Forte mobilisation lycéenne jeudi 14 avril à Montpellier

Ce jeudi 43 mars (14 avril) a été la journée de la plus grosse mobilisation lycéenne sur Montpellier. Des blocus ont repris vendredi 15 avril

1manif_lycee.jpg
 

Ce jeudi 43 mars (14 avril) a été la journée de la plus grosse mobilisation lycéenne sur Montpellier. Venus par deux cortèges l’un du nord de la ville, l’autre du sud, les lycéens de Mermoz, Pierre Mendès France, Agropolis, Monnet, Guesde, Clémenceau, Joffre, Clémenceau, De vinci, Pompidou, Champollion ont convergé en fin de matinée vers les platanes de l’Esplanade et la place de la Comédie. Un cortège d’étudiant-e-s en provenance de l’Université Paul Valéry les a rejoints aux douze coups de midi.

Bien sûr il eut quelques affrontements entre la police « boucliérisée » et quelques jeunes en marge des cortèges. Bien sûr il y eut quelques jets de projectiles, quelques mobiliers urbains en moins bon état que le matin même. Et c’est regrettable, ce genre de dégradations portant préjudice à l’ensemble du mouvement.
Cependant la riposte policière a été démesurée : lacrymos, tirs tendus de flash-ball, une trentaine d’arrestations musclées…

Ensemble!34 condamne fermement ces violences policières inadmissibles à l’encontre d’adolescent-e-s.

Sur l’Esplanade aux abords du Peyrou il y eu des larmes, des cris, des tensions. Il y eut des flux et des reflux de lycéens face à de véritables « tortues Ninja » devant la Préfecture. Des dispersions, des regroupements, des petits sprints, des pas de côtés, des sit-in face aux boucliers. Il y eut bien évidemment des interrogations sur la suite “Y aura-t-il manif ou pas?” Serons-nous dispersé-e-s avant ou pas?”.

Le cortège s’est construit petit à petit, avec en soutien quelques militant-e-s de la CGT, de Solidaires et de la FSU. Peu de pancartes, pas de drapeaux, normal pour un mouvement très spontané, fraîchement mobilisé, inexpérimenté, suite au blocage matinal des lycées montpelliérains et de la métropole.

Blocage rendu bien difficile dans certains lycées… Pour exemple, les grilles mises en place devant le lycée Georges Pompidou depuis l’état d’urgence ont été enchaînées aux arbres et les poubelles supprimées pour éviter un blocus, la surveillance de l’accès par des vigiles a été renforcée.  Il a été annoncé aux élèves que tout blocus était illégal et serait sévèrement sanctionné et que toute absence pour manifestation devra être « autorisée » ! Quid de la liberté d’expression ?

 

Mais au final il y a eu surtout une très belle manifestation, pleine d’énergie où près de 2000 lycéens arpentant le pavé ont crié une nouvelle fois au gouvernement qui s’entête, et au MEDEF, que la jeunesse : de la Loi travail elle n’en veut pas!
De la Comédie à la Comédie en passant par la Préfecture, le Peyrou, Gambetta et la gare, les lycéen-ne-es ont montré que nous valons bien mieux que ça !

Ce jeudi 14 avril à Montpellier la jeunesse a répondu présente et s’est bel et bien mobilisée contre la loi travail.
Depuis le 9 mars, salarié-e-s, chômeuse-eur-s, étudiant-e-s, lycéen-ne-s s’informent, se regroupent, manifestent, se mobilisent contre cette loi scélérate que voudrait nous imposer le patronat.
  

Vendredi 15 avril, les blocus ont recommencé sur plusieurs lyéces : J. Guesdes (Mas de Tesse) Champollion…

Les vacances n’y changeront rien ! Le 28 avril, le 1er mai et au-delà le mouvement continue jusqu’au retrait !

 
 
2manif_lycee.jpg
 
3_manif_lycee.jpg
 
5manif_lycee.jpg
 
6manif_lycee.jpg
 
7manif_lycee.jpg
 
8manif_lycee.jpg
 
4_manif_lycee.jpg
 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34