Montpellier : UM3 (Paul Va) : la mobilisation se confirme et s’amplifie



400 étudiants devant le
rectorat ce jeudi 3 octobre, criant haut et fort : « A Paul Va comme
ailleurs, stoppons la rigueur », c’est plutôt nouveau et c’est une bonne
nouvelle : les étudiants de l’UM3, après les décisions de coupes
budgétaires drastiques (fermeture de béziers, tirage au sort, baisse
d’horaires) prises au dernier CA, se mobilisent de façon plus visible et plus
déterminée. Le Jeudi 10 octobre a été déclaré “journée banalisée”  et devrait être l’occasion d’une nouvelle mobilisation.

paulva.jpg






UM3 : la mobilisation se confirme et s’amplifie

400 étudiants
devant le rectorat ce jeudi 3 octobre, criant haut et fort : « A Paul Va comme ailleurs, stoppons la
rigueur »,
c’est plutôt nouveau et c’est une bonne nouvelle : les
étudiants de l’UM3, après les décisions de coupes budgétaires drastiques
(fermeture de béziers, tirage au sort, baisse d’horaires) prises au dernier CA,
se mobilisent de façon plus visible et plus déterminée : la deuxième AG,
précédant la manifestation de l’après-midi a rassemblé plus de monde (5 à 600
personnes, essentiellement étudiants) que la première et a montré la volonté de
s’organiser dans la durée, avec la mise en place de plusieurs commissions.

Commentant la
dernière lettre de la présidente de l’UM3 à sa Ministre parue dans Libération
deux jours plus tôt, les étudiant-e-s ont bien compris que la responsabilité de
la situation n’est pas liée au cas particulier de Paul Va ou à des problèmes de
gestion, mais que le déficit budgétaire (plus de 3 millions d’€) est bien la
conséquence de la loi Pécresse-LRU, maintenue par le gouvernement actuel. Bien
sûr, la délégation reçue au rectorat n’a obtenue aucune réponse satisfaisante.
La mise en place d’un audit par des « experts » en gestion venus de
Paris n’est pas faite pour les rassurer.

Une nouvelle
journée est prévue ce jeudi 10 Octobre, dite « banalisée » : il
n’y aura pas de cours. L’objectif est maintenant de gagner la solidarité active
des personnels, eux aussi concernés à terme.


Revue de presse

IMG_0613.JPG IMG_0617.JPG IMG_0606.JPG

IMG_0614.JPG

Compte rendu de l’AG du 03/10/13:

-Bureau composé de 5 personnes ; temps de parole limité
à 5 minutes.

-Présence des médias « La gazette », « L’Hérault du
Jour », « France 3 » : votée et acceptée par l’assemblée générale.

-Propositions d’un ordre du jour:

-Point Médias.
-Point information sur les réformes.
-Point comité de mobilisation.
-Point perspectives.

=> Intervention sur le point médias:
E: N’approuve pas que des médias filment l’AG,
préférerait qu’il y ait un communiqué de presse qui soit envoyé.

M: Déplore le fait qu’il n’y ait pas de débat sur
le principe d’accepter ou non les médias à l’AG.

M: Un communiqué de presse va être envoyé aprés
l’AG.

J: Il est important de savoir ce que l’on peut dire
aux médias.

A: Fonctionnement habituel d’une AG, ceux qui
veulent proposent des points d’ordre du jour, et ces points sont votés. Sont
jugés antidémocratiques ceux qui retardent les débats en intervenant
intempestivement et en déconcentrant ceux qui parlent.

-L’ordre du jour est voté.
Point médias : Adopté.
Point information : Adopté.
Point comité de mobilisation : Adopté.
Point perspectives : Adopté.

=> Point information sur la situation :
-Si la fac est dans cette situation là aujourd’hui
c’est à cause de la loi LRU et Fioraso. Cela ne touche pas que Paul-Valery mais
bien d’autres universités et c’est la conséquence de politiques successives de
droite et de gauche.

-Il faut faire un point sur les différentes mesures
qui vont être prises en rapport avec la fac : le site de Béziers risque de
fermer l’année prochaine, les étudiant-e-s risquent également d’être tirés au
sort dès la première année, des masters à petits effectifs risquent de
disparaître, des postes de personnel seront gelés, les contrats doctoraux ne
seront plus financés.

