Lu dans Motivées : Société Louise Michel à Montpellier, c’est parti ! C’est ce soir !


Bon alors, c’est quoi cette idée de Société Louise Michel à Montpellier ?


C’est des gens qui proposent de se réunir dans un café.

… mardi prochain : pour plus de précision cliquer ici

06_05_11_Louise_Michel.jpg(1)

  • Bon
    alors, c’est quoi cette idée de Société Louise Michel à
    Montpellier ?

  • C’est
    des gens qui proposent de se réunir dans un café.

  • Pourquoi
    dans un café, c’est pour picoler ?

  • Ben
    oui, on boira un coup, un café c’est convivial, et puis on n’a pas
    besoin de demander une salle à la mairie de Montpellier, au prix où
    ils nous font payer les locations.

  • Et
    qu’est-ce qu’on va faire ?

  • La
    société Louise Michel propose de débattre et réfléchir en
    faisant se rencontrer des chercheurs, des militants, des artistes.

  • Encore
    un truc d’intellos, où il faut avoir fait bac +15 pour participer ?

  • Tout
    le monde peut comprendre. Le but c’est l’échange.

  • Il
    y aura des célibataires pour les échanges ?

  • Je
    te parle d’échanges d’idées : le point de départ, c’est la
    critique du capitalisme. Après, on essaie d’explorer les
    voies d’une alternative sociale, démocratique, écosocialiste,
    féministe, antiraciste, anti-impérialiste :
    c’est la créativité, l’ouverture à de nouveaux horizons.

  • Oui
    mais à quoi ça sert ? Moi tu sais, je préfère l’action. On
    parle, on parle, et on ne fait rien. Et pendant ce temps, l’extrême
    droite avance, le gouvernement pond ses réformes antisociales et le
    PS annonce un programme FMI-compatible.

  • Et
    parce que tu crois que la droite, ils n’en ont pas des clubs de
    pensées pour faire avancer leurs idées ultra libérales et
    sécuritaires : ils appellent ça des think tank.

    Il
    faut se battre aussi sur ce terrain. Le travail intellectuel doit
    être connecté au combat social, aux manifs et aux luttes.

  • C’est
    montpellierain comme démarche ?

  • Non,
    ça existe dans d’autres villes. A Paris, la Société Louise Michel
    a organisé un débat sur le thème « individu, capitalisme
    émancipation », à Bordeaux un autre sur « la classe
    ouvrière hier aujourd’hui demain », ou encore « le
    nucléaire est-il inévitable ? ».

  • Et
    qui c’est ce Razmig Keucheyan qui est invité ?

  • C’est
    un gars qui a fait une recherche sur les nouvelles pensées
    critiques1.
    Il nous expliquera sa démarche, en quoi les pensées sont nouvelles
    et comment elles sont reçues en ce moment en France.dans
    un contexte de crise du capitalisme et d’affaiblissement de
    l’hégémonie néolibérale, où le besoin de penser les
    alternatives au système est grandissant.2
    En deuxième partie de soirée, on décidera ensemble de
    l’organisation de la Société Louise Michel.

  • Et
    au fait, le choix de Louise Michel, c’est pour la militante
    révolutionnaire et féministe de la commune de Paris, l’anarchiste
    ou la poète?

  • Les
    trois à la fois. C’est la féministe que je préfère. Louise pense
    que la révolution ne peut se faire sans les femmes mais aussi que
    l’émancipation des femmes ne peut se faire sans révolution :
    instruction égale, salaire égal et mariage libre, où l’homme ne
    sera pas le propriétaire de la femme. Il y a encore du boulot
    aujourd’hui !

    Bon,
    tu viendras ? C’est le mardi
    10 mai à 19 heures au café le Dôme, 2 boulevard Clémenceau?

  • Je
    ne sais pas, J’ai yoga à 18 heures.

  • Viens
    en sortant. Je te parie un mojito que ça te plaira.

  • Pari
    tenu ! À mardi.

2« Nouvelles
pensées critiques » entretien avec Razmig Keucheyan et
François Cusset, Contretemps n°8

(1) Illustration : 187102.jpg

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page