vendredi 18 mai à 12h à notre local de campagne, 6 Rampe du 96ème à Béziers, afin que tous les candidats qui se réclament de la gauche discutent et acceptent à l’unanimité qu’un seul candidat soit porteur de cet enjeu.

Pour notre part, nous y sommes prêts. Ce qui ne veut pas dire accord sur un quelconque programme, encore moins négociation ou tractation sur celui-ci.

Didier RIBO et Alexandra PETIT, candidats de l'”Appel de Béziers” pour battre la droite et l’extrême droite et construire un Front du Peuple.

Béziers le 16 mai 2012


REVUE DE PRESSE

ARTICLE DE MIDI LIBRE BEZIERS

http://www.midilibre.fr/2012/05/19/la-gauche-partira-en-ordre-disperse-sur-la-6e,503589.php

LUDOVIC TRABUCHET

Béziers La gauche partira en ordre dispersé sur la 6e

Quatre candidats et le représentant du cinquième étaient réunis hier midi.
Quatre candidats et le représentant du cinquième étaient réunis hier midi. (OLIVIER GOT)

La réunion, hier midi, entre les cinq candidats aux législatives n’a pas permis d’aboutir à un accord.

La fumée blanche n’est pas sortie du petit local du NPA. En moins de trente minutes, l’affaire était pliée et un communiqué rédigé. “Il ressort du débat entre tous les candidats ou leurs représentants qu’il n’y aura pas de candidature unique à gauche au premier tour des législatives dans la 6e circonscription. Nous allons travailler à la mobilisation des électeurs de gauche pour que la droite ou l’extrême droite soient battues au deuxième tour”. Fermez le ban !

Dolorès Roqué (PS), Paul Barbazange (Front de gauche), Florence Brutus (PRG) et Antonio Fulleda (DVG) par la voix de son représentant Kamel Attoui n’avaient pourtant pas rechigné à répondre à l’invitation de Didier Ribo et l’Appel de Béziers. Mais à quelques heures seulement de la clôture de l’enregistrement des candidatures, il était bien trop tard pour trouver une solution. “La difficulté étant, expliquait après coup Dolorès Roqué, que les partis discutaient aussi au niveau national. Il avait été évoqué à Paris, la possibilité d’un accord entre 6e et 7e circonscriptions, il nous était donc difficile de négocier dans le même temps localement. Mais hier soir (jeudi), on a appris que les discussions avaient finalement abouti sur les Pyrénées-Orientales”. Pas sur l’Hérault.

Et impossible de rattraper le coup à Béziers hier midi. Car si les différents candidats sont d’accord sur l’objectif, “battre Élie Aboud et Guillaume Vouzellaud”, ils ne le sont pas sur l’analyse. Certains estiment que la dispersion au premier tour engendre le risque de ne pas être qualifié au second… D’autres pensent le contraire. “Il y a des données électorales qui montrent que la gauche a toujours été représentée au deuxième tour”, a répété encore une fois Paul Barbazange.

Celui-ci a toutefois fui le débat, lorsque s’est posée la question de la double candidature socialiste, personnifiée par Antonio Fulleda, l’invité dissident de dernière minute. “Cela ne nous regarde pas”, a-t-il grondé, laissant entendre que le PS devra laver son linge sale en famille. Le magistrat – qui expliquera sa démarche aujourd’hui – risque d’ailleurs l’exclusion de fait de son parti.

Les représentants de la gauche biterroise, réunis pour la première fois depuis plusieurs mois, n’ont toutefois pas voulu insulter l’avenir. Ils ont laissé entendre qu’ils se retrouveraient entre les deux tours de ces législatives et ont esquissé un sourire à l’évocation des échéances futures, notamment celles de 2014. Mais ce sera à la condition de ne pas avoir tout perdu le 10 juin, au soir du premier tour. Or, depuis la réunion hier midi, trois autres candidatures (lire ci-contre), certes peu dangereuses, sont encore apparues à gauche.

uneMLribo.jpg
Cliquer sur l’image ci-dessous pour lire l’article du Midi Libre
MLribopourunion.jpg
 Cliquer sur l’image ci-dessous pour lire l’article de l’Hérault du Jour
hdjbez.jpg
 
Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page