MONTPELLIER : NON A LA PRIVATISATION DE LA CRECHE J. BAKER

Suite à une  proposition de notre élu Francis Viguié, plusieurs organisations ( ATTAC – Eau Secours 34 – FSU – SOLIDAIRES – SUD CT – NPA – FASE – FRONT DE
GAUCHE ( PCF Montpellier, PG, GU
) ont signé un communiqué pour s’opposer à ce que soit une entreprise privée qui gère une crèche municipale. Une conférence de presse de Francis Viguié et Anne-Rose Levan (élus NPA-FASE) a eu lieu jeudi 22 mars dans les locaux de la mairie.







Le conseil
municipal de Montpellier du 7 février 2011 avait à son ordre du jour une délibération
proposant une délégation de service public pour la nouvelle crèche J. Baker. Le
seul argument avancé par la majorité municipale était les difficultés de recrutement.
A nos arguments en contre, elle ajoutait que le privé payait mieux ses salariés
et qu’en conséquence il était plus facile pour le privé de recruter. Ce type d’argument
cache, en réalité, le social libéralisme le plus évident. Qui peut croire qu’il
n’y a pas une puéricultrice, des  auxiliaires de puéricultrice, des
titulaires de CAP petite enfance … motivés par un emploi de fonctionnaire à
Montpellier ? Où est-il démontré que le privé paye plus ?

De plus, à l’époque,
le projet de délégation de service public avait été présenté par une adjointe
PCF ! De quoi en surprendre plus d’un sur un sujet aussi évident pour des
gens de gauche et ceci d’autant plus que l’ensemble de la majorité municipale ,
c’est à dire avec les 5 élus PCF, avait voté le passage à une gestion privée.

De notre côté, à
partir de notre élu municipal, nous avions mobilisé pour refuser ce mauvais
coup contre le service public de la petite enfance. Un communiqué de presse  avait
été envoyé (voir plus bas). 

Le prochain
conseil municipal du lundi 26 mars doit désigner le délégataire.

La majorité
municipale, suite à appel d’offre, propose la Mutualité Française. Elle propose
une durée de 3 ans pour cette délégation. Le coût global du contrat pour la
ville sur 3 ans est de

1 332 765
euros. La crèche est prévue pour 69 enfants, Mutualité française recrutera l’équivalent
de 26 temps plein.

Notre position
n’ a pas changé ! Nous sommes pour que chaque enfant puisse être accueilli
dans le cadre d’un service public de la petite enfance, c’est pourquoi nous
refusons cette privatisation.

Nous considérons
même que les choses s’aggravent . Le cours social libéral de la majorité
municipale s’affirme, en peu de temps nous avons eu droit à la fin de la première
heure de gratuité du soir pour les écoles, à une nouvelle hausse des transports
publics, au vote à l’Agglo de la privatisation des services funéraires de
Grammont…

Dans la suite logique du travail de
mobilisation engagée il y a un an, nous avons proposé un projet de communiqué
de presse et convoqué une réunion unitaire le mardi 20 mars.

Voici le communiqué avec ses
premiers signataires :


Communiqué du jeudi 22 mars 2012





      GARDER LA CRECHE J. BAKER DANS LE CADRE DU SERVICE PUBLIC 





Signataires :
ATTAC – Eau Secours 34 – FSU – SOLIDAIRES – SUD CT – NPA – FASE – FRONT DE
GAUCHE ( PCF Montpellier, PG, GU)

Lors du Conseil
Municipal du 7 Février 2011, la majorité municipale avait voté la mise en
délégation de service public de la future crèche J. Baker et nous avions alors
fermement condamné cette forme de privatisation.

Nous voulons
réaffirmer aujourd’hui notre position commune. En effet, lors du prochain
conseil municipal ce lundi 26 mars 2012 les élus sont appelés à voter sur une
proposition de délégataire, c’est à dire sur le choix de l’entreprise à
laquelle sera confié le fonctionnement et la gestion du nouvel établissement.
Il s’agit de la dernière étape du renoncement de la Mairie à faire valoir les
compétences de notre service public municipal de la Petite Enfance et à assumer
ses prérogatives pour la crèche J. Baker.

Pour justifier ce
choix, il nous est difficile de croire au principal argument avancé selon
lequel il ne serait pas possible de trouver le personnel qualifié désireux de
travailler à Montpellier. Mais alors pourquoi cela serait-il devenu possible
pour une entreprise, un organisme privé ou associatif ? Et va-t-on nous
resservir le même argument pour les futures crèches?

