Montpellier. Les ouvriers au cinéma !

Depuis le 29 février, un film à voir au cinéma Diagonal :
“De mémoire d’ouvriers, l’autre France d’en haut”
Un film de Gilles PERRET

 

Quelques chiffres relevés dans le film :

Ø      Les ouvriers représentent 23 % des actifs…

Ø      mais n’occupent que 2% de l’espace médiatique !

Ø      Ouvriers et employés représentent 50% des actifs…

Ø      mais seuls 1% des députés en sont issue !

Ø      En 2002, lors de sa campagne électorale, Lionel JOSPIN n’a pas prononcé une seule fois le mot « ouvrier »….

Ø      Les ouvriers représentent 50% des accidents du travail.

 

Nicolas HATZFELD, universitaire, constate : « chaque année, lorsqu’on demande aux étudiants combien il reste d’ouvriers en France, certains disent 100 000, d’autres 200 000 et parfois il y en a qui vont jusqu’à 1 000 000. »

Le monde ouvrier aujourd’hui, c’est 6 000 000 de personnes.

Le film se situe en Savoie.

Il commence par la fusillade de CLUSES où lors des élections municipales du 1er mai 1904 la liste des patrons et des notables ne gagne qu’au 2ème tour contre la liste des ouvriers.

Sept ouvriers candidats à ces élections sont renvoyés. S’ensuivent manifestations, grèves jusqu’au 18 juillet où le patron de l’usine CRETTIEZ et ses 3 fils, tirent sur la foule durant 15 minutes. Résultat : 3 morts et 39 blessés…

Il est plaisant de constater que, sur les quelques personnes interrogées, aujourd’hui, à Cluses, seul un salarié ouvrier immigré retraité est au courant qu’il y a eu des morts en 1904…Il confie alors que c’est le syndicat qui le lui a appris et s’amuse de mieux connaître l’histoire de France, lui, l’étranger !!!

Le déroulement du film est raconté par les acteurs d’aujourd’hui :

-un historien attaché à l’histoire de sa région

-des ouvriers retraités qui parlent avec émotion de la dureté du travail mais aussi de la solidarité ouvrière, y compris entre Français et immigrés, du temps où, dès qu’on embauchait à l’usine, l’ouvrier prenait la carte de la mutuelle et celle du syndicat. 08_03_12_Affiche_de_memoires_d__ouvriers.jpg

Il est question également de ces paysans devenus des ouvriers paysans qui apportaient leur force de travail dans l’usine de la vallée avant de retourner sur leurs terres pour parfois une double journée.

Ces ouvriers ont donné naissance à l’électrométallurgie, ils ont façonné les montagnes des Alpes avec notamment la construction de barrages.

Le film fait également intervenir des ouvriers d’aujourd’hui, victimes de la mondialisation, comme celui qui travaille pour RIO TINTO-LA BATHIE qui suppose que son employeur est en Australie.

Ce film raconte le passage de l’économie de production à l’économie de services; de la disparition des usines au profit de la construction de stations de ski et du tourisme.

Il dresse un portrait d’Ambroise CROIZAT, natif de Savoie, député communiste, ministre du travail du Général de Gaulle en 1945 et qui fut à l’origine de la Sécurité Sociale, créateur de la retraite pour tous, du statut des mineurs, des Conventions Collectives des Comités d’entreprise etc…Bref, de tout ce qui est aujourd’hui remis en cause et qui fait qu’en pleine période de campagne présidentielle, il soit si bon d’entendre la parole des ouvriers!

Gilbert (comité NPA Centre Hérault)

La bande annonce du film

Plus d’infos sur le film

A lire aussi

« Les ouvriers ont perdu leur fierté »

« De mémoires d’ouvriers », extraits exclusifs (Politis)

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page