Montpellier. Refus des expulsions de réfugiés vers la Turquie

Alors que les expulsions de réfugiés vers la Turquie ont commencé, plusieurs associations, syndicats et mouvements politiques ont voulu alerter sur les dangers encourus particulièrement par les Kurdes, victimes d’une très violente répression. Il y  a plusieurs centaines de réfugiés Kurdes dans l’Hérault. Une délégation a été reçu en préfecture. France 3 Sud  a réalisé un reportage. 

F3Sud.Kurdes.Av16.png
 

Cliquez sur l’image ci contre pour visionner le reprotage de France 3 Sud. 

 

Suite à l’écriture d’un communiqué commun (voir ci-dessous) dénonçant l’accord UE/Turquie conclu sur le dos des migrant-es, plusieurs organisations ont tenu une conférence de presse devant la Préfecture de l’Hérault ce lundi 4 avril 2016.

L’Union Européenne a en effet décidé un accord financier avec la Turquie afin de bloquer les migrants fuyant la guerre et la misère.
Comment admettre cette logique de forteresse, accepter cette indifférence à la souffrance et à la mort de ces migrant-es cherchant simplement un lieu où pouvoir vivre sans risquer la torture, le viol ou la mort à tout moment ?
Comment approuver un accord politique avec la Turquie, un pays dont le gouvernement Erdogan bombarde et massacre le peuple kurde, soutient Daesh, un pays où les journalistes, les magistrats, les fonctionnaires se font arrêter ? La Turquie et son gouvernement d’extrême-droite ne sont en rien un état de droit.

Nous dénonçons avec la plus grande fermeté cet accord inhumain et indigne.

Il se trouve que notre conférence de presse se tenait le jour même où commençaient les expulsions : les migrant-es sont chassés de Grèce pour être parqué-es, sans aucune perspective, dans des camps en Turquie.

Notre démarche de solidarité avec les migrant-es et notre dénonciation de l’accord n’en prennent que plus de relief.

Nous sommes dans un département où vit une communauté kurde importante. Nous lui apportons tout notre soutien pour la défense de ses membres et son combat pour ses droits en tant que peuple. Nous serons encore plus vigilant-es dans les jours qui viennent.

Une délégation composée d’une représentante de la LDH, d’une représentante du Centre Démocratique Kurde et d’un représentant d’Ensemble ! a été reçu par le Cabinet du Préfet.

Elle a remis la déclaration des organisations (voir ci-dessous) et un dossier de presse. Elle a également argumenté contre l’accord et indiqué un certain nombre de cas locaux concernés par la situation.

Il ne fait aucun doute que nous aurons encore et d’ici peu à affirmer de manière forte notre solidarité avec les migrant-es.

Lundi 4 avril 16 – Francis Viguié

 

 

 

 

Communiqué des organisations montpelliéraines. 

A l’occasion de la célébration du New Roz –nouvel an kurde-,  le Centre démocratique kurde de Montpellier, et la LDH , la Cimade, RESF, Solidaires, la CGT, le SAF, la CGA,  le PCF, le NPA, le Parti de Gauche et Ensemble ! dénoncent le cynisme, l’absurdité et l’ignominie de la politique menée de concert par l’Union Européenne et la France avec la Turquie.

Ne voulant pas prendre sa part dans l’accueil des réfugiés de guerre essentiellement syriens, l’Union Européenne a signé le 18 mars un accord avec la Turquie, afin d’y renvoyer les réfugiés arrivant en Grèce, et ce, soi-disant, dans le respect le droit international.

A cette date, depuis deux ans, les réfugiés syriens, hommes femmes et enfants dorment dans les rues d’Istanbul, d’Ankara, d’Izmir, d’Urfa, par terre a même le sol, les scandales d’exploitation notamment sexuelle des migrantes, mineures, se multiplient.

A cette date, depuis plus d’un an, le chaos qui règne au sein de l’Etat turc ne cesse de s’aggraver : affaires de corruption avec démission de ministres, arrestation en masse d’avocats, d’intellectuels, de syndicalistes et de journalistes depuis 2011, répression violente et parfois mortelle des manifestations, mutation et suspension de 40.000 fonctionnaires magistrats, policiers, parquetiers -.

A cette date, depuis deux semaines, le journal Zaman a été placé sous tutelle d’Etat et ne peut plus publier librement, ce que l’Union Européenne a condamné publiquement ; le journaliste Can Dündar, remis en liberté par la Cour de Cassation, encourt des années de prison et est ouvertement menacé par Erdogan pour avoir dénoncé, preuves à l’appui le soutien logistique apporté par l’Etat turc à Daesh en Syrie.

A cette date, les avocats kurdes, actifs au niveau de la CEDH, ont à nouveau fait l’objet d’arrestations dénoncées notamment par les instances ordinales françaises. Des dizaines de Maires kurdes, d’élus ont été arrêtés, placés en garde à vue, démis de leur fonction, sont encore incarcérés.

L’Etat de droit n’existe plus.

