Loi travail, 28 avril : 2500 manifestant-es à Montpellier, plusieurs centaines à Béziers, un vent de révolte qui souffle jusqu’à St Pons…

 28 avril 2016, la mobilisation jusqu’au retrait de la loi travail continue. A Montpellier plus de 2500 manifestant-e-s ont renouvelé leur opposition à la casse du code du travail à quelques jours de l’ouverture du débat parlementaire sur le projet de loi El Khomri,

20160428_120609.jpg

 

20160428_120901.jpg

 

20160428_121337.jpg

 

20160428_121514.jpg

 

20160428_121538.jpg

 

20160428_121917.jpg

 

20160428_122013.jpg

 

20160428_125714.jpg

 

20160428_130507.jpg

 

20160428_130526.jpg

 

et plusieurs centaines dans d’autres villes du département…

 

 

 

 

 

Montpellier, 28 avril 2016, la mobilisation jusqu’au retrait de la loi travail continue.

Plus de 2500 manifestant-e-s ont renouvelé leur opposition à la casse du code du travail à quelques jours de l’ouverture du débat parlementaire sur le projet de loi El Khomri, à l’appel des syndicats et de Nuit Debout.

Un cortège dynamique a déambulé depuis la place Zeus jusqu’à la place de la Comédie où la CGT avait préparé un accueil festif avec prestations d’artistes et repas à bas prix.

Suite à l’interpellation par la police d’un jeune, une groupe de manifestant-e-s solidaires a protesté en scandant des slogans. Le face à face très tendu a duré une quinzaine de minutes…

La journée militante se poursuivra avec une nouvelle assemblée générale populaire au kiosque de l’esplanade qui a pour thème la convergence des luttes, suivie d’une nuit debout sur la place de la comédie.

Malgré la période peu propice des vacances scolaires le mouvement continue bel et bien, et il semblerait qu’un désir de convergences des luttes émerge enfin pour les Nuits debout, comme pour les syndicalistes, les travailleu/r/ses en lutte (intermittent-e-s, Renault, Sanofi…), les Zadistes de Las Rebes, les défenseu/r/ses des terres agricoles, les enseignant-e-s, les étudiant-e-s…

Une prise de conscience dans les luttes que le cœur du problème est bel et bien le capitalisme et sa logique de profit ? A suivre.

Le prochain rendez-vous aura lieu dimanche 1er mai, 10h30 place de la comédie.

C.P.

 

 

Manifestation du 28 avril à Béziers

Les journées d’action contre la loi el Khomri se succèdent avec des mobilisations différentes. Celle du 28 avril n’était certainement pas au niveau de celles du 31 mars ni même du 9 avril. Plusieurs centaines de personnes se sont cependant rassemblées à 10 h 30 devant la Bourse du Travail de Béziers.

Curieusement l’ambiance qui émanait de la sonorisation  était tonique et c’est avec dynamisme que les manifestant-e-s se sont mis-es en marche pour effectuer le défilé classique qui a suivi l’itinéraire habituel. Les bannières les plus nombreuses étaient comme à l’accoutumé celles de la CGT.

Les mots d’ordre étaient scandés par Thomas depuis le micro et repris par les marcheurs. Parmi eux on a entendu quelque chose qui disait « Il y a du pognon dans la poche des patrons », avec cette variante, « il y en a à Panama » en référence au scandale financier qui a récemment défrayé la chronique.

Certain-e-s avaient profité des circonstances pour rappeler leurs revendications spécifiques. C’était le cas de deux intermittents du spectacle qui avaient déployé leur banderole que nous avons prise en photo.

Le responsable du collectif pacifiste du Biterrois avait tenu à avoir avec lui le drapeau du Mouvement de la Paix, répondant ainsi aux consignes de son organisation. C’est vrai que les risques d’intensification de la guerre planent sur notre monde et qu’il faut prendre en considération cet aspect des problèmes actuels.

Arrivé-e-s devant la sous-préfecture on a entendu les brèves prises de parole des représentant-e-s syndicaux cependant que Patricia Barbazange de l’UL CGT, a invité les participant-e-s à cette journée du 28 avril à se retrouver le 1er Mai pour le rendez-vous international traditionnel des travailleurs.

 

Jacques Cros

 

 

Ce jeudi 59 mars, Ensemble ! Saint-Pons de Thomières  

 distribue au Rond-Point de la route de Castres son tract « Mécréants, Hérétiques, unissez-vous ! ». Un petit vent frisquet descend du col du Cabaretou, mais le soleil est là.  L’accueil de la population s’avère attentif, carrément joyeux et émaillé de vifs commentaires : « Il est temps de tout bloquer (…) Aucun camion sur la 113, un très bon signe, Mazamet ou Castres doivent manifester aussi sur la route  (…)  Je viens de Gourdon, déjà huit manifs que je croise, tout à fait  incroyable, « Sire c’est un soulèvement ! » , La prochaine vous savez où ? (…) Bandes de tarés , la grève générale ne sert à rien et votre charabia : j’y comprend rien (…) “Ziska le Borgne et ta Marguerite, tu peux m’expliquer ? –demande un instituteur non gréviste un peu agacé–  Vous cherchez à faire savant ?” Comme les 500 tracts sont épuisés, la distribution s’achève à La Cigale, fief bien connu de la gauche locale autour… d’un communard (un doigt de cassis et le reste en vin rouge de Pascal Frissant, vigneron de la Conf à La Caunette).

J.L.B.

 

 
 
st_pons.JPG
 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34