Montpellier, compte rendu du conseil municipal du 17 février 2014.



Il s’agit du dernier conseil municipal de ce
mandat débuté en avril 2008. A cette occasion, nous tenons à remercier toutes
et tous les militant-es de la LCR et des CUAL, du NPA, de la FASE, de la GA, et
maintenant d’Ensemble, les militants associatifs comme Jean Claude qui ont préparé
avec nous ces conseils. Nous avons fait un compte-rendu de tous les conseils,
vous pouvez les retrouver sur le site « résistons.net » ou les deux
dernières années dans la brochure que nous avons publié.




COMPTE
RENDU du CONSEIL MUNICIPAL du 17 Février 2014.

voir aussi la revue de presse 

uneCRMandatGAFASEMtp.jpg

Il s’agit du dernier conseil
municipal de ce mandat débuté en avril 2008. A cette occasion, nous tenons à
remercier toutes et tous les militant-es de la LCR et des CUAL, du NPA, de la
FASE, de la GA, et maintenant d’Ensemble, les militants associatifs comme Jean Claude qui ont préparé
avec nous ces conseils. Nous avons fait un compte-rendu de tous les conseils,
vous pouvez les retrouver sur le site « résistons.net » ou les deux
dernières années dans la brochure (ci-contre) que nous avons publié.

Ce dernier conseil a donné lieu à
une intervention de bilan du maire, Hélène Mandroux. Elle a fait un bilan très
positif de son action et de sa majorité.

tract-Ensemble-FDG-34.jpgVous avez pu lire nos 52 compte-rendu
aussi vous savez que nous avons voté « contre » les  budgets présentés par la majorité et
que nous avons développé des priorités alternatives. Hélène Mandroux ne nous a
pas expliqué pourquoi sa majorité est dans un tel état si le bilan est si bon !
Faisons un petit état des lieux. Le PS est éclaté entre Moure et Saurel. Les élus
PC sont totalement coupés de la section PC de Montpellier qui a voté à plus de
90% pour une liste Front de Gauche. Le Modem, ou plutôt ce qu’il en reste, réussie
le tour de force d’être présent sur 4 listes. Perla Dana, adjointe, ex-présidente
du groupe « société civile » de la majorité, responsable du CRIF sera
en position éligible sur la liste UMP. Nous pouvons parler d’une majorité qui
vole en éclats.

 

 

Le gros point à l’ordre du jour était
la délibération 1 traitant des nouveaux rythmes scolaires.

Nous sommes intervenus en premier
et longuement sur ce sujet majeur pour la vie des parents et des enfants
montpelliérains.

Déjà en 2013, lorsque la majorité
avait décidé de ne pas appliquer les 4 jours et demi dès la rentrée 2013, nous
avions donné notre position. Pour nous, il ne s’agit pas d’une opposition aux 4
jours et demi mais des moyens humains, financiers donnés à l’école, de la
refonte des programmes… Aujourd’hui la loi Peillon municipalise l’école. Comme
les activités périscolaires sont à la charge de la municipalité, selon la
richesse de la commune, les enfants auront des propositions différentes et plus
ou moins intéressantes. Et pire encore, comme dans la commune du candidat PS
Moure, les parents sont appelés à contribution financière ! Pour nous, l’école
publique est nationale et doit garantir à tous les enfants l’égalité de l’enseignement.
La loi Peillon met en place une école à deux vitesses et remet en cause le
caractère national de l’ école publique. C’est pourquoi, nous sommes en désaccord
avec la loi Peillon. Nous demandons la suspension de cette loi et l’ouverture
nationale d’une grande négociation sur la priorité à l’école, ses moyens, ses
programmes. Et que l’on ne nous dise pas que la loi est intouchable, nous
venons de voir le gouvernement retirer la loi sur la famille suite à la
manifestation de ce qu’il y a de plus réactionnaire dans le pays !

La délibération proposée est une
conséquence de la loi. En plus du désaccord majeur déjà évoqué, la délibération
en reste à des grands principes pédagogiques.

Rien n’est réglé :

      
Quel coût pour la Mairie ?

      
Où en est la négociation avec le personnel communal ?

      
Combien d’embauches ?

      
Où en est-on avec les associations de parents ?

      
Où en est-on avec les syndicats enseignants ?

      
Gratuité ou pas ?

La délibération ne répond à aucune
de ces questions !

Nous sommes pour une prise en
charge, totale, par l’Etat. Avec cette loi, quel coût ? Nous entendons de
la part d’élus importants de votre majorité d’un coût entre 3 et 8 M d’euros,
qu’en est-il ? Quelle conséquence sur le budget de la ville vu que cette dépense
n’a pas été intégrée ?

Le passage aux 4 jours avait donné
lieu à un conflit important avec le personnel communal. En 2013, il y avait une
opposition des syndicats de la mairie au passage aux nouveaux rythmes. Tout le
monde voit bien qu’il y a une nouvelle plage le mercredi matin avec un problème
pour les ATSEM.

La délibération évoque des emplois
déjà existants, mais nous savons qu’il faudra embaucher bien plus, à l’oral
nous entendons parler de 650 à 700 animateurs. La délibération n’en parle pas.

L’inquiétude des parents est bien
réelle. Un questionnaire de l’école Chaplin a été rempli par plus de 500
parents pour dire que les horaires ne vont pas. Les parents élus de l’école
Garibaldi demandent à surseoir à la loi.

Le texte ne dit pas que les
nouvelles activités seront gratuites. Nous ne pouvons accepter qu’en plus de la
municipalisation de l’école, c’est à dire, payée par nos impôts locaux, les
parents doivent mettre la main à la poche !

