Montpellier. Rassemblement déterminé pour sauver l’hôpital de Decazeville

Depuis 1998, la population du bassin de Decazeville/Aubin, lutte constamment pour le maintien de son hôpital public de proximité et  de son service de maternité. Mercredi 29 mars, un rassemblement était organisé à Montpellier devant l’Agence Régionale de Santé de l’Occitanie pour protester contre une nouvelle menace de fermeture. Une centaine de personnes (syndicalistes, salarié-e-s, élu-e-s) a fait le déplacement depuis le Nord Aveyron.

Decazevill1.jpeg
 

En lutte pour la maternité de Decazeville depuis 1998

“Depuis 1998, la population du bassin de Decazeville/Aubin, lutte constamment pour le maintien de son hôpital public de proximité et notamment pour le maintien de son service de maternité qui fait un peu moins de 300 accouchements. Depuis 1998 nous avons réussi à faire reculer les pouvoirs publics à chaque menace de fermeture grâce à la mobilisation de la population par le biais du Collectif «  Tous Ensemble pour le bassin et pour l’hôpital ». Le collectif tous ensemble, regroupe les syndicats, les associations,  des partis,  les élu.e.s du territoire de tout bord politique, les commerçant.e.s, le

Decazeville3.jpeg
 

monde économique local.

En mai dernier pour une énième fois, la mobilisation a été assez forte pour obtenir le prolongement de l’autorisation de fonctionner de la maternité, autorisation que nous avons obtenu du ministère et non de l’ARS pour une durée de 5 ans.

Décès tragique, prétexte à une fermeture de la maternité ? 

Le 6 octobre 2016, une maman et son bébé décèdent lors d’un accouchement au centre hospitalier de Decazeville. Après une enquête de l’ARS aucune faute n’est imputée à l’établissement decazevillois, cet évènement certes tragique était

Decazville2.jpeg
 

inévitable. Pourtant il n’en fallait pas plus à l’ARS Occitanie pour remettre en cause notre autorisation de fonctionner en prétextant un manquement dans la sécurité des patientes. Elle prend alors une décision de suspension pour 3 mois. Décision incompréhensible puisque aucune faute n’a été commise.

Depuis la fermeture de la maternité de Figeac en 2009, la maternité de Decazeville draine un territoire de plus de 70 000 habitants. Fermer la maternité, c’est éloigner la majorité de la population à  plus de 1 heures des soins.

Fermer la maternité, enclenchera comme dans tous les hôpitaux de proximité qui ont connu cette mesure, la fermeture du bloc opératoire de nuit, la chirurgie complète, la réanimation et à moyen terme les urgences de nuit. Cela est inacceptable pour notre population ! 

De plus la mise en place du GHT est une hécatombe pour notre hôpital, le projet étant les fermetures énoncées plus haut.

Le GHT est le palier supplémentaire pour dire aux hôpitaux, vous n’avez pas encore crevé avec la mise en place de la tarification à l’activité, du coup on vous met le GHT ca évitera de vous relever !

Réunions publiques et mobilisations, 4000 manifestant-e-s à Decazeville.

Après deux mois de réunions publiques dans tous les villages de notre territoire afin d’expliquer l’enjeu de la lutte pour notre hôpital, le 28 janvier 2017 nous avons rassemblé 4000 personnes à Decazeville pour exiger la réouverture immédiate de la maternité. L’ARS à prolonger sa suspension de 6 mois jusqu’au 30 juin 2017.

Des actions coup de poing sont quotidiennement menées :

Le 7 mars, envahissement de la réunion du GHT au CH de Rodez, le 8 mars, nous avons rouvert la maternité pour le collectif des femmes enceintes, organisé des blocages de rond-points, etc….

Et pourtant nos demandes de rendez-vous auprès du ministère sont restées vaines.

Le bassin decazevillois a connu deux grandes crises successives, celle de la fermeture des mines et celle de la reconversion sidérurgique ratée. Fermer le CH, deuxième employeur du bassin serait une catastrophe économique et démographique.”

Correspondant

Ensemble!34 soutient les manifestant.e.s et déplore la politique nationale comme départementale qui fait tout pour priver la population de services de proximité au lieu de donner aux services publics de véritables moyens pour fonctionner correctement. Le cas de Lodève près de chez nous en est encore un exemple !

Vous trouverez ci-dessous l’interview de Max, secrétaire de la CGT de l’hôpital, à l’issue de l’entrevue avec la directrice de l’ARS.
https://fr-fr.facebook.com/lesechosdeladecouverte/

Voir également l’article rédigé par Myriam Martin élue régionale et porte parole d’Ensemble!, sur son blog : http://www.myriam-martin.org/index.php/sur-le-terrain/76-pour-la-reouverture-de-la-maternite-de-decazeville

affiche.pdf

topo_tous_ensemble.pdf

P1070824.JPG
 

 

P1070826.JPG
 
P1070843.JPG
 
P1070841.JPG
 

 

 

Decazeville3.jpeg
 
P1070819.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

P1070835.JPG
 
P1070834.JPG
 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34