Languedoc-Roussillon : plus d’élèves et moins de profs.

Midi Libre revient sur les conditions difficiles de la rentrée marquée par les suppressions massives de postes décidées par le gouvernement précédent, dégats à peine limités par les mesures du gouvernement actuel. 




IMG_3997.JPG 

Languedoc-Roussillon
Rentrée scolaire tendue

 Georges MATTIA in Midi Libre 04/09/2012

En
Languedoc-Roussillon, malgré 5 294 élèves en plus, pour 483 670 prévus, 94 postes
d’enseignants ont disparu dans le second degré et 125 autres dans le premier
degré, pour lequel le recteur Christian Philipps se réjouit de limiter les
pertes : 35 postes ont été créés, face aux 159 suppressions prévues auparavant
à cette rentrée, de la maternelle au CM2, par l’ancien gouvernement. Ces 35
créations sont réparties ainsi : Hérault (13), Gard (10), Pyrénées-Orientales
(6), Aude (5), Lozère (1).

Boom
d’effectif en sixième dans l’Hérault

Quant
à l’accompagnement des élèves handicapés (ils étaient 8 286 l’an dernier dans
la région), il gagne 215 postes d’auxiliaires de vie scolaire.

“Si
le solde reste nettement négatif dans le premier degré, la situation est encore
plus lourde dans le second degré, où aucun poste n’a été créé”, note
Arnaud Roussel, secrétaire héraultais du syndicat enseignant Snes. Ainsi,
“dans les collèges de l’Hérault, où on a un boom d’effectif en sixième,
dix postes équivalent temps plein ont été supprimés. Le seul petit pas positif
est de rétablir un début de formation pour les futurs professeurs, d’une
journée par semaine, c’est mieux que quasi rien depuis deux ans” !

L’impératif
de la formation des maîtres a d’ailleurs été l’un des thèmes du président
François Hollande, hier, lors de sa rentrée politique.

La
formation doit aussi permettre de valoriser l’innovation et l’expérimentation
pédagogique, pour une foule de sujets : maîtrise du français, citoyenneté et
culture, éducation au développement durable, promotion des langues,
orientation… Dans la région, 81 projets de ce type seront lancés cette année
: 31 dans les P.-O., 25 dans le Gard, 19 dans l’Hérault, 6 dans l’Aude et un en
Lozère.

En vue de la
prochaine loi d’orientation et de programmation pour l’Ecole, le ministre de
l’éducation a lancé une concertation nationale pour la “refondation de l’école
de la République“. Son temps fort, dans l’académie de Montpellier, aura lieu le
28 septembre, avec trois sujets débattus: les rythmes scolaires, le numérique,
l’orientation. La rentrée des experts ne fait que commencer…

 

Languedoc-Roussillon
Toujours plus d’élèves et des professeurs à la peine

PATRICIA GUIPPONI in Midi Libre 01/09/2012

 

Les rentrées scolaires se suivent et
le constat général reste le même : toujours plus d’élèves pour des moyens
serrés
. L’académie de Montpellier, forte de sa démographie galopante, est bien
placée pour étayer cet état de fait. Même si, en un an, le climat social et
surtout le paysage politique ont quelque peu été modifiés.
Le gouvernement
sortant avait programmé, en cas de reconduction, 14 000 suppressions de postes
sur le territoire tricolore, dont 5 700 pour les écoles primaires. L’équipe
gouvernementale investie en mai dernier aréinjecté mille postes de
professeurs en primaire
, ramenant la réduction à 13 000.

François Hollande entend créer
60 000 postes dans les cinq ans
 à venir. De quoi changer la donne,
peut-être, en septembre 2013. Mais pour l’heure, en Languedoc-Roussillon,
il faudra encore composer avec une population scolaire en hausse et un
personnel d’encadrement réduit, s’astreindre à de fins calculs pour ne
pas dépasser les budgets
impartis, “réajuster”, comme s’y est
employé le recteur Christian Philip.

Quelque 483 670 écoliers vont
pousser ce mardi les portes des établissements primaires et secondaires
,
publics et privés, de l’académie de Montpellier. Soit un effectif de 5 294
têtes de plus en un an, avec des pics significatifs dans les écoles héraultaises
(+ 1,2 % dans le premier degré public et + 2,7 % dans le privé).
“En maternelle, on a une poussée de 1 200 enfants ; ainsi que dans les
collèges, en sixième et à l’entrée du lycée”, souligne Philippe
Wuillamier, l’inspecteur de l’Éducation nationale de l’Hérault.

En Languedoc-Roussillon, on compte
en moyenne 24 élèves par classe. La Lozère est le département de la
région où elles sont le moins chargées. On enregistre 61 inscriptions de moins
en primaire, 56 de plus dans les collèges publics, 40 en moins dans le privé.

“Les classes contiennent en
moyenne 15 élèves sur ce territoire, peut-être plus à Mende. Dans l’Hérault,
ils peuvent atteindre la trentaine”, poursuit le recteur Christian Philip.
Tout en rappelant que dans le second degré, où les effectifs sont souvent
importants, les élèves sont en configuration “classe complète” “le tiers
du temps.

Pour le reste, ils fonctionnent par
groupes plus réduits”. Quant aux maternelles, “elles ne sont jamais
en effectif complet en pratique. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas des
tensions”.

En février dernier, avant que le
nouveau gouvernement délivre des postes en sus, les suppressions dans
l’académie de Montpellier étaient de 159 enseignants pour le premier degré.
“Depuis, nous avons pu récupérer 35 postes, donc ça ramène le nombre des
réductions à 124.”

Or treize postes manqueront à
l’appel dans les collèges, cinq dans les lycées généraux, 71 dans les lycées
professionnels et les établissements régionaux d’enseignements adaptés
,
cinq dans des écoles du secondaire en partenariats divers. En revanche, les
moyens en vie scolaire ont été renforcés par cinq postes de conseillers
principaux d’éducation, 91 assistants d’éducation, 215 accompagnateurs d’élèves
handicapés, et 20 assistants de prévention et de sécurités placés dans les
établissements plus sensibles.

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page