Point international sur la Grèce : 1300 postes dans
l’enseignement supérieur vont être supprimés. Il y a quelques années la Grèce
n’était pas dans la même situation que la France aujourd’hui mais ça pourrait
s’en rapprocher, il est très important de se renseigner sur la situation.

-Les mesures qui sont prises sont des mesures qui
ont été votées et notamment la LRU, il y’a des syndicats (pas tous) qui ont
participé au vote de ces lois et qui viennent parler après coup.

-Pourquoi ce manque de budget dans les universités
? Il y a des intérêts privés qui rentrent en jeu, le néolibéralisme ne
s’intéresse pas aux investissements à long terme mais préfère les
investissements à court terme.

La mobilisation ne se construit pas seulement
contre une loi mais contre toute une politique.

-Un membre du collectif Sanofi-recherche publique
et santé s’exprime. Il manque de l’argent pour les salariés et les
étudiant-e-s, et c’est 150 millions d’euros qui ont été défiscalisés et qui
profiterait plutôt aux étudiant-e-s et aux salarié-e-s.

-Cela ne sert à rien de pointer du doigt les
syndicats. (réponse à E).

-Certains syndicats ont en effet voté les lois LRU
et Fioraso.

-Ce qui se passe à Sanofi n’est pas une fatalité,
l’argent existe mais des choix ont été fait et il faut les combattre. Les décisions
prises par le gouvernement concernent tous les étudiant-e-s et les lycéens qui
arriveront à la fac l’année prochaine.

-Importance de faire un petit point sur
l’enseignement supérieur, nécessité d’un réinvestissement massif dans les
universités.

-Proposition que l’AG prenne position sur l’audit
que le gouvernement va nous envoyer.

-Logique interne ministérielle, avec la RCE
(Responsabilités et compétences élargis) on a de plus en plus de
responsabilités mais de moins en moins de moyens. Il faut penser à un mouvement
qui s’inscrit dans la longueur et qui soit pédagogique.

-On ne peut pas dire que la situation actuelle soit
seulement les conséquences de la LRU. Veut-on donner une bonne image de nous à
l’étranger ? Car notre image est importante à l’échelle internationale.

-Présente au CEVU (Conseil des études de la vie
universitaire) de mardi. L’université de Paul-Valéry a déjà voté un budget et
donc l’audit ne peut rien proposer.

=> Point comité de mobilisation du mardi soir
18h :

Les référents de commissions font le compte-rendu
du travail effectué.

-Commission manifestation : A été votée jeudi
dernier une manifestation à la suite de l’AG. La manif partira de l’UM3
jusqu’au rectorat en passant par les lignes de tram. La commission est chargée
d’organiser le tracé du parcourt et la sécurité pendant la manifestation.

-Commission médias : Des infos plus ou moins
fausses sortent dans différents journaux. Un communiqué de presse va être écrit
pour rétablir la vérité sur les événements passés. Des articles vont être
écrits dans Rue 89 et dans Médiapart. La commission est ouverte à tous.

-Commission internet : Nous conservons la page
facebook initialement créée par Sud étudiant « L’université Montpellier III
passe à l’austérité, mobilisons nous ». Cette page sera désormais intégralement
gérée par la commission communication internet. Un compte Twitter a été ouvert
« MobilisationUM3 » (https://twitter.com/mobilisationum3 ). Un blog
Wordpress sera prochainement crée. Nous allons demander à l’administration de
nous créer une adresse institutionnelle afin de pouvoir contacter les
étudiant-e-s depuis l’ENT.

-Commission intendance et trésorerie : Il a été
proposé que les syndicats financent les aspects techniques.

-Commission tracts : Un tracte a été fait pour
porter les revendications de l’AG (assemblée générale).

=> Point perspectives :;
Ouverture du tour de parole :
-Étudiante élue au CEVU : Certaines organisations
ont fait leurs propres tracts et l’ont diffusé (UNEF, SUD et peut-être d’autres
organisations).

Il est important que ceux qui diffusent des tracts
en leur nom arrêtent et que les étudiant-e-s restent unis et que les tracts
reflètent les points de vues de tous les étudiant-e-s.

-Proposition de tracts commun. Et proposition
d’interdiction des tracts d’organisations.

