Le « travail » d’élu municipal d’opposition à Montpellier mandat 2008-2014

Alors que Midi Libre généralise abusivement en parlant des dépenses des élus (voir ici notre réaction), Anne Rose Le Van et Francis Viguié expliquent ci-dessous l’activité qu’ils ont au conseil municipal de Montpellier en tant qu’élus d’opposition de gauche.

Alors que Midi Libre généralise abusivement en parlant des dépenses des élus (voir ici notre réaction), Anne Rose Le Van et Francis Viguié expliquent ci-dessous l’activité qu’ils ont au conseil municipal de Montpellier en tant qu’élus d’opposition de gauche.



Le « travail » d’élu municipal d’opposition à Montpellier  mandat 2008-2014

 

 

Fréquence

A Montpellier, les
conseils municipaux sont le lundi soir, une fois par mois sauf en août. Ils
débutent à 18h (parfois 16h) pour s’achever entre 22h et minuit environ. C’est
finalement assez peu: 4 à 6h par mois pour débattre de la vie d’une commune de
250 000 habitants et voter les délibérations qui encadrent juridiquement la
gestion communale.

Nous recevons la date
exacte du conseil municipal environ 3 semaines avant (sachant qu’il existe un
calendrier annuel mais qu’il est souvent modifié).

Environ 2/3 semaines
avant se tient la conférence des présidents :les
présidentsde groupes (notre président de
groupe est Jean-Louis Roumégas) décident de l’ordre du jour proposé par le
maire et des vœux déposés (tous les groupes peuvent déposer des vœux).

Les vœux permettent
de débattre de sujets précis par exemple en lien avec l’actualité locale ou
nationale.

A priori notre
groupe déposait trop de vœux avec un contenu politique qui dérangeait la
majorité puisqu’en 2009, les débats sur les vœux qui étaient en début de
conseil ont été relégués en fin de conseil
.

Cela pose problème
car ces débats importants et avec un contenu politique, qui mobilisent souvent
des personnes dans le public (associations ou individus), se font à partir de
22h voir 23h.

 

 

Préparation

Le mardi précédent le
conseil municipal nous pouvons aller chercher ou lire sur internet (sur un site
sécurisé par mot de passe personnalisé) le dossier du conseil municipal. Ce
dossier est composé d’une synthèse des délibérations (nous ne votons pas les
délibérations complètes mais seulement des synthèses). Chaque conseil municipal
comporte entre 60 et 120 délibérations, en très grande majorité avec un contenu
technique (achat de terrains pour élargissement de voirie, travaux dans les
écoles, achat de matériel informatique ou marchés pour la cuisine centrale…).

Pour les
délibérations qui comportent des pièces annexes (rapports) ou si nous voulons
lire la délibération complète, il faut aller chercher ces documents en mairie
les jeudi et vendredi précédant le conseil municipal.

Habituellement les
personnes qui étaient avec nous sur la liste en 2008 et qui le souhaitent se
réunissent avec nous le jeudi soir précédent le conseil. Le lundi du conseil
vers 15h nous rencontrons nos collègues de EELV pour nous répartir les
interventions et éviter les doublons.

 

Prises de
parole

Pendant le conseil
municipal, Hélène Mandroux est très stricte sur les prises de parole et coupe
les micros de ceux qui interviennent sur un sujet qui n’est pas à l’ordre du
jour et pas au moment où celui-ci est débattu (majorité et opposition sont
traités pareil avec micros coupés). Parfois pour pouvoir tout de même
intervenir sur un sujet d’actualité en ville (grève, manifestation …) nous
devons trouver un sujet approchant dans l’ordre du jour et attendre que
celui-ci arrive au vote ou demander pourquoi ce sujet n’est pas abordé (ce qui
en général se termine par un micro coupé).

Finalement l’intérêt
de ces interventions n’est pas d’être entendu du maire ou de sa majorité,
puisque cette habitude de couper les micros montre qu’il n’y a aucune volonté
de débattre avec l’opposition (qu’elle soit de droite ou de gauche) mais plutôt
d’être entendu par la presse (présente à chaque conseil), par le public
(toujours présent) et que cela soit noté au procès-verbal (celui-ci étant
retranscrit par une entreprise qui note précisément les interventions qui sont
faites et les orateurs).

Le procès- verbal est
un document public opposable (on peut les lire sur le site internet du conseil
municipal ou demander à les lire en mairie). Au début de chaque séance est voté
le procès-verbal de la séance précédente (il est possible de demander des
modifications s’il y a eu des erreurs de retranscription) et l’ordre du jour.

 

 

Le public

Les conseils
municipaux sont obligatoirement publics mais la configuration de la salle dans
la nouvelle mairie est très défavorable à un dialogue entre les élus et le
public (journalistes compris). En effet le public et les journalistes sont à
l’étage au-dessus de la salle du conseil municipal et la surplombent dans une
sorte de balcon à l’arrière de la salle. Il n’y a qu’une quarantaine de places
pour le public (souvent remplis). Les collectifs trop bruyants ou avec des
banderoles non bienvenues se font sortir par les vigiles sur ordre de Mme le
Maire. Les journalistes sont assis à côté mais séparés par une cloison en
plastique. Seuls les collaborateurs de groupes, les membres du cabinet du maire
et certains fonctionnaires municipaux sont autorisés à aller dans la salle du
conseil.

 

Les commissions

Il y n’a que 2
commissions (Francis Viguié siège dans l’une d’elle et Anne- Rose Le Van est sa
suppléante). Les commissions se réunissent rarement. Nous allons surtout à
celle qui permet le contrôle des délégations de services publics. Ce sont les
Verts qui siègent dans l’autre commission qui s’occupe notamment des appels
d’offre. Ces commissions sont très techniques et ne servent guère à préparer le
travail en conseil municipal. Ce sont plutôt des chambres d’enregistrements
obligatoires relativement verrouillés par les élus de la majorité.

Par contre, nous
rencontrons tous les collectifs qui nous le demandent et adhérons même à
certains d’entre eux dont nous partageons les combats (Eau Secours 34, Parc
Montcalm, Vrais amis du stade du Père Prévost…).

 

Les
rémunérations
(arrondies) :

– conseiller
municipal (toute l’opposition) : 200 €

– conseiller
municipal avec délégation (membres de la majorité) : 500 €

-maire : 5500€

-conseiller
d’agglomération (45 de la majorité) : 1 000 €

-vice-président de
l’agglomération : 2 700 €

-président de l’agglomération
: 5 500 €

 

Ces rémunérations
sont cumulables. Evidement dans l’opposition nous ne sommes pas envoyés par la
mairie pour les inaugurations ou pour les réunions avec les comités de
quartier.

Nousn’avons aucun siège à l’agglomération (la nouvelle
loi électorale imposera une présence de l’opposition à l’agglo mais ce n’est
pas le cas aujourd’hui).



Francis VIGUIE et Anne-Rose LE VAN, conseillers municipaux

Gauche anticapitaliste / FASE / ENSEMBLE Montpellier

uneCRMandatGAFASEMtp.jpg

Partager :
Gauche écosocialiste 34