Les syndicats enseignants de l’Hérault
sont contre cette loi. Ils se mobilisent régulièrement. Les directeurs d’école
n’ont aucune information sur les projets. Ils ne savent même pas que va devenir
l’étude surveillée.

En conclusion, nous répétons notre
désaccord sur cette loi et la municipalisation de l’école qu’elle entraîne.
Localement ils nous demandent un chèque en blanc, nous ne leur donnerons pas.

Nous avons voté « contre »
cette délibération de mise en place des nouveaux rythmes scolaires.

L’UMP pour d’autres raisons a voté
contre. Saurel s’est abstenu. Les autres ont voté pour.

 

Nous sommes intervenus à la délibération 23. Elle correspond aux aménagements liés aux lignes 4 et 5 du Tram.
Nous avons utilisé cette délibération qui traitait de feux rouges et d’équipements
de ce type pour reposer le problème de fond. Concernant la ligne 5, nous nous
demandons quel est le tracé concerné. Pour rappel, c’est sur la partie autour
du Parc Montcalm qu’il y a encore des incertitudes. Une association a attaqué
la DUP, une promesse a été faite de sanctuariser le parc mais dans ce cas à
quoi sert-il de laisser le tram couper en deux le parc ? Le front de
Gauche est clairement pour le projet de tracé C, le long de la route de
Laverune qui permet de desservir le Parc mais surtout qui dessert les quartiers
populaires des cités Val de Croze, Pas du Loup et Paul Valéry.

Au vu du coût des travaux prévus,
nous ne comprenons pas que cette délibération soit votée maintenant alors que
ces questions de tracés ne sont pas réglées.

 

Nous avons voté « contre »
les délibérations 26 et 27 qui
privatisaient le gardiennage des bâtiments
, leur ouverture et leur
fermeture. L’autre délibération concernait la sécurité des événements, la
protection rapprochée….

 

Nous avons voté « contre »
un avenant à la Délégation de Service Public de l’exploitation du parking de l’Hôtel
de Ville.

 

Nous sommes intervenus à la délibération 68. Elle propose un projet urbain de partenariat (PUP) entre la
ville de Montpellier et Bouygues Immobilier
.

Pourquoi cette opération d’aménagement
est-elle réalisée sous forme de PUP qui n’est rien d’autre qu’un partenariat
public-privé adapté à l’urbanisme ? 
Il nous avait semblé que les partenariats public-privé étaient trop défavorables
au public ? pour l’aménagement il y a la SERM, alors pourquoi passer par
Bouygues ? De même pour la résidence étudiante, sait-on si ce sera des
logements publics avec le CROUS ou des logements privés gérés par Bouygues ?
Enfin, nous remarquons, que contrairement à ce qui se fait sur les autres
projets, il n’est pas prévu dans celui-ci des logements locatifs sociaux. Et
ceci, d’autant plus que ce PUP intègre une participation financière de la
commune.

Dans sa réponse, Delafosse nous précisera
que les logements étudiants seront 
du privé.

Nous avons voté « contre »
cette délibération.

 

La délibération 104 concernait le financement des écoles privées.

Comme d’habitude nous sommes
intervenus pour défendre les fonds publics à l’école publique. Au vu de la
situation politique de réduction des dépenses, nous avons rappelé à la majorité
que rien ne l’obligeait à financer l’enseignement privé en classe maternelle.
Alors que l’on demande de serrer la ceinture à tous les habitants, ce
financement sans obligation légale représentante 704 520 euros par an, soit 4M2
sur un mandat de 6 ans. Un beau cadeau à l’enseignement privé !

Nous avons aussi demandé, puisque
nous parlions d’école, si les écoles privées allaient appliquer les nouveaux
rythmes scolaires à la rentrée de septembre 2014. La réponse a été non !

Bien entendu, nous avons voté « contre »
cette délibération. Seul Thines du PRG a voté avec nous.

 

Les délibérations 118 et 119 concernaient le rapport de la Chambre régionale des Comptes sur la TAM et
le compte-rendu de la Commission Consultative des Services Publics
. Ces délibérations
ouvrent à débat mais pas au vote.

Nous sommes intervenus pour dire
notre opposition aux multiples délégations de services publics (DSP). Nous
sommes pour que la TAM soit en régie publique, que nous allions vers la gratuité
des transports. Nous sommes pour les droits sociaux et contre la
marchandisation des besoins sociaux. Le service public, d’autant plus en période
de crise économique, est un véritable bouclier social pour les habitant-es.

 

Vous avez là notre 52éme compte-rendu.
Nous ne pouvons que souhaiter que dans cette période politique difficile nous
trouvions, ensemble, le chemin de la lutte contre l’austérité patronale et
gouvernementale, l’esprit de résistance pour imposer l’égalité, le partage des
richesses et du temps de travail.

A bientôt.

 

Montpellier, le 21 Février 2014.

 

Anne Rose Le Van et Francis Viguié
conseillers municipaux ENSEMBLE ! (GA/FASE)



tract-Ensemble-FDG-34.jpg Cliquer ici ou  sur le tract pour lire en PDF (recto-verso) 

 tractEnsemble34-Fev14_.pdf

Pour le compte rendu complet de Anne-Rose Le Van et Francis Viguié, voir 

Montpellier : compte rendu de mandat de Francis Viguié et Anne Rose Le Van

ou cliquez ci-dessous sur l’image (brochure en PDF)

uneCRMandatGAFASEMtp.jpg

Partager :
Gauche écosocialiste 34