La Lettre Electronique du NPA Béziers (n°48)

Anticapitalisme. Florensac, Pézenas, Bédarieux : la
guerre de l’info aura bien lieu chez Altrad et à la Poste

Précarité.
Béziers ; Restos du coeur, Banque alimentaire, Secours catholique, se préparent
au tsunami de la pauvreté

Antiracisme. Béziers : succès de la mobilisation
autour des 16 familles qui demandent leur régularisation

Ecologie. Hauts cantons et Saint-Pons : le parc
naturel régional du Haut Languedoc change d’appellation

Capitalisme. Agde , Florensac, après le discours
sur la fraude sociale, les actes

Vie locale, vie du NPA

Anticapitalisme.
Florensac, Pézenas, Bédarieux : la guerre de l’info aura bien lieu chez Altrad
et à la Poste

Dans tous les
conflits sociaux, la bataille de la communication et de l’information est une
bataille primordiale dont découlent bien souvent victoire et réussite pour les
salariés en lutte ou intox et division en faveur des patrons.

  • A
    la Poste
    de Pézenas et Bédarieux cette bataille de l’intox vient d’être enclenchée
    par une direction revancharde qui n’accepte pas que la grève s’installe et
    qui souhaite minimiser le soutien de la population, voire même la
    retourner contre les postiers. Pour arriver à ses fins la direction a
    choisi de communiquer sur la réorganisation des tournées et sur les
    conditions de travail. Pour le big boss C.Calmes de la direction de la
    distribution Ouest Hérault, la
    Poste anticipe une baisse du courrier de 30 % d’ici
    2015. On notera au passage le côté prédiction à la Nostradamus du
    directeur qui émet des pronostics qui ressemblent à l’annonce
    programmée de la fin du monde. Suit un couplet sur les instruments de
    mesure dont se dote la
    Poste, instruments sûrement plus performants que le
    poids de la sacoche du facteur. A la Poste quand la direction justifie la
    réorganisation ça a le même effet que quand le gouvernement dit qu’il veut
    sauver la sécu.
  • A
    Florensac cette bataille de l’info vient d’être alimentée par les salariés
    en lutte d’ Altrad pour prouver à des tiers que leur usine est en train
    d’être abandonnée par le sponsor du Montpellier rugby pour mieux être
    délocalisée. Une visite de l’usine a été proposée au sous-préfet, au
    maire et au conseiller général. Ceux ci ont donc pu constater ce que
    disent les rapports du CHSCT et les expertises sur la vétusté, la
    dangerosité et l’abandon de l’usine.

Pour
le NPA au-delà des rapports de force à forger et à maintenir sur le terrain
avec les salariés, la question de la communication et de l’ouverture du conflit
vers l’extérieur de l’entreprise est aussi une des conditions pour assurer le
succès des revendications.

Précarité. Béziers ; Restos du coeur, Banque alimentaire, Secours
catholique, se préparent au tsunami de la pauvreté

Avec l’arrivée de l’hiver diverses campagnes
de solidarité alimentaire avec les exclus se mettent en place. Elles vont
tenter de faire face au tsunami de la pauvreté sur Béziers. L’année dernière
des chiffres record avaient été atteints et il avait fallu prolonger la
campagne d’hiver des Restos du coeur toute l’année. Cette année les inscriptions
ont commencé depuis le 14 novembre, l’afflux est déjà énorme et les
responsables pensent que le chiffre de 2010 ( 1710 familles inscrites ) sera
dépassé.

La forte augmentation des personnes âgées, seules ou en couple, et des familles
monoparentales est déjà repérée. Autre particularisme biterrois, l’inscription
de jeunes salariés précaires qui travaillent à temps partiel ou épisodiquement.
Lundi 28 novembre les deux centres biterrois ( Courbet et Marne ) ouvriront
pour une nouvelle campagne : la 27ème ! Du côté de la Banque alimentaire on se
prépare aussi au tsunami de la précarité avec une collecte de denrées les 25 et
26 novembre. En 2010 il avait été recueilli 248 tonnes de denrées, soit
l’équivalent de 500 000 repas. Du côté du Secours catholique il a été
enregistré un bond de la fréquentation de 10 % localement en un an. Les
chiffres donnés sont effrayants : + 3,3 % d’allocataires de la CMU, +11,2 % d’allocataires au
RSA, 41 240 personnes aidées par le Secours catholique sur le
Languedoc-Roussillon, 9 % des ménages sans ressources, 35 % avec des impayés de
loyer et d’énergie . . .

