En débat. La reconnaissance d’un Etat palestinien : le retour de Ponce Pilate ? par Jean-Paul Nuñez (délégué de la Cimade Languedoc-Roussillon)

[…] Une reconnaissance diplomatique doit conduire à la protection du
droit inaliénable à l’autodétermination du peuple palestinien tout
entier, représenté par une OLP démocratisée et ouverte non seulement aux
représentants des Palestiniens sous occupation, mais aussi aux exilés –
la majorité du peuple palestinien – et aux citoyens discriminés
d’Israël.

Pour être plus qu’un symbole, cette reconnaissance doit être
le prélude de sanctions efficaces et durables contre Israël, pour
conduire à une pleine conformité avec ses obligations selon le droit
international. » Extrait d’un communiqué du BNC (BDS) […]

“L’initiative visant à transférer la
représentation des palestiniens de l’OLP vers un État mettra fin au
statut juridique détenu par l’OLP à l’ONU depuis 1975 en tant que seul
représentant légitime du peuple palestinien. Ce qui aura pour effet de
remettre en cause le droit à l’autodétermination de tous les
Palestiniens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ce changement de
statut aura comme une des conséquences directe de priver les réfugiés du
droit de retour.”

L’intégralité du texte

Autres textes sur la question en débat

Jamal Juma’ : L’Autorité palestinienne est en train de “tuer la résistance populaire”

Extrait :

Nous en avons discuté avec les forces
nationales, les forces et les institutions de gauche et démocratiques,
et avec les organisations palestiniennes de la société civile et des
droits de l’homme. Nous avons rédigé un document qui développe nos
positions. Nous voulions avoir une perspective juridique sur ce que dit
le droit international sur le fait d’aller à l’ONU. Nous avons conclu
que nous devrions en fait aller à l’ONU, mais pas pour établir un Etat
dans les frontières de 1967. Nous devrions exiger que l’adhésion de
l’OLP soit élevée au statut d’Etat. La démarche [d’aller à l’ONU] n’a
d’incidence ni sur le droit au retour [des réfugiés palestiniens] ni sur
les droits palestiniens ni sur l’OLP.

Nous allons suivre ces questions et organiser des réunions dans tous
les districts. Nous essayons de dégager une position que nous pourrons
soumettre à la discussion publique et informer la population de ce qui
se passe, parce que personne ne dit au peuple ce qui se passe. Les gens
ne savent pas ce que veut l’AP.

La jeunesse palestinienne de Gaza sceptique sur l’initiative de l’AP aux Nations Unies

Extrait :

Aussi variées que soient les raisons de s’opposer à
la candidature initiée par l’AP à l’ONU, elles ont toutes pour origine
une conviction inébranlable que les droits universels, une véritable
libération et le retour, et pas “l’État” à tout prix, doivent être au
cœur de nos exigences et de notre lutte. Toute solution doit permettre
de récupérer en totalité les droits de tous les segments du peuple
palestinien – ceux qui vivent sous occupation en Cisjordanie et dans la
Bande de Gaza, ceux qui vivent à l’intérieur d’Israël et les réfugiés
qui attendent de rentrer.

A voir

Palestine : des photos d’un voyage de solidarité (1)

A lire

Beaucoup de bruit pour rien ? par Julien Salingue (Contretemps)

Palestine. Agrexco en faillite…

Le Blocus de Gaza commence ici ! C’est ici qu’il faut le combattre ! par José Luis Moraguès – CCIPPP

29_08_11_Palestine.jpg

Illustration : palestine.jpg


Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page