-Ce n’est pas à l’AG d’interdire aux organisations
de faire un tract ou non. La LRU et la loi Fioraso doivent être abrogées. La
plupart des professeurs continuent à faire cours. Propose t-on une journée de
banalisation ? Pas forcément car cela ne concerne pas les personnels.
Proposition de lancer un mouvement de grêve car il concernerait tout le monde.

-Certains discours auto centrés sur Paul-Valery
l’ennuient. Quoi qu’il arrive, il y a un endettement dans toute la société donc
ça ne sert à rien de ne parler que de Paul-Valery, on ne s’en sortira qu’en
faisant front commun.

-Étudiant en fac de droit, il ne parle pas trop de
la loi Fioraso car il y a d’autres enjeux notamment pour les lycées. Les
gouvernements actuels s’inscrivent totalement dans la vague néolibérale.
Injustice, car les plus riches continuent à s’enrichir et viennent ensuite nous
parler d’austérité sur les retraites et sur d’autres points. C’est à nous, avec
les lycéens, de relancer le mouvement.

-Pas contre le fait de faire un jour de gréve mais
il ne faut pas forcer les gens à faire gréve ; les individus doivent adhérer à
la cause.

-Il est important qu’on rende les 3,6 millions
d’euros aux étudiant-e-s. La CGT est solidaire avec les étudiant-e-s.

-Il y a un CA ce mardi 8 octobre. Proposition de
banalisation des cours pour le jeudi afin qu’un maximum de gens puisse
s’investir dans le mouvement. Proposition de rassemblement devant le CA mardi.
Continuer le travail en direction des personnels pour les motiver à s’inscrire
dans le mouvement.

-Veut réagir sur les tracts, n’est pas contre que
des tracts d’organisations soient distribués. Débat trop passionné sur la
présence des médias.

-Propose une plateforme de revendications :
maintien de toutes les filières et heures de cours; proposition d’un tract
adressé aux personnels de Béziers ; propose une nouvelle AG jeudi.

-Proposer des ateliers, des activités. Important
d’aller au comité de mobilisation car c’est l’instance qui applique les
décisions de l’AG. Rien n’a été obtenu grâce à l’Etat ou aux patrons mais tout
est question de rapport de force.

-Content de voir que les étudiant-e-s, les
professeurs et les personnels sont unis aujourd’hui. Important de mobiliser les
lycéens également. Mettre en place un tract en direction des lycéens. On ne
peut pas se permettre de tirer au sort les personnes qui auront le droit de
bénéficier de l’enseignement supérieur.

-On est là pour étudier et non pas pour se
mobiliser tous les deux ans. Si la fac est en déficit on sera obligé de se
mobiliser. La mairie UMP de Béziers a inauguré une fac privée à Béziers dans un
contexte où les universités publiques ferment de plus en plus.

Passage aux votes:

-Acceptation de l’audit : Contre.
-Transfert de l’administration de la page Facebook
de Solidaires-étudiant-e-s à la commission internet : Pour.

-Mandater la commission tract pour faire un tract
signé par le comité de mobilisation et soutenu par différentes organisations :
Pour.

-Abandon de toutes les mesures présentées par le CA
et restitution immédiate des 3.6 millions : Pour.

-Appel à une gréve à l’échelle nationale : Pour.
-Envoyer une délégation au CA mardi matin : Pour.
Qui se propose ? Lenka (UNEF), Aude (ADEM3), Anne-Laure (Non syndiquée), David
(CGT), Jack-Antoine (Solidaires -étudiant-e-s), Diane (Corpo lettres Epsylone).
Adopté.

-Délégation qui ira au rectorat : A été décidé
qu’il y a une personne par organisation et plusieurs personnes non-syndiquées.
Se proposent Lenka (UNEF), Myriam (CGT), Audrey N(non syndiqué), Fred
(Coll.Précarité), Pierre (Corpo lettres epsylone), Loïc (Non-Syndiqué).

-Vote sur l’AG jeudi prochain : adoptée.
-Banalisation générale jeudi prochain ou journée de
gréve jeudi : Banalisation générale adoptée.

-Rassemblement mardi matin avec distribution de
tracts devant le CA organisée par le comité de mobilisation : Adoptée.

-Invitation des étudiant-e-s de Béziers à venir
dans le mouvement : Adoptée.

-Appel à la mobilisation lycéenne : adopté.
-Appel à la transparence des budgets et à la
mobilisation des étudiant-e-s et personnels.




Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page