 Nous en appelons
aux parents, associations, organisations syndicales, partis politiques pour
manifester leur opposition à l’orientation politique choisie par la majorité
municipale.

  Nous refusons de voir nos bébés, nos
enfants devenir des objets de profit. Un accueil de qualité dans le cadre du
service public doit être possible pour tout enfant. Nous refusons la
marchandisation de ce besoin fondamental.

 Face à la
politique gouvernementale de casse du service public, c’est sur un autre plan
que doit se mener la bataille politique pour obtenir les moyens financiers et
humains nécessaires et envisager sereinement le devenir des futures crèches à
Montpellier.

Pour la garantie
d’un accueil de qualité, accessible à tous dans le cadre d’un grand Service
Public de le Petite Enfance, nous demandons aux élus de revenir sur leur choix
et de manifester par leur vote leur opposition à la délégation de service
public pour la crèche J. Baker.
 

Montpellier le 22
Mars 2012.

 Ce
communiqué a été remis à la presse (Midi Libre, 20 MN, Hérault du Jour) à l’occasion
d’une conférence de presse tenue par les conseillers municipaux Anne Rose Levan
(FASE) et Francis Viguié (NPA) le jeudi 22 mars à 12h30 dans les locaux de la
mairie.



 La
majorité municipale est face à ses responsabilités. Aucune organisation
syndicale n’a soutenu son projet de délégation au privé (CGT, CFDT, UNSA ont
voté contre et FO s’est abstenu). Les forces politiques à la gauche du PS
signent le communiqué, nous verrons lundi quel sera, en particulier, le vote
des élus PCF. Pour notre part, nous ferons tout d’ici lundi pour que ce précédent
ne voit pas le jour. L’enjeu va bien plus loin que la seule crèche J. Baker, c’est
l’avenir du service public de la petite enfance qui est en jeu.

 Jeudi
22 mars 2012.

Tribune de Francis Viguié,  conseiller municipal NPA FASE, à paraître dans le journal municipal d’avril 2012

Le conseil municipal
du 26 mars s’apprête à prendre une grave décision : la mise en délégation
de service public de la nouvelle crèche J. Baker. Pour notre part, nous avions
déjà refusé, en février 2011, le principe de mettre entre les mains d’une
entreprise privée la gestion de cette crèche. Nos raisons sont évidentes pour
des gens de gauche. La privatisation d’une crèche crée un précédent grave et
tourne le dos à un service public de la petite enfance. Nous refusons de voir
nos bébés, nos enfants devenir des objets de profit. Un accueil de qualité dans
le cadre du service public doit être possible pour tout enfant. Nous refusons
la marchandisation de ce besoin fondamental. Donner la gestion au privé, dont l’objectif
est de faire du profit sur son activité, 
signifieque nous passons de la
satisfaction d’un besoin essentiel des familles par une solution collective
dans le cadre d’un service public, à une solution individuelle dans le cadre du
privé pour celles et ceux pouvant payer. Il y a peu, la majorité municipale
supprimait la gratuité de la première heure de garderie scolaire du soir,
privatiser la crèche J. Baker est tout aussi inacceptable.

Communiqué de février 2011    signé par  :  ATTAC, FSU, SOLIDAIRES, CNT Santé Social, NPA, FASE,
PG, CGA 

 





“Le
Conseil Municipal de Montpellier avait à son ordre du jour du Lundi 7 Février
une délibération proposant la mise en délégation de la future crèche Joséphine
Baker. Parler de délégation implique donner à une entreprise privée la gestion
de cette crèche. La majorité municipale a voté cette privatisation. Suite à ce
premier vote de principe, un nouveau vote doit intervenir pour désigner
l’entreprise privée prenant en charge cette crèche.

Il
s’agit là d’un grave précédent. 

La
déclaration au Midi Libre (7 Fev.) de Max Levita, adjoint au Maire,  suite
à une question sur la généralisation aux autres crèches, ne peut qu’aggraver
notre inquiétude. Sa réponse était “Aux [crèches] existantes, non. Aux
futures constructions, c’est à voir”


Notre
mobilisation est urgente. 

Cette
logique de privatisation des crèches tourne le dos à un service public de la
petite enfance. Nous refusons de voir nos bébés, nos enfants devenir des
objets de profit. Un accueil de qualité doit être possible pour tout enfant,
nous refusons la marchandisation de ce besoin fondamental. 

Les
organisations signataires demandent à la majorité municipale de revenir sur sa
décision. Elles affirment leur volonté d’élargir et d’améliorer le service
public de la petite enfance
 


Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page