Montpellier : 4 jours de jeûne pour l’abolition des armes nucléaires.

Chaque année pour l’anniversaire des bombardements nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945, des militants pour l’abolition de l’arme nucléaire ont jeûné un peu partout dans le monde, et pour la première fois à Montpellier.  Textes, photos et vidéo…

10 jeûneurs et jeûneuses sur les 4 jours, du samedi 6 au mardi 9 août, et encore 5 autres sur 1 ou 2 jours se sont retrouvé-e-s sur l’Esplanade à proximité de la Comédie.Un stand d’information, des pétitions(1), et des actions.

À Montpellier cette initiative a été organisée par :Arrêt du nucléaire 34 ; Mouvement pour une Alternative Non-violente 34; Maison de la paix-Amis de l’Arche – CANVA; Mouvement pour le désarmement, la paix et la liberté 34 (MDPL); Pax Christi.

 

 

      VIDEO ICI ( Jean-Claude Carcenac) ou cliquer sur l’image

banderolle1-site.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

autocol-banque-site.jpg
 

 

Les 6 et 9 août ont été ponctués par une action  En particulier le 6 août une action de marquage des agences des principales banques finançant le nucléaire militaire (tag des vitrines à la peinture à la craie et autocollants) : BNP-Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, AXA(2).cérémonie commémorative des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki (entre 150 et 250 000 morts).

À noter qu’une action similaire lors du jeûne parisien, mais en direction du parti « Les Républicains », à valu 24h00 de garde à vue à un militant et une militante de Paris et une comparution prévue le 7 novembre prochain(3) !

 

Philippe Cherpentier ( MAN)

Photos P. Cherpentier

 

 

 

 

 

Des discussions intéressantes au stand et pendant les distributions de tracts.

 

bilan-jeune-site.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte lu par Didier Latorre  lors de la crémonie du 9 août  

 

Il y a aujourd’hui même 71 ans : Le 6 août 1945 à 8h15 du matin la première bombe atomique explosait sur Hiroshima.

 

Cet acte révoltant en soi, l’est d’autant plus que l’on sait maintenant que le Japon avait décidé dès le mois de mai 1945 de mettre fin à la guerre et que la capitulation était une question de semaine, que les États-Unis d’Amérique le savaient, mais que le but était désormais de tester cette nouvelle arme qui rendrait les États-Unis tout-puissants et leur permettrait d’asseoir leur domination sur l’Union Soviétique et le monde.

Les États-Unis utiliseront à nouveau cette arme de destruction massive 3 jours plus tard (9 août) sur la ville de Nagasaki ravageant  ainsi en quelques jours deux villes importantes du Japon et laissant derrière eux environ 200 à 250 000 morts et d’innombrables blessés, bouleversant et brisant des milliers de vies humaines, de femmes et d’hommes, d’enfants… victimes innocentes d’un véritable crime contre l’humanité !

 

banderolle2-site.jpg
 

 

71 ans après les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki la menace atomique est plus présente que jamais :

1 800 bombes sont en état d’alerte permanent sur les 16 000 bombes présentes sur terre dans 9 états (États-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France, Pakistan, Inde, Israël, Corée du Nord) ! Elles peuvent être déclenchées en quelques minutes.

9 états imposent la terreur au monde entier. La France (3e pays doté) possède 300 bombes et consacre 4 milliards d’€/an pour ces armes d’anéantissement dont chacune est 10 fois plus meurtrière que la bombe d’Hiroshima. 4 milliards d’€/an, soit l’équivalent de près de 17 CHU ou 170 lycées…

 

Au niveau mondial c’est 100 milliards d’euros par an qui sont consacrés par les 9 puissances nucléaires pour entretenir et moderniser leur arsenal, au mépris de l’article 6 du traité de non-prolifération (TNP) qu’elles ont signé en 1970 et qui les engageait dans le sens du désarmement.

Elles bloquent ainsi les conférences sur le désarmement faisant obstacle à la demande de plus de 100 états d’engager ce désarmement.

 

À l’automne 2016, l’Assemblée générale de l’ONU doit débattre de l’ouverture de négociations pour un traité d’interdiction des armes nucléaires.

Agissons afin d’œuvrer pour l’abolition des armes nucléaires et vers la mise en place d’un vrai traité d’interdiction et d’élimination de ces armes capables d’effacer la vie même sur notre terre. Un tel traité existe bien pour les armes chimiques et les mines anti-personnelles !

La position de la France doit changer, faisons tout pour qu’elle s’engage dans la voix du désarmement.

 

 

Les jeûneur-euse-s ont jugé positive leur action, et elle devrait être renouvelée et améliorée l’année prochaine.

bilan-action-banques-site.jpg
 

 

 

(1): pétitions à retrouver sur http://fsan.fr et sur http://www.2020visioncampaign.org/fr/

(2) : voir https://france.attac.org/actus-et-medias/le-flux/article/les-banques-et-le-financement-de

(3) : voir http://www.desobeir.net/2016/08/09/soutien-au-proces-des-2-militants-contre-larme-nucleaire-poursuivis-par-les-republicains/

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34