Mobilisation du Comité BDS France 34 contre la 37ème journée sioniste de Montpellier du 22 juin 2014 :

Depuis 37 ans le Centre Communautaire et Culturel juif de
Montpellier commémore la “libération”, la “réunification”
de Jérusalem, c’est à dire l’annexion et la colonisation de Jérusalem-Est
(Territoire Palestinien). Et ceci en présence du Consul israélien de Marseille,
du président régional du CRIF et de tous les autres satellites sioniste (AJHL,
France Israël, Radio Aviva etc.)
A qui s’ajoutent les élus du Conseil Régional, du Département, de l’Agglo. et
surtout de la Ville de Montpellier qui prête gratuitement le magnifique parc de
Grammont. Toutes ces collectivités territoriales subventionnent à fond cette
manifestation avec l’argent des contribuables et bien sûr au détriment d’autres
associations.

 
Depuis 2011 avec la Coalition contre Agrexco nous avons lancé une pétition, et
des actions contre cette manifestation qui proclame, contre toutes les
décisions de l’ONU, Jérusalem Capitale une et indivisible d’ Israël.
Cette manifestation unique en France est devenu un problème national aussi pour
2015 nous appelons à une riposte nationale.
contactez-nous : comitebdsfrance34@gmail.com


Samedi
28 juin : Palestine : Action de boycott contre les dattes exportées par Israël
:
10h plan cabannes  Montpellier (arrêt trams)

Rassemblement  à  16h  place
de la comédie
(côté office de tourisme)à
l’appel du collectif palestine 34

 

 

DIMANCHE 22
JUIN
 : MANIFESTATION
 devant l’entrée du parc de Grammont où a lieu la manifestation sioniste
.

La vidéo

 

Voir
quelques photos de la manifestation

 

 

 

 

 

NE LAISSONS PAS LES SIONISTES
IMPLANTER L’APARTHEID “AU COEUR DE MONTPELLIER » !


BDSF34.jpg

Une première victoire

           
Les sionistes montpelliérains ont été contraints de rabattre leur morgue.
Aujourd’hui ils ne peuvent plus avancer à visage découvert et proclamer haut et
fort leurs slogans coloniaux pour annoncer leur journée de commémoration
coloniale de la « prise de Jérusalem » le 7 juin 1967 par Moshé Dayan
et la déclaration de la « réunification » de Jérusalem, « une et
indivisible » capitale d’Israël par la Knesset le 27 juin 1967.

On est loin des grandes banderoles qui traversaient
l’esplanade Ch. De Gaulle à Montpellier et qui célébraient ce fait colonial, à
ce jour jamais reconnu par les instances internationales et combattu par les
Palestiniens et le mouvement de solidarité à la Palestine.

 

           
C’est une première victoire remportée par tous ceux et celles qui depuis
quelques années ont porté le problème au devant de la scène montpelliéraine,
par des pétitions, des conférences, par des « opérations escargot »
et des manifestations de protestation aux portes de la journée sioniste, etc..

           
C’est l’aveu que les positions politiques et idéologiques ouvertement
sionistes, de soutien total à l’état d’Israël et à son histoire coloniale
affichée depuis 36 ans par le Centre Culturel Juif de Montpelliers (et la quasi
totalité des organisations juives sionistes) ne sont plus admises publiquement
car elles sont en violation flagrante du droit international et constituent
donc une menace de trouble à l’ordre public.

Mais fût-elle discrète, voire clandestine, une
manifestation célébrant le fait colonial de l’occupation de Jérusalem-Est n’en
demeure pas moins une manifestation de soutien à l’Etat d’Israël et donc une
manifestation de soutien à un état raciste qui depuis sa création a instauré un
état d’apartheid et pratique le nettoyage ethnique.

L’apartheid c’est la séparation.