A cette date, le Kurdistan turc fait l’objet d’une répression armée depuis plusieurs mois, sous couvert d’un couvre feux: une partie de la vieille ville de Diyarbakir, capitale du Kurdistan turc, est détruite, tout comme de nombreuses autres villes encerclées et bombardées par les tanks de l’armée, des dizaines de milliers de civils fuient les villes, des centaines de morts, jeunes en rébellion, civils.

A cette date à Cizre, l’armée turque a déjà brûlés vifs des dizaines de kurdes réfugiés dans les caves des maisons éventrées.

La guerre civile est largement commencée.

Et c’est dans ce pays que l’Union Européenne renvoie « dans le respect du droit international » les réfugiés. ET que la France renvoie les kurdes sans papiers.

Nous continuerons à dénoncer la compromission de l’Union Européenne, de la France et la politique antidémocratique de la Turquie. Et ici nous continuerons à être solidaires.

Montpellier le 4 avril 2016

 

A ce sujet sur www.resistons.net

Solidarité avec le peuple kurde : Rencontre avec l’association Centre Démocratique Kurde de Montpellier

(août 15) Le président turc Erdogan, a rompu les négociations avec l’organisation Kurde du PKK et  enclenché arrestations, répression et bombardements. Au risque de relancer une guerre civile terriblement meurtrière. Les kurdes sont nombreux à Montpellier  et nous sommes allés dans les locaux de leur association : le  Centre Démocratique Kurde. Nous y avons rencontré les responsables Fatma, Tunkai et Ibrahim.  Merci à eux d’avoir bien voulu répondre  à nos questions …

Les kurdes de Turquie sont-ils nombreux à Montpellier ?

Il y a 350 à 400 familles installées à Montpellier et dans la métropole et au total nous devons être 250.000 en France.  La plupart d’entre nous ont un statut de réfugié politique      Lire la suite 

 

VOIR AUSSI

L’UE ET TURQUIE MAIN DANS LA MAIN POUR VIOLER LES DROITS HUMAINS !

Au chapitre du bafouement des principes élémentaires des droits de l’Homme, les 28 chefs d’Etats de l’Union européenne (UE) viennent de signer une des pages les plus sombres. Vendredi 17 mars l’UE a conclu un accord avec la Turquie sur le dos des milliers de migrants qui transitent par ce pays pour rejoindre l’Europe. Cet accord ne dissuadera probablement pas les réfugiés de venir chercher un refuge en Europe. Par contre il va rendre la route encore plus périlleuse et surtout il est contraire au droit d’asile et aux valeurs supposées être défendus par les dirigeants européens. 

L’accord UE-Turquie prévoit que toute personne arrivant de manière irrégulière de Turquie en Grèce à partir de samedi 20 mars minuit sera renvoyée en Turquie après un traitement individuel (et sans aucun doute sommaire) de sa demande d’asile. En ce qui concerne les Syriens, la réponse sera systématiquement que la demande est non-recevable.

 

APPEL : ACCUEILLIR LES RÉFUGIÉS EN EUROPE – UNE NÉCESSITÉ MORALE ET POLITIQUE !

Nous citoyens des pays membres de l’Union Européenne, de la zone Schengen, des Balkans et de la Méditerranée, du Moyen-Orient…

 

 

HALTE AUX MASSACRES À SUR !

A ce jour (03 mars 16)  290 citoyens ont perdu la vie au cours des 58 couvre-feux imposés dans 21 villes, à travers 7 provinces kurdes. Déclaré par la préfecture de Diyarbakır le 2 décembre 2015, sans aucune base constitutionnelle, ni légale, le blocus sur le district de Sur, dans la province de Diyarbakir, est à son 91ème jour. 24 citoyens de Sur ont perdu la vie pendant ce couvre-feu. Ce chiffre représente uniquement les victimes qui ont pu être identifiées.

 

TURQUIE : LE GOUVERNEMENT A ENTAMÉ LA GUERRE CIVILE ET LE « NETTOYAGE ETHNIQUE »

Janvier 16.  Comment désigner ce que subissent de nombreuses localités du Kurdistan nord ? La Fondation des Droits de l’Homme de Turquie a dénombré dans son dernier rapport 198 civils tués (dont 39 enfants) entre le 16 août 2015 et le 21 janvier 2016 durant les 58 états de siège de durée variables qui ont concerné 7 départements et ont impacté les droits humains de 1.377.000 personnes.

 

 

TURQUIE : PANORAMA ET PERSPECTIVES.

Emre Öngün, militant franco-turc, docteur en science politique, est membre d’Ensemble!/Front de gauche (notamment actif au sein de sa commission internationale). Il livre ici une analyse détaillée des processus historiques et politiques qui animent la recomposition actuelle de la gauche turque autour des questions d’autonomie kurde et de paix civile. De la décomposition de l’empire ottoman aux récents attentats, en passant par Gezi, Emre Öngün, en marxiste révolutionnaire, fournit ici un panorama informé, pose les enjeux du débat et précise les perspectives stratégiques dans une somme encore sans équivalent en langue française.

 

 

Partager :
Gauche écosocialiste 34