Pour le NPA les
précaires d’aujourd’hui sont les anciens exclus du système capitaliste. Au-delà
d’une solidarité élémentaire, il reste à organiser la lutte contre la machine à
fabriquer des exclus : le capitalisme lui-même.

Antiracisme. Béziers : succès de la
mobilisation autour des 16 familles qui demandent leur régularisation

Dans le cadre d’une
mobilisation unitaire préparée par l’ Association Biterroise Contre le Racisme,
à la demande de 16 familles venues d’Arménie, de Tchetchénie ou de
Géorgie-Abkhanie et même de Sierra Leone (2), une mobilisation tenue pendant
plusieurs heures devant la sous-préfecture de Béziers a permis de mobiliser 150
personnes et de recueillir de nombreuses signatures sur une pétition. Les 16
familles sont déboutées de leur demande de droit d’asile, tous les recours
ayant été épuisés. La plupart de celles-ci sont encore au CADA mais
risquent à tout moment d ‘en être expulsées.

Hommes, femmes, enfants, ainsi
traités, seront envoyés en centre de rétention avant une expulsion dans
leur pays d’origine, bien que celui-ci soit impossible car l’Arménie ne
délivre pas de laisser passer . Arrivées en France depuis de nombreuses années ces
familles travaillent et veulent vivre de ce travail. Face à cela le sous-préfet
en partance déroule la thèse de l’UMP et du FN : << ces familles ne sont
pas menacées chez elles, c’est faux, c’est vérifié, ce ne sont pas des réfugiés
politiques, ce sont des réfugiés économiques >>. Cette fin de non
recevoir est coutumière à Béziers où serviteurs de l’Etat et élus de droite
optent pour une tolérance zéro pour rassurer l’extrême droite. Souvent relayées
et anticipées par le sénateur-maire et député, ces campagnes se sont souvent
heurtées au droit ( non scolarisation des enfants roms ) et ont fait l’objet de
campagnes de dénonciation par les antiracistes locaux.

Pour le NPA cette conjonction entre Etat
et élus de droite justifie amplement une campagne antiraciste unitaire
aux législatives à Béziers en 2012 sur la 6ème circonscription.


Ecologie. Hauts
cantons et Saint-Pons : le parc naturel régional du Haut Languedoc change
d’appellation


Pour le vice-président PS du Conseil
général K. Mesquida ( qui est aussi député-maire de Saint-Pons et président de
la communauté de communes ) la quadrature du cercle c’est : comment obtenir des
aides pour la mise en place du parc naturel qui doperait le tourisme vert et
comment permettre à 300 éoliennes industrielles de s’installer dans le même
parc ? Autrement dit, comment faire un parc naturel qui serait aussi un parc
industriel ? Face à ces contradictions, des militants associatifs et politiques
( dont nos camarades du NPA de Saint-Pons ) mènent un combat durable contre une
social-démocratie qui, dans les hauts cantons, chausse : chapeau, costume
et chaussures de la droite.

Ces dernières semaines les associations et partis tarnais et héraultais
regroupés dans le collectif << Toutes nos énergies >> ont
joyeusement rebaptisé à la faveur d’une nuit autocollante le parc naturel. Par
le biais du piratage des panneaux routiers, les logos du parc naturel ont
été transformés en logo du parc éolien industriel. Bilan : chaque commune s’est
vue affublée d’un nouveau logo qui indiquait la destination finale que pourrait
prendre le parc. Cette action précède le vote des 121 communes qui doivent
valider le projet définitif de charte qui va définir le parc pour les 7 années
à venir, y compris et bien sûr, dans sa mouture éolienne industrielle.

