Ecoles : Le mépris du maire de Montpellier face aux parents mobilisés

Depuis plus d’un mois, le personnel municipal d’entretien et d’animation est en grève intermittente dans les écoles : face aux interrogations des parents confrontés à l’absence de service de cantine, la mairie est restée obstinément silencieuse. Exaspérés, les parents ont décidé d’interpeller directement le maire lors du conseil municipal du 28 avril.

en_greve.jpgPhilippe Saurel, maire de Montpellier, a sans doute voulu anticiper la fronde : dès le début de la séance du conseil municipal du jeudi 28 avril, il a annoncé la levée du préavis de grève déposé pour le 2 mai par le personnel de la direction de l’éducation, et s’est félicité de l’issue des négociations avec les syndicats. Le collectif de parents « Que fait la mairie ? », organisé suite à la grève dans les cantines scolaires, avait en effet annoncé quelques jours plus tôt sa volonté de participer à cette séance publique. Une participation qui se voulait bon enfant mais ferme, afin de pousser le maire à répondre enfin à leurs interrogations.

Dans certaines écoles de Montpellier, le service de cantine n’est plus assuré depuis plus d’un mois en raison d’une grève intermittente des agents d’entretien et d’animation. Cela pose évidemment de gros soucis d’organisation aux parents qui ont cherché à comprendre les raisons du conflit, tout en trouvant des solutions pour assurer la prise en charge des enfants sur le temps du midi.

Un conflit local

Face à un mouvement qui perdurait et sans information claire de la part de la Ville, un collectif de parents s’est formé par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Courriers, interventions lors de débats publics, pique-nique dans les cours d’école et sur le parvis de la mairie… les diverses actions n’ont rien donné. Isabelle Marsala, adjointe au maire déléguée à la réussite éducative, a même botté en touche lors d’une réunion en avril avec la FCPE, en affirmant que le préavis déposé en mairie ne concernait que le projet de loi travail porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri, et qu’elle n’avait donc aucune prise sur le mouvement. Un flagrant mensonge que révèlent aujourd’hui les déclarations du maire : l’existence de négociations confirme bien qu’il s’agit d’un conflit local entre un employeur, la mairie, et ses salariés, portant sur les conditions de travail.

Ce que la mairie avait en effet oublié de dire, c’est qu’une expérimentation est en cours dans six groupes scolaires afin d’aboutir à une réorganisation des services de nettoyage. Le 13 avril, la FCPE a dénoncé dans un communiqué cette mesure, lancée sans concertation. Voir ici :

Communique_FCPE34-_Etrange_coup_de_balai_dans_les_ecoles_de_Montpellier.pdf

Le but de l’intervention au conseil municipal était donc de faire entendre la voix des citoyens, comme le recommande la Une du dernier numéro du journal municipal, et d’ouvrir enfin le dialogue afin de trouver une issue au mouvement satisfaisante pour tous : enfants, parents et personnel. En fait d’écoute, les parents ont eu droit au mépris du premier édile qui a répété à plusieurs reprises « Vous avez aucun droit ici ! », et balayé les arguments des représentants des parents en les accusant de mentir. « On n’a pas le droit de mentir au peuple » a-t-il sermonné. Sauf évidemment quand on s’appelle Philippe Saurel, grand expert en la matière.

 

En savoir plus :

– La vidéo du Conseil municipal peut être visionnée sur le site de la Ville. L’intervention des parents se situe à 33 minutes du début, après l’annonce par le maire de la levée du préavis de grève. La réaction de Philippe Saurel est édifiante.

 

– Article de La Marseillaise du 14 avril 2016

 

– Article du Midi-Libre du 15 avril 2016

Partager :
Gauche écosocialiste 34