Communiqué de Ensemble ! après le premier tour dans l’Hérault,

Après ce premier tour, marqué par une abtention record, nous appelons à voter pour les deux candidatures France Insoumise qui sont au second tour dans la 2° et 3° circonscription de l’Hérault. Une opposition de gauche à Macron doit être présente à l’assemblée.

Le premier tour des élections législatives a été marqué par une abstention massive. A Montpellier, des taux de 70 % d’abstention ont été enregistrés. Cela montre que la crise démocratique est loin d’être finie. La scandaleuse non-distribution des professions de foi et des bulletins de vote dans les traditionnelles enveloppes n’a rien arrangé à l’affaire bien au contraire. (voir ici)

Les scores de Macron ne sont un tsunami que parce que notre démocratie est à l’étiage !

Les candidat-es de la République En Marche arrivent en tête dans 8 des 9 circonscriptions de l’Hérault. Emmanuel Macron a réussi à rassembler les libéraux de gauche et de droite et bénéficie pleinement du caractère monarchique des institutions de la Vème République. L’Assemblée Nationale est réduite à n’être que la chambre d’application de la politique du Président de la République. Le scrutin majoritaire inique lui octroierait plus de 70 % des sièges à l’assemblée alors même que ses candidats n’ont obtenu que 32 % des exprimés, soit environ 16 % des inscrits ! Un bel hold-up, il y a effectivement un gros problème démocratique.

Les résultats dans l’Hérault

Dans la 3ème circonscription le score obtenu par Logan et Marie-Françoise, candidats soutenus par Ensemble, le PCF et l’assemblée citoyenne du Lez au Vidourle n’est absolument pas à la hauteur de l’ambitieuse campagne qui a été menée. Ne doutons pas, ces ateliers législatifs, ces initiatives d’éducation populaire auront une suite et ils nous seront bien utiles dans les mois à venir lors de nos mobilisations contre les lois ou ordonnances antisociales et liberticides promises par Macron et sa bande.

L’élan impulsé lors des présidentielles par notre candidat Jean-Luc Mélenchon a permis à la France Insoumise sur l’Hérault d’être présente au second tour dans la 2ème et la 3ème circonscription.

Cette dynamique a soufflé également sur la 1ère circonscription. Notre camarade Anne-Rose Levan, candidate suppléante et son titulaire ont loupé de très peu la qualification, le FN les devançant que de quelques centaines de voix. 

Il en a été de même, malheureusement, pour Pierre Polard et de Catherine Brusq, candidats sur la 5ème circonscription. Malgré une campagne magnifique et enthousiasmante ils ne se retrouvent que 3ème et donc au porte du 2nd tour. Mais le rassemblement de la gauche de transformation sociale et écologique dont ils étaient les porte-parole avec Serge Azais dans ces élections, a ouvert la voie vers une refondation de la gauche plus que nécessaire. Des graines sont semées !

Notre appel pour dimanche prochain : voter FI dans la 2° et 3° circonscription

A l’échelle nationale, il faut maintenant faire élire le maximum de députés insoumis, communistes, réellement de gauche et écologistes… Dans l’Hérault, nous appelons à faire de même et donc à voter et faire voter pour les candidat-e-s de La France Insoumise encore présents sur la 2ème et la 3ème circonscription. Il faut désormais rassembler toutes les forces pour cela. Nous serons disponibles pour soutenir et participer à toutes initiatives unitaires allant dans ce sens. Les candidat-e-s de la République En Marche ou se réclamant de la majorité présidentielle doivent être battu-e-s.

Au-delà, il faut empêcher le Front National, même s’il est affaibli, d’envoyer des député-es à l’Assemblée Nationale pour y déverser sa propagande xénophobe. 

Les prochains mois seront décisifs. Emmanuel Macron est décidé à imposer son projet anti social au pas de charge : réforme du code du travail par ordonnance, réforme de l’assurance chômage et des systèmes de retraite, entrée de l’état d’urgence dans le droit commun … Il faut expliquer et faire connaitre les conséquences négatives de ces projets pour la démocratie, la sécurité et les droits des chômeur-euses et des salarié-es. Des mobilisations larges et unitaires rassemblant des millions  de personnes sont possibles car cette politique n’a pas de légitimité. Pour mettre en échec la grande régression d’Emmanuel Macron, défendre les libertés démocratiques menacées par l’Etat d’Urgence permanent, il faut construire dans tout le pays un large front social et politique des associations, syndicats et partis de gauche et écologistes.

Boris Chenaud pour Ensemble ! 34

 

Communiqué national de Ensemble !

Deuxième tour : élire des député-es de la gauche debout et insoumise !

Le premier tour des élections législatives a été marqué par une abstention massive. Cela montre que la crise démocratique est loin d’être finie.

Les candidat-es de la République En Marche arrivent en tête à l’échelle nationale avec un score de 32%. Emmanuel Macron a réussi à rassembler les libéraux de gauche et de droite et bénéficie pleinement du caractère monarchique des institutions de la Vème République. L’Assemblée Nationale est réduite à n’être que la chambre d’application de la politique du Président de la République.

Les candidats-es des forces qui ont soutenu Jean Luc Mélenchon représentent, selon les premières estimations,  environ 14% des suffrages exprimés (11% pour France Insoumise, 3% pour le PCF). Malgré la division, ils constituent la principale force d’opposition de gauche, progressiste et écologiste.

Nous nous félicitons des bons résultats des candidat-es présentés ou soutenus par Ensemble !

Il faut maintenant faire élire le maximum de députés insoumis, communistes, réellement de gauche et écologistes… Il faut rassembler toutes les forces pour cela.

Au-delà, il faut empêcher le Front National, même s’il est affaibli, d’envoyer des député-es à l’Assemblée Nationale pour y déverser sa propagande xénophobe.

Partout où c’est possible, il faut battre les candidat-es de droite et de la République En Marche ou se réclamant de la majorité présidentielle.

Les prochains mois seront décisifs. Emmanuel Macron est décidé à imposer son projet anti social au pas de charge : réforme du code du travail par ordonnance, réforme de l’assurance chômage et des systèmes de retraite… Il faut expliquer et faire connaitre les conséquences négatives de ces projets pour la sécurité et les droits des chômeur-euses et des salarié-es. Des mobilisations larges et unitaires rassemblant des millions  de personnes sont possibles car cette politique n’a pas de légitimité. Pour mettre en échec la grande régression d’Emmanuel Macron, défendre les libertés démocratiques menacées par l’Etat d’Urgence permanent, il faut construire dans tout le pays un large front social et politique des associations, syndicats et partis de gauche et écologistes.

L’Equipe d’Animation Nationale d’Ensemble

Dimanche 11 juin 2017, 21 heures.

 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34