Languedoc-Roussillon. “La désertification [médicale] va s’accélérer.”

Signal d’alerte : la campagne en mal de médecins (Midi Libre)

Extraits :

Après la fracture numérique, la fracture médicale. Si le
Languedoc-Roussillon est bien pourvu, avec une densité moyenne de 336
médecins en activité régulière pour 100 000 habitants, il n’empêche :
certaines zones éloignées du littoral perdent leurs professionnels de la
santé. On le sait.

Mais la situation s’aggrave. Car les médecins installés dans ces
secteurs démunis vieillissent. L’échéance de leur départ à la retraite
n’est plus si lointaine. “Le bassin de vie de Saint-Pons-de- Thomières
(dans le nord de l’Hérault, NDRL) a une densité médicale faible avec une
moyenne d’âge des médecins de 60 ans et plus”, confirme le dernier
Atlas régional du Conseil national de l’Ordre des médecins.

Ce qui fait peser un risque : si rien ne change, des populations seront privées de soins de proximité, quand leur généraliste se retirera. […]

Les jeunes médecins se détournent, pour une partie d’entre eux, de
l’exercice libéral, lui préférant le salariat, moins contraignant.

Ainsi, en 2010, sur les 221 nouveaux inscrits au tableau de l’Ordre en
Languedoc-Roussillon, 130 avaient fait le choix d’être médecin salarié,
60 d’être remplaçant. En outre, ils avaient préféré exercer en zones
urbaines que dans les campagnes. Seuls sept d’entre eux s’étaient
installés en Lozère.

L’article intégral   24_11_11_Desertification_medicale.jpg

A lire aussi

Syndicat e la Médecine Générale : propositions d’organisation du système de
distribution des soins au service de la population et de la santé
publique :

  • Les activités de prévention, de formation,
    d’éducation à la santé, de participation à la permanence de soins, de
    coordination, de participation à des réseaux font partie de notre métier
    de généralistes. Elles doivent être intégrées à notre temps de travail
    et rémunérées en fonction du temps passé, de manière forfaitaire.
  • Pour le suivi et les soins, d’autres modes de
    rémunération doivent être expérimentés par les médecins volontaires :
    salariat, capitation sur des bases de réduction des inégalités de
    santé ; les dépassements d’honoraires doivent être interdits.
  • L’accès aux soins doit se faire à 100 % en tiers
    payant, sur la base de la solidarité nationale par les cotisations
    obligatoires de l’Assurance maladie. Il n’est pas admissible que des
    assurances privées fassent des profits sur la santé des citoyens.
  • Les regroupements de professionnels de santé
    doivent être soutenus en évitant la complexité des nouveaux modes de
    rémunération actuels qui sont plus dissuasifs qu’encourageants.
  • Si la qualité des soins ne peut entièrement se
    mesurer (part subjective), tout au moins, sa part objectivable doit être
    déterminée par consensus avec les professionnels de santé et la
    population (chaque acteur social possède son expertise), et non pas
    décidée sur des chiffres arbitraires ne prenant pas en compte les
    spécificités de nos exercices médicaux.
  • Les besoins et objectifs de santé doivent être
    définis localement, avec la population, en intégrant les conditions de
    vie sociale et de travail. La santé ne doit pas être déconnectée de ces
    conditions de vie.

Tiré de Convention médicale 2011 : un pas de plus vers la financiarisation et le démantèlement du système de soins solidaire ! (SMG. Syndicat de la Médecine Générale)

Le site du SMG

                                                                                                                                                                                                                     Illustration : 1405465207.jpg
…………………………….

L’Ordre national des médecins. Entretien avec Danièle et Didier Poupardin

Un cabinet de médecins anticapitalistes dans un quartier populaire

Santé : l’austérité continue !

Sarkozy contre la santé des étudiants

Planning Familial. L’Agence Régionale de Santé du Languedoc-Roussillon contre les femmes !

Perpignan: La colère d’une infirmière

Montpellier Rassemblement du 2 avril : UN PREMIER PAS VERS LA NECESSAIRE MOBILISATION POUR DĖFENDRE LA SANTĖ

Samedi 2 avril Mobilisation nationale pour la santé !

La santé n’est pas une marchandise ! COMMUNIQUE DU NPA 34

Succès du Café Motivées Hold-Up sur la santé du 22 février. Mobilisation Santé le 2 avril !

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page