Pour le NPA ce qui est en jeu c’est tout à la fois l’implantation d’un
mégaprojet ( 300 éoliennes géantes ) et un mitage du territoire via de
“petites” implantations comme à Ferrières Poussarou. S’il il faut
bien développer une alternative au nucléaire, on ne peut la laisser aux mains
des capitalistes verts. Là aussi le contrôle des citoyens sur leurs lieux de
vie et la mise en place d’alternatives énergétiques locales est à l’ordre
du jour.

Capitalisme. Agde ,
Florensac, après le discours sur la fraude sociale, les actes

Suite au discours du chef de l’UMP
mitonné par la Droite
Populaire sur le credo : << Frauder la sécu c’est voler
>>. les portes-flingues de l’UMP commencent à dégainer à Agde et
Floensac. Dans la première ville c’est en tant que président de l’agglomération
Hérault Méditérranée que le député maire G.d’Ettore a lancé les bases d’un
nouveau régime indemnitaire des employés de l’agglo. Régime qui met en place
une prime d’assiduité de 350 euros par an.

C’est bien sûr à partir d’arrêts de travail jugés abusifs que se déroule la
logique ultralibérale. Jamais, bien entendu, l’organisation du travail, le
stress, le harcèlement ne sont repérés comme des éléments pouvant conduire à
des arrêts de travail. De plus, comme si le message libéral n’était pas assez
clair, il est indiqué que les jours de grève seront ponctionnés sur cette
prime. Et là que croyez-vous qu’il arriva ? Les maires PS ou socialisants de
Vias et Portiragnes ont indiqué qu’ils votaient la prime tout en
disant qu’ils émettaient des réserves sur la clause concernant les jours
de grève.

A Florensac le maire V. Gaudy a instauré une prime annuelle de présence qui se
monte à un total de 600 euros annuels pour les agents municipaux. Cette prime
est aussi pour lui un moyen de lutter contre l’absentéisme qu’il qualifie
d’abusif.

Pour le NPA la santé au travail est un des problèmes de société majeurs de
cette période. Pour nous il y a corrélation entre suppression de postes,
rentabilité, management agressif, performances économiques et financières,
austérité . . . et santé au travail. A la différence de l’UMP nous ne pensons
pas que des primes règleront les problèmes d’organisation du travail. En
revanche des moyens renforcés aux CHSCT (Hygiène et sécurité) plus largement
aux instances représentatives du personnel ( délégués du personnel et au Comité
d’entreprise ) permettraient aux salariés de s’emparer des problèmes
psychosociaux de leur entreprise et de les combattre.

Vie locale, vie du NPA

  • lundi 28 novembre 18 h 00
    mairie de béziers : conseil municipal. débat d’orientation budgétaire et
    suite de la stèle de l’oas
  • mardi 29 novembre
    réunion du comité npa béziers 18 h 30 au local du npa
  • dans la semaine ,
    suite de la mobilisation en soutien des 16 familles qui demandent leur
    régularisation
  • samedi 3 décembre
    : congrès départemental du NPA à Montpellier
  • jeudi 8 décembre :
    deuxième Café Motivées au local du NPA sur la transition énergétique
    accueil 18 h 30, début 19 h 00

 

 …………………………….

La précédente Lettre Electronique

………………………………

Pour contacter le NPA Biterrois : écrire à
alain.havel@bbox.fr
ou à l’adresse du local : 6 rampe du 96ème d’infanterie 34 500 Béziers

Pour
notre hebdo départemental, Motivées, nous avons deux
points de diffusion sur Béziers : (4 n° par point)

Le tabac/presse de la Devèze,
derrière la Poste
et le tabac/presse « La fraîcheur » face au Trésor Public de
l’Iranget.

Pour notre hebdo national, Tout est à nous (TEAN),
après la presse de Auchan, la presse de l’Intermarché, près de la cave
coopérative de Béziers, propose à la vente 7 numéros.

Pour développer notre presse, nous invitons nos sympathisants et nos militants
à se fournir sur ces lieux.

NPA Béziers

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page