Le Scandale de la friche industrielle d’Exxon Mobil à Frontignan

Le groupe Exxon-Mobil a tiré profit pendant des décennies de la raffinerie dont il était propriétaire à Frontignan. Pendant toutes ses années, par négligence et pour maximiser ses bénéfices, le groupe Exxon Mobil, n’a pas pris les dispositions nécessaires pour éviter la pollution des sols qu’il occupait

Une pétition est lancée pour demander au préfet et Ségolène Royal,   d’imposer à l’industriel, qui en a les moyens, une dépollution totale du site. Il en va de l’intérêt des populations et des visiteurs.

 

Signez la pétition : »  voir le texte de la pétition sur Thau-info

2016-05-exxon-frontignan-4.jpg
 

 

Le Scandale de la friche industrielle
d’Exxon Mobil à Frontignan

(Texte et photos extraits de Thau- info quotidien numérique  – voir fin d’article )

En 2015 le groupe ExxonMobil a réalisé un Chiffre d’affaire de 234 milliard d’euros ce qui lui permis de générer un cash-flow de 29 milliards d’euros et un bénéfice net de 14 milliards d’euros.
 

2016-05-exxon-frontignan-0.jpg
 

Le groupe Exxon-Mobil a tiré profit pendant des décennies de la raffinerie dont il était propriétaire à Frontignan. Pendant toutes ses années, par négligence et pour maximiser ses bénéfices, le groupe Exxon Mobil, n’a pas pris les dispositions nécessaires pour éviter la pollution des sols qu’il occupait.
Lorsque la rentabilité du site a décliné, l’industriel a purement et simplement arrêté l’exploitation et licencié le personnel. Il lui a fallu ensuite 4 ans pour démanteler son usine et rendre le terrain théoriquement “réutilisable pour de nouveaux usages”.

En 1992 la ville de Frontignan la Peyrade fait l’acquisition de ce terrain en vue de le valoriser et développer de nouvelles activités. Très vite elle se rend compte que, malgré les assertions et documents fournis par

2016-05-exxon-frontignan-1.jpg
 

l’industriel, la dépollution des sols n’a été réalisée que très superficiellement et très partiellement. La ville réussit à faire revenir autour de la table l’industriel responsable de cet état de fait. Une longue bataille commence face à un groupe qui dispose de moyens financiers et de moyens de pression colossaux. La ville va néanmoins réussir à lui imposer de produire un premier plan de dépollution. Hélas la démonstration sera faite que ce plan était très largement insuffisant pour être en règle avec la législation et par rapport à ce qu’il est souhaitable pour la santé des habitants de la commune.

En 2013 la préfecture constate que les pollutions significatives avérées dans les sols (hydrocarbures, plomb, PCB) et la nappe phréatique (phase pure d’hydrocarbures) présentent un risque pour l’Environnement avec le canal du Rhône tout proche et pour les futurs usagers du site. En 2015, le tribunal administratif fixe l’objectif de la remise en état : rendre de nouveau le terrain propice pour un usage “industriel ou équivalent “.
Enfin en juin 2015 : Exxon Mobil remet un nouveau plan, avec 15 mois de retard. Un plan encore une fois a minima.

En 2016, après des années de controverses, d’études sans fin et de réponses dilatoires de la part du groupe Exxon Mobil, la réalité apparait enfin au grand jour grâce à une étude approfondie mandaté par la ville auprès d’un cabinet d’expertise indépendant. Non seulement la pollution des sols et des eaux souterraines est telle que le terrain est incompatible même avec un usage industriel mais les terres de la friche industrielle sont imprégnées d’au moins 4200 tonnes d’hydrocarbures dont certains sont particulièrement toxiques : hydrocarbures aromatiques polycycliques, benzène, toluène, éthylbenzène, xylène, etc..
L’imprégnation est en outre très sévère puisque que cette pollution se retrouve jusqu’à 3,5 mètres de profondeur. La présence de métaux lourds (plomb, arsenic) est également avérée. Enfin on retrouve d’autres polluants liés aux équipements, au process ou aux matériaux de construction de l’ancienne usine (PCB, MTBE, amiante, etc.)

 

 

*** Thau-info, le quotidien numérique, leader de l’information locale en pays de Thau et MTP-info, quotidien numérique du grand Montpellier sont indépendants et gratuits.
Consultez les régulièrement à l’écran, sur l’ordinateur, sur votre tablette ou sur votre smartphone. Des centaines d’articles, photos, vidéos. MTP-info et Thau-info sont en ligne et actualisés 24h/24, 7jours/7, 365 jours/an.

 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34