En Vie à Béziers (Novembre 2016) est sorti

Le numéro  de novembre 1016 du journal en ligne d’opposition au maire d’extrème droite de Béziers “En Vie à Béziers” est sorti. Editorial et sommaire ci-dessous. 

   

Sous le F.N … et pas que … La plage !
 

collagechiens1VPour cette quinzième édition d’Envie à Béziers, nous consacrons notre dossier à l’Abcr, l’Association biterroise contre le racisme, attaquée laborieusement par la municipalité d’extrême droite. L’histoire de cette association n’est pas un épiphénomène local. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui luttent pour établir plus d’équité entre les êtres humains. En d’autres temps l’Abcr avait pu être en butte à une mairie de droite qui refusait d’inscrire à l’école des enfants roms et avait pu se prévaloir de subsides départementaux de gauche. Mais aujourd’hui l’Abcr est attaquée de plus belle et perd ses soutiens institutionnels : la classe politique porte un même credo libéral et raciste qui se propage tragiquement à travers la société. En témoigne le texte de loi du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France divisés en catégories : ceux dont le titre de séjour porte la mention « passeport talent » et ceux qui sont « non autorisés à travailler », c’est-à-dire à subvenir à leurs besoins.

On a pu assister à des manifestations anti migrants ici et là, comme si être migrant était une identité. Comme si nous n’étions pas tous de passage et à la merci des renversements de l’Histoire. Nos Pyrénées ont été témoins dans les deux sens de ces tentatives pour fuir la tyrannie, la violence, la guerre, la misère. C’est ce que nous raconte aussi autrement Max Guérout, notre invité pour ce numéro. Ses recherches historiques sur l’île de Tromelin, qui relatent d’autres migrations forcées, celles de l’esclavage au XVIIIème siècle, prennent des allures de fable et font caisse de résonance. Une menace pèse sur notre pays et au-delà. Une menace déjà largement mise à exécution. Une menace qui a à voir avec la folie, comme l’affiche détournée de Décathlon sur l’ouverture de la chasse aux migrants en est un signe inquiétant.

La censure qui s’exerce sur les contre affiches proposées par l ‘association « The Wagabonds » (à l’origine de la campagne de financement participatif) à celles du fondateur de Reporter sans frontières, en est un autre. Il y a urgence à faire comprendre que nous avons tous et tout à perdre – et pas seulement notre honneur- à céder à la folie. Le fichage généralisé des citoyens français, que vient d’instaurer le décret du 28 octobre 2016, devrait alerter. Il existe d’autres voies de reconstruction politique, économique et sociale que le contrôle, la concurrence et l’élimination. Nous en donnons des exemples citoyens, collectifs et solidaires depuis ses débuts dans notre journal, comme à notre rubrique « Sous le F.N…la plage ! ». Sous le F.N. et pas que…

 

SOMMAIRE

 

Égarée dans la vallée infernale des conférences d’extrême droite à haute dose, Maurane Bob avait besoin de faire une pause. 

Par Maurane Bob,   

 

Victoire, il est signé, le CETA, traité de libre-échange entre le Canada et l’Union Européenne !

Par Khan Did,    

 

Cet article ne se veut pas un résumé du livre de Laurent Mauduit, journaliste d’investigation, cofondateur de Médiapart : le livre est trop dense, très documenté.

par Jean-François Gaudoneix,     

 

En pendant de la rubrique « sous le F.N la plage ! », nous avons décidé de créer une nouvelle rubrique : « Dans les laboratoires des villes administrées par l’extrême-droite ».

Par Didier,  

 

La rédaction d’Evab invite Max Guérout à participer à sa 15ème édition.   

 

Après le 08 août, où en est l’humanité avec la Belle bleue ?  Par Marso (avec la participation de M.P),  

 

C’était une maison verte, adossée à la colline… Il y aura 3 ans, le 18 novembre, la Villa des enfants était définitivement fermée par la municipalité Couderc. Et cette année, le bâtiment est mis en vente par la municipalité Ménard.

Par Eva D.    

 

Pourquoi cette affiche est choquante, au-delà du mépris, du racisme et de la haine qu’elle convoque, de la part de notre très catholique Maire ?

Par Clo,  

 

Dans son combat idéologique pro-blanc, pro-catholique et identitaire gaulois, Ménard n’hésite pas à prendre des libertés avec les faits.

par la rédaction,    

 

Nous avons vécu cet automne, à Béziers, une levée de boucliers de la part de la municipalité contre l’Etat.

Par Jean-François Gaudoneix,  

 

Sorti en salle le 21 septembre 2016, le dernier Dolan a reçu un Grand Prix immérité. Ce film névrosé, Juste la fin du Monde, n’est pas à la hauteur du sujet.

par DGRojoyVerde,   

 

A propos de La Danseuse, biopic de Stéphanie Di Giusto sur la vie de Loïe Fuller, sorti en salle le 28 septembre 2016.

par DGRojoyVerde,  

 

A propos de Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France de Pierre Goldman
Ce livre est fort car il est écrit en prison par un homme qui oscille entre soif de justice, vérité, mysticisme, nostalgie, fierté et fragilité. 

par DJRoyVerde,  

 

Dans cette ville livrée aux affres de notre communicant en chef, j’ai nommé el pequeno caudillo Robert Ménardo, nous sommes exposés par une propagande d’un autre âge à une longue litanie de chiffres tous plus incertains et sujets à caution les uns que les autres.

par DGRojoyVerde,  

 

Cette rubrique rend compte d’expériences alternatives qui rompent avec le dogme libéral et qui restent à des années lumières du dogme nationaliste.   Par Didier,  

 

Cela fait deux ans que l’idée germe. Des rencontres, un grand festival et une SCI plus tard, nous voici face au 1 avenue Gambetta, sur la place Garibaldi : l’immeuble associatif existe enfin.

Par Nadja Keller,  

 

De Gaulle, en 1961, redoutait que « si, par malheur, nous laissions le tracassin, le tumulte, l’incohérence que l’on connaît, s’emparer de nos affaires », ce soit « l’abaissement… »

Par Khan Did,   

 

Au départ il y a manger la soupe, dormir la nuit, ranger sa chambre, gagner sa vie.

par Nadja Keller  

 

Par Didier,  

 

Tout le monde connaît la situation catastrophique du logement à Béziers, les 7000 logements vides, le logement dit « social » offert par les bailleurs privés, voire les baux glissants des bailleurs assurant une mission de service public, logements indignes hébergeant des pauvres trop inquiets d’être mis à la porte pour se rebeller. 

Par Khan Did,   

 

Depuis 9 ans, chaque mi-octobre, une petite association de passionnés de cinéma, d’arts de rue, de réflexion et de transmission, organise sur un week-end, le festival Echos du doc.

Par Khan Did,   

 

Ami-e lectrice, lecteur je m’adresse à toi non pas solennellement mais bien sous la forme d’une invitation.

par DGRojoyVerde,   

Partager :
Gauche écosocialiste 34