Débat tendu sur l’éolien industriel aux éco-dialogues de Bédarieux



A Bédarieux, la municipalité a
pris l’initiative d’organiser un « éco-dialogue ». Sur le fond, la
formule était alléchante. Un atelier 
proposait « Les paysages des Hauts-Cantons, une image
brouillée »
en présence du président du Parc du Haut-Languedoc. Les anti-éoliens
industriels à l’appel d’Hurlevent (le collectif opposé au projet d’EDF sur les
Avant-Monts), d’Attac Saint-Pons, de la CNT avaient
décidé de lui porter la contradiction, car pour être brouillée, elle l’est …
l’image !




 

ob_3f021f_p1020477.jpgAttac Saint-Pons participe aux éco-dialogues
de Bédarieux  le vendredi 10
janvier

Voir aussi Lettre ouverte d’Attac Hauts-Cantons au président du Parc


A Bédarieux, la
municipalité a pris l’initiative d’organiser un « éco-dialogue ». Sur
le fond, la formule était alléchante. Un atelier  proposait « Les paysages des Hauts-Cantons, une
image brouillée »
en présence du président du Parc. Les anti-éoliens
industriels à l’appel d’Hurlevent (le collectif opposé au projet d’EDF sur les
Avant-Monts), de l’union locale des syndicats CNT et d’Attac Saint-Pons avaient
décidé de lui porter la contradiction, car pour être brouillée, elle l’est … l’image !

A partir de
18h30, une trentaine d’activistes sont présents devant la porte d’entrée de la
salle des Tuileries porteurs de leur 
 matériel conspiratif
basique (dont l’inaltérable banderole « EDF tue le col de Fontfroide »
plantée 87 fois là-haut  depuis
trois ans). L’assistance défile devant le piquet d’action, l’accueil au tract ‘’ lettre
ouverte au sieur Viallèle ‘’  s’avère excellent. Plus de 350 auditeurs sont venus.  L’initiative
répond à un besoin d’information et de débat. Passent José Bové, plutôt pvf
(petite vedette fat) puis  Antoine
Martinez, maire de la ville, dans le style isl qui lui sied si bien (insipide,
sourd et lisse). Quelques invectives fielleuses  de Verts  encartés
au Parti EELV  émaillent la
discussion : « Combien paye
Areva pour que attac soit là ? »,
« Il faut être éclairés à la bougie si le zéro-nucléaire et anti-éolien
marchent la main dans la main».
La face de Carême du monsieur Loyal  de la soirée, témoigne que la présence des
altermondialistes est plutôt subie que 
souhaitée. En fait, il tablait pour un dialogue sous forme de messe.

Après les agapes
et le baratin sans goût ni saveur de Bové, les choses sérieuses peuvent enfin
commencer. Daniel Viallele, président du dit Parc, arrive enfin, furtif, par
une porte dérobée du bâtiment (mais pourquoi Grand dieu ?).  Pierre Derioz, universitaire réputé,
explique l’histoire du territoire à travers le critère démographique. Quant
vint le moment de la parole à la salle, monsieur Loyal (qui l’était fort peu) a
du mal à passer  le micro aux
citoyen(e)s ; l es questions sur les éoliennes dans le Parc Naturel Régional
du Haut Languedoc le dérangent ; il aurait  peut-être bien aimé censurer le sujet.

Un parc naturel ne saurait être un parc industriel 

Quelques
vigoureuses contributions au débat ( Serge Azaïs de la conf,  Bernard Gilet pour les libertaires et
Blondeau d’attac) précédent l’intervention de monsieur le président du Parc qui
nie l’évidence :  « plus
de 300 pylônes de 130 mètres de haut, 
prévus par une annexe industrielle à la Charte, les paysages du plateau
des rivières, des sources et des lacs les supportent fort bien », 
comme s’il s’agissait de  moulins à vent parfaitement intégrés
aux sites qui ont vu l’Enfant Sauvage. A la rubrique « nier l’évidence »
il fait quand même très fort.

 Les humbles militants ont impacté un  débat à l’origine réservé aux ténors  en expliquant : ‘’un parc naturel
ne saurait être un parc industriel ‘’
.  Si la mairie de Bédarieux avait eu une option constructive
et pas seulement communicationnelle des Eco-Dialogues, les propositions
alternatives  à la gangrène des
sites par les mats auraient pu être présentées ; des pistes qui concrétisent
le microéolien,  le programme pour
l’autonomie énergétique des territoires du Parc qui non content de respecter la
nature, préserve l’activité économique de l’altertourisme.

La lutte
contre  les projets capitalistes
mortifères dont les maires (PS) et le conseil général de l’Hérault (PS)  sont complices, c’est tout simplement :
« La défense du Païs Nostre ».

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page