Le Mur de l’apartheid, condamné par la Cour
Internationale de Justice à être démoli, long de 700 km, vole les terres et
l’eau aux palestiniens, sépare les villages des terres, sépare les familles…Les
« routes de contournement » qui relient les 250 colonies (530
000 colons) et quadrillent la Cisjordanie sont interdites aux Palestiniens. 600
check-points
fixes plus des dizaine de check points « mobiles »
destinés à contrôler et freiner, voire empêcher en permanence le moindre
déplacement et humilier les palestiniens. La différence de réglementation
entre les colons soumis au droit civil israélien alors que tous les
Palestiniens de Cisjordanie et Gaza relèvent de la juridiction militaire. Le
blocus de la Bande de Gaza
qui depuis 7 ans prive de liberté de déplacement
1 800 000 personnes affamées et privées de tout. L’emprisonnement à
outrance comme dans toutes les dictatures et comme dans l’Afrique du Sud de
l’apartheid est institutionnalisé et tourne à plein régime. La « détention
administrative » condamnée par toutes les ONG des droits humains de la
planète. L’emprisonnement des enfants (210 actuellement dont 28 de moins de
16ans). La discrimination des Palestiniens de 48, restés en Israël, le
refus du retour des Réfugiés
pourtant maintes fois voté par l’ONU. La
colonisation galopante de la Cisjordanie et de Jérusalem-est, aujourd’hui
insultante même pour l’allié inconditionnel d’Israël. La liste est loin d’être
exhaustive ! Israël est un Etat raciste et d’apartheid ! Faut-il
le rappeler ? ce ne sont là que des faits, des dizaines, des centaines de
fois confirmés, validés et dénoncés par les instances internationales de l’ONU,
par les ONG internationales.

La responsabilité des élus, et des institutions,

Là réside le vrai problème ! que ce soit à
l’échelon local, national ou international.

Comment peut-on prétendre s’indigner de la montée du
racisme FN, et tolérer qu’en France du plus haut niveau de l’appareil d’Etat
jusqu’aux élus locaux on blanchisse le racisme d’Etat d’Israël.

Comment expliquer que les élus locaux (Région,
Département, ville et plus récemment Agglo) soient restés sourds et aveugles
depuis 37 ans face aux massacres, aux crimes, aux assassinats ciblés, aux
violations des droits humains, aux violations du droit international, aux
déclarations de l’ONU, aux témoignages des ONG internationales ? Comment
ont-ils pu laisser les organisations juives sionistes déverser leur
propagande de banalisation du mal ? comment ont-ils pu soutenir
politiquement et idéologiquement ces manifestations de soutien au colonialisme arrogant
et barbare ? Comment ont-ils pu laisser les organisations sionistes de
Montpellier prétendre représenter tous les juifs ? parler au nom de tous
les juifs ? comment ont-ils pu les laisser asséner l’équation totalitaire
et raciste : les juifs c’est Israël et Israël c’est les juifs ? et
ainsi associer aux crimes israéliens tous les juifs ? Provocant et
nourrissant par cet amalgame des réactions antisémites. Comment les instances
territoriales ont-elles pu subventionner grassement et avec l’argent des contribuables
ces associations qui importent et promeuvent en France les thèses racistes
et islamophobes israéliennes ? et qui maintenant ont la prétention de les
implanter « au cœur de Montpellier » !

Et enfin, comment aujourd’hui encore ce 37ème
anniversaire colonial est-il sponsorisé par toutes les collectivités
territoriales et sans doute verra t-il la présence de plusieurs élus-es qui
vont se presser à leur petit dîner du CRIF à Grammont ?

Appel à la société civile

Face aux trahisons, lâchetés et complicités actives
des institutions internationales et des Etats, la société civile palestinienne
a lancé un Appel en juillet 2005 l’Appel BDS :  « Nous,
représentants de la Société Civile Palestinienne, invitons les organisations
des sociétés civiles internationales et les gens de conscience du monde entier
à imposer de larges boycotts et à mettre en application des initiatives de
retrait d’investissement contre Israël tels que ceux appliqués à l’Afrique du
Sud à l’époque de l’Apartheid
. » .

Nous, le Comité BDS France 34 et la quinzaine
d’organisations (associations, partis, syndicats et « gens de
conscience » inorganisés) qui le soutiennent et participent à ses
activités, confrontés aux mêmes lâchetés et trahisons, en appelons aux membres
de la société civile de Montpellier et de la Région pour mettre fin à cette
commémoration raciste et coloniale.

Ne laissons pas les sionistes implanter l’apartheid
« au cœur de Montpellier »

COMITÉ BDS
France 34

Partager :
Gauche écosocialiste 34