Conseil d’agglomération de Montpellier : le changement dans la continuité

L’Agglomération de Montpellier, largement dépendante des élu-es de Montpellier qui occupent la moitié des sièges, est  logiquement percutée par l’échec de la liste PS et l’arrivée de l’équipe Saurel. Le renouvellement important des élus suite aux Municipa



CONSEIL D’AGGLOMERATION :
LE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITE
 

L’Agglomération de Montpellier,
largement dépendante des élu-es de Montpellier qui occupent la moitié des sièges,
est  logiquement percutée par l’échec
de la liste PS et l’arrivée de l’équipe Saurel. Le renouvellement important des
élus suite aux Municipales allait-il entraîner une conception politique différente
de l’Agglomération ?  Telle était
notre question en allant assister au conseil d’Agglomération.

 

Nous ne pouvons dissocier la vie
politique locale des orientations politiques gouvernementales. 

La politique d’austérité
du gouvernement va se traduire par moins 11,5 milliards d’euros pour les
collectivités, les nouveaux rythmes scolaires vont peser sur les budgets, les décisions
concernant la suppression d’une région sur deux et des départements, la mise en
place des métropoles vont supposer des réorganisations de services et des
suppressions massives d’emplois pour les agents territoriaux. 

La nouvelle
Agglomération va se trouver confronter rapidement à ces dossiers et le choix
deviendra simple : appliquer une politique d’austérité ou résister en lien
avec la mobilisation des habitants.

 

 Un premier problème, le public ne peut entrer dans la salle
du conseil d’Agglo et est dirigé vers la salle Pelloutier où un écran géant a été
installé. Pourtant les assemblées sont publiques, nous n’en saurons pas plus
les vigiles ne permettant pas l’entrée.

 

Ph. Saurel, nouveau président de l’Agglo,
a commencé par donner des points d’information avant de passer à la désignation
des vice-présidents. Jusqu’à présent il n’y avait pas de groupes politiques déposés
dans le conseil d’Agglo, Saurel tout en s’y montrant défavorable a ouvert cette
possibilité. Pour le dépôt d’un groupe, il a mis la barre à 2 élus. Le FN,
disposant de 2 élus issus de Montpellier, a déposé un groupe. L’UMP, très divisée
entre les élus de Montpellier et ceux des communes, a fini par déposer en cours
de conseil un groupe de… 4 élus regroupant uniquement les élus issus de
Montpellier. 

Saurel a aussi annoncé la fin du contrat de la communication pour
Provencel (Montpellier Unlimited).

 

Sur la conception politique de l’Agglo,
nous restons dans la continuité du frêchisme et du PS. 

Les 15 vice-présidents
nommés se retrouvent dans toute la palette politique, hors FN, des élus
politiques de l’Agglo. Le seul argument donné est une vision « apolitique »
de l’Agglo, mais cet argument ne tient pas une minute. 

Comment penser qu’une
collectivité qui a un budget quasiment le double de celui de Montpellier, qui a
des compétences majeures comme le logement, les transports, l’eau, les ordures….
est « apolitique ». Le choix des transports publics et de leur
tarification, le nombre de logements sociaux, les délégations de services
publics, l’offre culturelle…. n’ont rien d’apolitique.

Le ton était donné dès l’annonce
de la 1ere vice-présidente, Catherine Dardé est 1ére adjointe de la liste UMP
de Castelnau ! 

Sur les 15 vices-président-es, nous allons retrouver des
UMP comme Dardé, I. Guiraud maire de St Jean de Vedas ou encore I. Gianiel de Pérols,
du PS avec Bonnal maire du Crès, toute la palette des divers droite ou divers
gauche et même le PG René Revol maire de Grabels. 

Le bureau composé des 15
vice-présidents est l’exécutif de cette majorité, coalition allant de l’UMP au
PG ! Se retrouvent dans l’opposition le groupe FN et le groupe UMP
Montpellier, les deux seuls groupes constitués, l’ensemble des autres comme le
précisera Saurel en insistant sont la majorité.

Concernant René Revol, nous
attendons de voir s’il s’agit d’une décision personnelle ou d’une décision du
PG mais son statut de responsable PG départemental et membre du Bureau National
donne, de toute façon, un sens politique fort à sa décision. 

Notre incompréhension
est totale. 

Après avoir eu les mots les plus durs contre Saurel et pour refuser toute discussion sur une possibilité de fusion technique (sans participation aux exécutifs, avec liberté de vote…) de liste à Montpellier,  il se retrouve aujourd’hui dans son exécutif au côté de responsables UMP !   Voir sur le blog de René Revol :  ici le  premier billet justifant le refus de toute fusion technique
avec la liste Saurel, et ici le billet justifant l’acceptation d’une vice
présidence et la participation à l’éxécutif  de Philippe Saurel. Voir ici et ici  ce que nous disions sur ces questions




Certains nous diront que c’est pour prendre en charge le dossier de la régie
publique de l’eau, mais cette décision était une des propositions fortes du
programme de Saurel et elle a été validée par les électeurs en l’élisant. Il s’agit
juste aujourd’hui d’une mesure d’application. 

Nous sommes bien loin des décisions
du Parti de Gauche de constituer des listes indépendantes du PS et de ne pas
participer aux exécutifs. 

Le Front de Gauche a pu présenter
de nombreuses listes sur les 31 communes de l’Agglomération, il a des élus dans les communes et regroupe des forces militantes significatives. Il lui revient d’analyser la
situation, de soutenir les points positifs et de se mobiliser contre toute
mesure régressive conséquence des politiques d’austérité.

F Viguié

Partager :
Gauche écosocialiste 34