Etre prof et plus que prof !

Profs à tout faire : “Rien n’oblige Olivier Gibergues, professeur des écoles en CP à Montpellier, à fournir
des cartables à ses élèves, à la faveur d’un partenariat mis en place
avec un fabricant du coin. A l’école du quartier Figuerolles, 70 des 130
enfants inscrits sont suivis par les services sociaux,
et “40 à 45 % des élèves ont des parents sans emploi”, indique l’enseignant. (Le Monde)


Appliquer mécaniquement
le programme et ne pas tenir compte du contexte environnant est une aberration
à laquelle Olivier Gibergues se refuse d’adhérer. C’est aussi pour cela qu’il a
créé, dans sa classe, une séance de libération de la parole appelée “Quoi
de neuf ?”, et ne figurant dans aucun manuel. “C’est un moment où
les enfants peuvent vider leur sac, mais aussi dire ce qui est positif
,
détaille-t-il. Ici, les problèmes ont besoin de sortir. Il arrive que, en
plein cours, les gamins prennent la parole pour dire : “Cette nuit, j’ai
été réveillé par le patron de maman qui frappait fort à la porte.” Ou :
“J’ai mal dormi car il n’y avait pas de carreau à la fenêtre.” Ou
encore : “Papa est rentré bourré.””
Parfois, Olivier
Gibergues a “presque envie de faire semblant de ne pas avoir
entendu” : “On ne peut évidemment pas laisser la classe comme ça. Il
faut dédramatiser cette violence et aider les enfants à canaliser leur
souffrance. Beaucoup viennent à l’école avec les problèmes de la maison.”

Tiré de Profs à tout faire (Le Monde)

A lire aussi

Education Nationale. Eviter que la tragédie de Béziers ne se reproduise…

04_11_11_Enfant_a_l__ecole.jpg

Photo : h‑4‑1027512‑1253109238.jpg

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page