Non aux expulsions de Sans Papiers. Nouveau Rdv : mardi 29 janvier 13h devant le TGI de Montpellier



Contre l’expulsion de Karim, un habitant de Bédarieux, un rassemblement est prévu mardi 29 janvier à 13h devant le Tribunal de Grande Instance, place Pierre Flotte à Montpellier.

Deux rassemblements contre les expulsions étaient organisés
samedi 26 janvier.  
Le premier a eu lieu le matin devant le centre de rétention de Sète pour protester contre l’expulsion
prévue de Karim, un habitant de Bédarieux.  
Le second a lieu était  à
14 h devant la préfecture de Montpellier
pour protester contre la circulaire Valls qui se situe dans le prolongement de
la politique u gouvernement Sarkozy.  Le communiqué de la Gauche Anticapitaliste est aussi ci-dessous.





IMG_4514.JPG

Samedi 26 janvier, Sète,  11H, devant le centre de rétention 

Comité de
soutien à Karim menacé d’expulsion

Karim a été
arrêté ce jeudi matin sur son lieu de travail, travail non dissimulé et
parfaitement en règle avec la législation française. Il n’a commis aucune
infraction,
mais de gros moyens ont été employés
pour le capturer.

 Il risque d’être expulsé dès le mardi 29 janvier vers le Maroc.

Nous n’acceptons pas ce traitement indigne de notre pays (pays soi-disant
terre d’accueil et soi-disant pays fondateur des droits universels de l’homme
et du citoyen) et nous voulons qu’il reste chez lui, à Bédarieux.

Karim est un jeune Marocain qui habite et travaille à Bédarieux,
près de sa famille dont la majeure partie est française. Depuis le mois de
juillet,  il risque l’expulsion car
son titre de séjour n’a pas été renouvelé pour cause de changement de statut
familial.

Karim est notre ami, notre frère, notre voisin, notre collègue
et c’est pour cela que nous voulons qu’il reste vivre avec nous, librement et
dans la dignité.

Le comité de soutien à Karim demande  la régularisation de Karim au nom de la
Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité :

Liberté : parce que quelles que soient ses origines
sociales ou culturelles, chacun doit pouvoir être libre de circuler et de
choisir son lieu de vie.

Egalité de traitement : parce que la rupture d’une union
matrimoniale ne doit pas être le prétexte d’une expulsion du territoire.

Fraternité : parce que nous voulons lui apporter toute
notre solidarité et notre soutien pour lui permettre de conserver ses liens
familiaux, affectifs et sociaux à Bédarieux.

 Association Cultures Solidaires,
ATTAC Hauts-Cantons, CIMADE,  Collectif des Non Violents, CGT, Syndicat
Solidaires, Parti Communiste, Parti de Gauche,  citoyens de Bédarieux et
des Hauts- Cantons

Contacts : Martine Chastagnol (tél : 0659479194)
ou attachtscantons@orange.fr

 

Montpellier 14H devant la Préfecture 

La situation des personnes sans-papiers ne fait qu’empirer ces dernières années avec un déferlement de lois restrictives. La circulaire Valls mise en vigueur depuis début décembre ne change rien, voire pose des critères qui rendent encore plus compliquée l’obtention d’un titre de séjour et s’inscrit dans une continuité des politiques migratoires menées ces vingt dernières années.

Parce qu’il est urgent d’opérer une rupture avec les discours sur l’immigration, la Coordination des Comités de Soutien aux sans-papiers, RESF, la Cimade et D’ailleurs Nous Sommes d’Ici avaient appelé à un rassemblement ce samedi 26 janvier à 14H devant la Préfecture.

FAUT-IL MOURIR POUR AVOIR DES PAPIERS ? (banderole du rassemblement)
cent cinquante personnes se sont rassemblées devant la préfecture pour protester contre le maintien de la politique du “chiffre” des expulsés. Ce qui était inacceptable sous Sarkozy l’est aussi sous Hollande.C’était l’opinion unanime des participants qui sont allés en manifestant  de la Préfecture au Peyrou pour informer  de cette situation dramatique les milliers de personnes qui commençaient la manifestation pour le mariage pour tous.



 Communiqué de la GA. 36 822 sans-papiers expulsés en 2012
:



la traque continue !  publié le 23/01/2013

 

36 822 sans-papiers expulsés en 2012, c’est le chiffre révélé
par le ministère de l’Intérieur, le 22 janvier. C’est 11,9% de plus qu’en 2011,
année où 32 911 sans-papiers avaient été reconduits à la frontière.


Depuis 1990, plus de 190 000 sans-papiers ont été expulsés avec
une croissance vertigineuse à partir de 2001-2002.
Certes, le chiffre de 2012
est en-deçà de l’objectif fixé par Claude Guéant qui était de 40 000 expulsions
et une partie des 38 622 reconduites est à mettre à l’actif du gouvernement de
Sarkozy.

Mais, M. Valls a affirmé, il y a peu, qu’il y aurait environ 30
000 expulsions par an, comme sous le quinquennat de Sarkozy.
Il n’a pas
manifestement pas la volonté de mener une politique très différente de son
prédécesseur.


La circulaire sur les étudiants étrangers a été abrogée comme
celle sur les poursuites contre les soutiens aux sans-papiers, mais la logique
du chiffre reste la même et toute régularisation globale est exclue. On l’a vu
avec la politique menée pendant des semaines à l’égard des grévistes de la faim
de Lille dont certains ont été expulsés. A cette occasion, M. Valls n’a pas
hésité à déclarer que ce n’était pas parce que des associations les soutenaient
qu’il allait régulariser plusieurs dizaines de sans-papiers.


Par ailleurs, la circulaire que le ministre de l’Intérieur a
publié le 28 novembre est bien en-deçà des attentes et laisse des milliers de
personnes, notamment de jeunes majeurs, sans possibilité de régularisation.


De plus, une nouvelle disposition législative a été votée
permettant une garde à vue de 16 heures pour les sans-papiers.
Dans les
nouvelles zones de sécurité, la traque continue.


Pour les Roms, rien n’a changé. Leurs campements sont détruits
et ils sont délogés. Sans solution préalable de relogement, ils sont toujours
condamnés à l’errance.


C’est pourquoi, la Gauche anticapitaliste, membre du Front de
gauche, réaffirme son exigence d’une régularisation de tous les sans-papiers et
son soutien à toutes les actions et mobilisations engagées par les
associations.




Partager :
Gauche écosocialiste 34
Retour haut de page